Gambie : une solution militaire "pas à l'ordre du jour"

La présidente de la CEDEAO a signalé qu'une intervention militaire en Gambie n'est pas à l'ordre du jour Copyright de l’image Getty Images
Image caption La présidente de la CEDEAO a signalé qu'une intervention militaire en Gambie n'est pas à l'ordre du jour

A l'issue de l'investiture du nouveau président Ghanéen, les dirigeants des pays membres de la CEDEAO se sont réunis à Accra pour trouver une solution à la crise post-électorale en Gambie.

La présidente de la CEDEAO, Ellen Johnson Sirleaf, a fait une déclaration pour rassurer que le déploiement de troupes africaines n'était pas à l'ordre du jour. Elle a tout de même invité les gambiens à suivre l'exemple ghanéen.

"LA CEDEAO est très attentive à toutes les procédures engagées en Gambie et le président nigérian, Muhammadu Buhari, mène toujours les efforts de médiation des pays africains", a-t-elle déclaré.

"Nous appelons les gambiens à suivre l'exemple donné par le Ghana ce samedi en faisant passer l'intérêt de la Nation en premier", a-t-elle renchéri.

Compte tenu de la crise actuelle, le Département d'Etat américain a ordonné samedi à aux membres des familles de tous les employés de sa représentation diplomatique de quitter la Gambie.

Il a averti ses citoyens de ne pas se rendre en Gambie où il y a des risques de troubles.

Sur le même sujet