RDC: la Corée déconseille la "machine à voter"

Une machine à voter en RDC Copyright de l’image Getty Images
Image caption Une machine à voter en RDC

La Corée du Sud qui fabrique cette machine dit redouter les fraudes et les retards que l'usage de la machine à voter pourrait occasionner. Mais Kinshasa compte toujours l'utiliser.

Dans un communiqué, Séoul prend clairement ses distances avec la firme sud-coréenne qui fabrique ce dispositif de vote électronique.

Une méfiance qui rejoint celle de l'opposition congolaise qui estime que l'usage de cette machine va favoriser la fraude.

La mise en garde des autorités sud coréennes laisse de marbre la centrale électorale congolaise (CENI), dont le porte-parole a confié à la BBC que la prise de position de la Corée ne peut rien changer, puisque le marché d'achat des kits ne concerne pas l'Etat Coréen.

La CENI estime aussi que l'usage de cette technologie va permettre de réduire le coût et la durée du processus électoral.

Ces dernières semaines, la Commission électorale multiplie les campagnes de vulgarisation de ce dispositif de vote électronique controversé.

Cette machine à voter se présente sous la forme d'un écran tactile.

Pour chacun des trois scrutins prévus le 23 décembre, la photo des candidats apparaît sur l'écran.

L'électeur sélectionne tour à tour son candidat président, député national et député provincial.