Au Liberia, des étudiants réclament 100 millions de dollars "disparus"

Une campagne "Bring back our money" (Rendez l'argent) est menée depuis la disparition présumée de 53,3 milliards de francs CFA. Copyright de l’image AFP/Getty Images
Image caption Une campagne "Bring back our money" (Rendez l'argent) est menée depuis la disparition présumée des fonds.

Des étudiants ont manifesté lundi à Monrovia pour exiger du président libérien la publication des conclusions de l'enquête sur la disparition présumée de 100 millions de dollars US - environ 53,3 milliards de francs CFA.

L'investigation sur les fonds publics "disparus" depuis mars dernier a débuté il y a trois mois.

L'information a été livrée par un des organisateurs de la manifestation, Martin Kollie.

Lire aussi :

60 millions dollars disparaissent au Liberia

"Pas d'argent disparu au Liberia", selon la banque centrale

La manifestation des étudiants a eu lieu quelques heures avant le discours à la nation que le président et ancien footballeur George Weah doit prononcer, un an après son élection à la présidence libérienne.

Smith Toby, adjoint de l'attaché de presse du chef de l'Etat, a déclaré à la BBC qu'aucun des services chargés de l'enquête n'a encore présenté son rapport au président.

Il se demande pourquoi les manifestants n'exercent pas de pression sur les enquêteurs pour qu'ils rendent leurs conclusions publiques au lieu d'inciter le président à l'action.

George Weah va demander des comptes à toute personne qui serait responsable de la disparition présumée de l'argent, selon Smith Toby. Il assure que le président est lui-même très intéressé par les résultats de l'enquête.

Copyright de l’image AFP/Getty Images
Image caption Le siège de la banque centrale du Liberia

Des billets de banque fraîchement imprimés et destinés à la banque centrale auraient disparu des conteneurs du principal port et de l'aéroport de Monrovia.

Le gouvernement avait ordonné une enquête, et le président du Liberia, George Weah, a demandé l'aide des États-Unis pour cette enquête.

Lire aussi :

L'an I de George Weah à la présidence du Liberia

Sur le même sujet