Médecine : le Royaume-Uni va tester le cannabis

A un moment donné de sa maladie, Alfie a fait environ 3.000 crises d'épilepsie et 48 visites à l'hôpital en un an.

Crédit photo, MAGGIE DEACON/PA WIRE

Légende image,

Alfie a fait environ 3.000 crises d'épilepsie et 48 visites à l'hôpital en un an.

Les autorités britanniques envisagent d'autoriser un traitement médical à base de cannabis pour soigner un garçon de six ans atteint d'une forme rare d'épilepsie.

Le Home Office, le ministère chargé de la sécurité publique, a dans un premier temps rejeté des demandes d'autorisation de cette thérapie, que ses services ont reçues de la famille du garçon, Alfie Dingley.

A la suite d'une rencontre avec sa famille, les autorités ont promis d'étudier la possibilité, pour les médecins du garçon, de recourir au cannabis s'il existe "des preuves suffisantes et rigoureuses" d'efficacité de la thérapie.

Elles précisent qu'"aucune décision n'a été prise" jusque-là.

Crédit photo, MAGGIE DEACON/PA WIRE

Légende image,

Alfie et sa mère

Hannah Deacon, la mère d'Alfie, qualifie déjà l'usage du cannabis comme une "bouée de sauvetage" pour le garçon qui subit jusqu'à 30 crises d'épilepsie par jour.

Emmené en septembre dernier aux Pays-Bas, où l'usage thérapeutique du canabis est légalisé, l'enfant avait vu ses crises épileptiques diminuer en nombre, en durée et en gravité, selon sa mère.

"Nous espérons beaucoup que le Home Office nous donnera cette bouée de sauvetage. Je pense que les autorités savent combien le problème auquel nous confrontés est grave", affirme Hannah Deacon.

"Le gouvernement a beaucoup de sympathie avec Alfie et sa famille, en raison de la situation difficile qu'ils vivent", a dit à la BBC un porte-parole du Home Office.

Un groupe parlementaire dédié à la politique du médicament au Royaume-Uni a exprimé sa sympathie avec Alfie et sa famille. "Il serait cruel de ne pas permettre à Alfie d'avoir accès aux médicaments" qu'il lui faut, a affirmé l'un des responsables de ses membres, le député conservateur Crispin Blunt.

Les vertus thérapeutiques du cannabis ne sont pas légalement reconnues au Royaume-Uni. Dès lors, cette substance ne peut être prescrite, administrée ou fournie aux malades.