"Il faut autoriser l'avortement médicalisé pour sauver ces  milliers de femmes victimes d'inceste ou de viol"
Media playback is unsupported on your device

Ami Sakho: "Il faut autoriser l'avortement médicalisé pour sauver ces milliers de femmes victimes d'inceste ou de viol"

Au Sénégal, la société civile poursuit son combat pour la légalisation de l'avortement médicalisé dans les conditions proposées par l'accord de Maputo. C'est-à-dire en cas d'agression sexuelle, de viol, d'inceste, ou d'atteinte à la santé ou la vie de la mère et du fœtus.

L'avortement est puni par le Code pénal d'une peine pouvant aller de six mois à cinq ans de prison.

Pendant ce temps, le taux de mortalité et morbidité maternelle liés aux avortements clandestins s'élève de plus en plus. 8% des décès maternels sont liés à ces derniers.

Pour en parler nous recevons Amy Sakho, présidente du comité de plaidoyer pour l'accès à l'avortement médicalisé. Elle a été jointe par Adja Aicha SENGHOR.

Sur le même sujet