Au Nigeria, un débat présidentiel sans Buhari

Muhammadu Buhari (à gauche) et Atiku Abubakar, en 2014 Copyright de l’image AFP/Getty Images
Image caption Muhammadu Buhari (à gauche) et Atiku Abubakar, en 2014

L'ancien vice-président Atiku Abubakar, candidat du Parti démocratique populaire (PDP), considéré comme le principal adversaire de M. Buhari, a quitté le plateau pour dénoncer l'absence de ce dernier.

Le débat devait initialement réunir les cinq principaux candidats dont le chef de l'Etat sortant, afin de confronter leurs idées et programmes.

Lire aussi:

Atiku Abubakar affrontera Muhammadu Buhari

Buhari dément avoir été cloné

Au moment du débat, M. Buhari faisait campagne à Jos (centre) pour le Congrès des progressistes (APC). La présidence n'a donné aucune explication officielle de l'absence du président sortant, candidat à un deuxième mandat.

Présent sur le lieu de l'émission diffusée en direct depuis un hôtel d'Abuja, l'ancien vice-président Atiku Abubakar a dénoncé "une offense à nous tous et à notre démocratie".

Il a ainsi quitté les lieux avant le démarrage du débat, selon l'Agence France-Presse.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption L'ancienne ministre de l'Education, Oby Ezekwesili, fait partie des 73 candidats à l'élection présidentielle.

"Je ne peux ni défier ni interroger une administration où l'homme aux commandes des affaires de la nation n'est pas présent pour se défendre ou défendre sa politique", déclare M. Abubakar dans un ommuniqué.

"Toutefois, je mets le président Buhari au défi de choisir une date et une heure pour un débat où il sera présent, et où je serai présent, si possible avec les autres candidats", ajoute-t-il.

Les trois autres candidats ont pris part au débat. Il s'agit de l'ancienne ministre de l'Education et figure de la société civile Oby Ezekwesili, un cadre de la Banque centrale du Nigeria et des Nations unies, Kingsley Moghalu, et l'entrepreneur Fela Durotoye.

Lire aussi:

Défections dans les rangs du parti de Muhammadou Buhari.

L'élection présidentielle aura lieu le 16 février prochain. Il y a 73 candidats au total. Selon la commission électorale nationale, plus de 84 millions d'électeurs se sont inscrits pour prendre part aux élections, dans ce pays, le plus peuplé d'Afrique avec plus de 180 millions d'habitants.

Sur le même sujet