Syrie: Washington prêt à "dégainer", Moscou dénonce une "agression"

Donald Trump et ses alliés ont brandi la menace de nouvelles frappes si Bachar al-Assad franchissait encore la "ligne rouge".

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les experts estiment que ces frappes n'auront pas d'impact sur le conflit syrien

La Russie, soutien politique et militaire du pouvoir syrien, a répliqué aux frappes sur le terrain diplomatique. Aux Nations unies, elle a demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité mais a échoué à faire voter sa résolution.

L'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley est pour maintenir la pression sur le président Assad mais aussi sur ses alliés russes et iraniens.

Le président français Emmanuel Macron a pour sa part estimé qu'après les frappes, c'était maintenant au Conseil de sécurité de "reprendre l'initiative sur les plans politique".

La France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont remis samedi à leurs 12 partenaires du Conseil un nouveau projet de résolution sur la Syrie. Ce projet a plusieurs facettes - chimique, humanitaire et politique -, incluant la création d'un nouveau mécanisme d'enquête sur l'emploi d'armes chimiques, selon des diplomates.