Arrestation de figures de la société civile guinéenne

Coup de filet contre la société civile guinéenne avant des manifestations à haut risque.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Six dirigeants du Front national pour la défense de la Constitution ont été arrêtés

Les autorités guinéennes ont procédé samedi à l'interpellation de plusieurs figures de la société civile engagées dans la contestation contre l'ambition prêtée au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat, à 48 heures de manifestations.

Outre M. Sanoh, les personnalités interpellées, membres comme lui d'associations de la société civile, sont le responsable des opérations du FNDC, Ibrahima Diallo, des stratégies et de la planification, Sékou Koundouno, et Mamadou Baïlo Barry, de l'ONG Destin en Main. A écouter aussi.

Media playback is unsupported on your device
L'invité Afrique de BBC Matin du 12/10/2016

Une demi-douzaine de dirigeants du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), une coalition créée en avril par des partis d'opposition, des syndicats et des membres de la société civile, ont été interpellés par des membres des forces de l'ordre "cagoulés" au domicile de leur coordinateur, Abdourahamane Sanoh, alors qu'ils se préparaient à donner une conférence de presse pour détailler les modalités de la mobilisation prévue lundi, selon l'opposition.

Guinée : le dialogue politique suspendu

Ancien opposant historique, le président Alpha Condé, 81 ans, est le premier président démocratiquement élu de la Guinée.

L'opposition s'attend à ce qu'il officialise bientôt la tenue d'un référendum constitutionnel. Fin septembre, il avait demandé aux Guinéens de s'y "préparer".