Ebola : la Tanzanie accusée de rétention d'information

Un homme se fait vacciner contre la fièvre Ebola à Butembo, en République démocratique du Congo, pays voisin de la Tanzanie. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Un homme se fait vacciner contre la fièvre Ebola à Butembo, en République démocratique du Congo, pays voisin de la Tanzanie.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) accuse la Tanzanie d'avoir refusé de fournir des informations sur des cas suspects d'Ebola.

Cette attitude compromet les efforts visant à éradiquer cette maladie, selon l'OMS.

L'agence des Nations unies chargée de la santé déclare avoir reçu des informations indiquant qu'une personne est décédée dans ce pays d'Afrique de l'Est à la suite de symptômes ressemblant à celle d'Ebola.

Lire aussi :

Un vaccin expérimental contre Ebola en Ouganda

L'OMS affirme, sur la base des informations reçues, que des voisins de la personne décédée avaient été mis en quarantaine.

Elle déclare que des informations non officielles que le patient décédé a fait l'objet d'un diagnostic selon lequel il avait été infecté par le virus Ebola.

Copyright de l’image SPL
Image caption Le virus Ebola

L'OMS soutient aussi avait reçu des informations concernant deux autres cas suspects.

"Malgré plusieurs demandes, l'OMS n'a reçu des autorités tanzaniennes aucun détail sur ces cas", déplore l'agence des Nations unies.

Lire aussi :

Ebola : un an après

Ebola : un traitement efficace à 90% testé en RDC

La Tanzanie a déclaré la semaine dernière qu'elle n'avait aucun cas confirmé ou suspect d'Ebola.

Elle est voisine de la République démocratique du Congo, où la fièvre hémorragique a fait quelque 2 000 morts depuis août 2018.

L'économie tanzanienne dépend fortement du tourisme, un secteur qui pourrait connaître des difficultés si des cas d'Ebola sont confirmés dans le pays.

Sur le même sujet