"Au Sénégal, comment j'ai convaincu des pères de porter leurs bébés au dos"

Partager avec Email Partager avec Facebook Partager avec Twitter Partager avec Whatsapp

Image copyright Marta Moreiras
Image caption Birama, ingénieur civil, et son bébé Ndeye.

Marta Moreiras et les pères portant leurs bébés au dos ayant participé aux séances photos, ont été étonné s par l'attention qu'ils ont suscitée dans les rues de Dakar, la capitale du Sénégal.

"Les gens applaudissaient - parfois c'était un peu difficile de prendre la photo parce que nous avions un public si nombreux ", a expliqué la photographe espagnole à la BBC.

"Toutes les femmes disaient : tope-là, je vais appeler mon mari - on ne voit pas ça tous les jours."

Lire aussi :

Comment les tâches domestiques ont transformé un homme violent

Vaincre les clichés sur les femmes africaines

C'est exactement la raison pour laquelle Marta Moreiras a lancé son projet, qui a été présélectionné dans la catégorie portrait du concours Sony World Photography Awards Professional de cette année.

L'idée lui est venue alors qu'elle parcourait ses archives photographiques, qui remontent à 2008 pour le Sénégal.

Image copyright Marta Moreiras
Image caption Kumba et son bébé Binta - des archives de Marta Moreiras.

"J'ai réalisé que j'avais des tonnes de photos de mamans avec des bébés au dos, mais je me demandais pourquoi je n'avais aucun homme".

Lorsqu'elle a commencé à téléphoner à certains de ses amis sénégalais qui avaient eu des bébés, la plupart d'entre eux ont dit qu'ils porteraient des enfants sur leur dos s'ils étaient à la maison - mais jamais dehors.

Lire aussi :

La polygamie, une "injustice envers les femmes"

Kano: polygamie interdite aux "pauvres"?

"Il y a ici une grande division entre les espaces publics et les espaces privés... et ce que les autres pensent de vous est très important ", explique l'artiste engagée.

Image copyright Marta Moreiras
Image caption Demba, consultant financier, avec son bébé Ely.

Pourtant, ses recherches et ses entretiens ont révélé que les hommes jouent un rôle important dans l'éducation des enfants, notamment parce que Dakar est une ville chère et que les couples doivent souvent travailler tous les deux.

"Cela les oblige à diviser les tâches", affirme Marta Moreiras.

Lire aussi :

Journée internationale de la femme 2019 : Diriez-vous cela à un homme ?

Les libertés à la poubelle : Bonus

"Et quand j'ai demandé aux hommes s'ils participaient réellement à l'éducation de leurs enfants et s'ils aidaient à la maison, ils me disaient : "Oui, je suis obligé, ma femme, elle travaille aussi, elle ne peut pas s'occuper de toutes les tâches", poursuit-elle.

"Mais chaque fois que vous voyez une photo d'un bébé, vous ne voyez jamais un père avec eux, ni jouer avec eux, ni les emmener à l'école, ni les laver ", souligne la photographe.

Image copyright Marta Moreiras
Image caption Cheikh, un vidéographe indépendant, et son bébé Zoé.

C'est ainsi qu'elle a commencé à convaincre les personnes qu'elle interviewait de poser pour elle.

"Je disais : 'D'accord, alors pour le rendre plus visible - ce rôle du père - je veux prendre une photo de toi avec ton enfant.'"

Image copyright Marta Moreiras
Image caption Jules, un informaticien, et son bébé Jade.

Quand ils étaient d'accord, elle proposait que le bébé soit sur leur dos au lieu d'être dans leurs bras - ce qu'ils acceptaient volontiers, hésitant seulement quand elle leur demandait de sortir pour donner au portrait "un cadre plus intéressant".

"Nous ne faisons pas cela, nous n'emmenons pas les enfants dans la rue sur le dos ", a été la réponse qui revenait souvent, mais la persévérance de Moreiras a porté ses fruits.

Lire aussi :

Ces designs qui ignorent les femmes

Le Ghanéen aux 100 enfants en veut encore

"La réaction dans la rue a été très cool, alors le gars que je photographiais a commencé à se sentir plus à l'aise", se souvient-elle.

Image copyright Marta Moreiras
Image caption Moulaye, producteur de musique, et ses enfants Hassan et Malick.

Les portraits qu'elle a réalisés sur une période de deux à trois mois ont été exposés en mai dernier à Dak'Art, la Biennale d'art contemporain africain, qui transforme toute la ville de Dakar en galerie d'art.

Et les photos sont devenus un sujet de débat - compte tenu de la décision inspirée d'organiser son exposition aux parcours sportifs - un grand espace ouvert plein d'équipements sportifs situé sur le front de mer, prisé par les dakarois et dakaroises à la recherche d'un beau corps.

Image copyright Marta Moreiras
Image caption Mouhammed, photographe, et son fils Zakaria.

"Quatre-vingt-dix-neuf pour cent des gens qui s'y rendent sont des hommes, montrant leur côté masculin et macho ", selon Marta Moreiras.

Mais ils sont aussi en âge de devenir des pères - le public cible parfait, pour la photographe.

Lire aussi :

Kidjo: "les Africains sont des machos"

Une photo en particulier a eu un grand impact parce qu'elle représentait un rappeur populaire, Badou, connu pour son machisme.

Image copyright Marta Moreiras
Image caption Badou, rappeur, avec son bébé Mouhammed.

"C'est une personnalité publique, et tout le monde le connaît. Il est important dans ce projet que des personnes célèbres soient incluses pour être des modèles et ouvrir le débat afin de réaliser qu'il n'y a rien de mal à cela ", a déclaré la photographe.

Certaines personnalités publiques ont rejeté sa demande lorsqu'elle s'est adressée à elles parce qu'elles s'inquiétaient de la réaction du public.

Pour Marta Moreiras, qui a huit de ses portraits dans la série des World Photography Awards, ce sera un "projet sans fin".

"Je suis encore dessus - je suis heureuse d'avoir autant de papas que possible parce que je crois que pour détruire ce stéréotype des mamans avec bébés, que nous avons vu depuis toujours, nous devons faire au moins le même nombre d'images avec les hommes".

Image copyright Marta Moreiras
Image caption Scorpion, un sculpteur sur bois, et son bébé Africa.

Images de Marta Moreiras.

Les gagnants du concours Sony World Photography Awards Professional 2019 seront annoncés le 17 avril 2019. Toutes les séries présélectionnées seront exposées à Somerset House à Londres du 18 avril au 6 mai 2019.

À regarder :

Video caption Être femme en Afrique en 2018, ça signifie quoi?