L'armée congolaise affronte un colonel renégat

Armée, République démocratique du Congo, Colonel Abbas Kayonga, Sud-Kivu, BBC Afrique Copyright de l’image AFP
Image caption L'armée dit être déterminée à arrêter le colonel Kayonga afin de le livre à la justice

Les forces congolaises tentent de désarmer les troupes fidèles au colonel Abbas Kayonga, limogé jeudi.

Des tirs et explosions d'armes lourdes ont été entendus ce dimanche dans la ville de Bukavu, dans l'Est de la République démocratique du Congo.

Les affrontements ont commencé après que les forces de sécurité ont tenté de désarmer le colonel Abbas Kayonga qui a été limogé la semaine dernière, selon Dieudonné Kasereka, porte-parole de l'armée congolaise pour la région du Sud-Kivu, cité par l'agence Reuters.

"Nous sommes déterminés à l'arrêter et à le livrer à la justice", a déclaré Kasereka.

Le colonel Kayonga appartenait auparavant à un groupe rebelle intégré dans l'armée congolaise. Deux sources de sécurité ont estimé la taille de la faction de Kayonga à environ 40 hommes.

La sécurité s'est détériorée dans l'Est et le Centre du Congo depuis la fin de l'année dernière.

La région est également le théâtre de violents affrontements entre milices rivales alimentés par la richesse minérale.