Comment la famille Lumumba a su que la dent remise par la Belgique est authentique

Papa Atou Diaw

BBC Afrique

La Famille Lumumba

Crédit photo, Jean Jacques Lumumba

En RD Congo, la cérémonie d'inhumation du reste de la dépouille de Patrice Lumumba est prévue pour ce jeudi.

Depuis lundi, un deuil national de trois jours est observé en l'honneur du héros de l'indépendance de la RDC assassiné il y a 61 ans.

Défilé silencieux, exposition, c'est tout un programme religieux et culturel qui est organisé en l'honneur de Lumumba depuis la semaine dernière où un pèlerinage a permis de retracer le parcours.

A lire aussi sur BBC Afrique

Une dent couronnée d'or qui constitue tout ce qui reste du héros de l'indépendance congolaise  a été remise à la famille de Patrice Lumumba lors d’une cérémonie à Bruxelles. Elle a par la suite était rapatriée en RD Congo.

Cependant, certaines personnes se posent des questions sur l’authenticité de cette dent.

Jean-Jacques Lumumba, petit-neveu de Patrice Lumumba tient à rassurer les sceptiques.

''Il a été authentifié que c’est la dent de Patrice Lumumba'', déclare-t-il à la BBC.

Crédit photo, Jean-Jacques Lumumba

Légende image,

Jean-Jacques Lumumba veut que justice soit rendue pour que la vérité réellement soit connue.

 ‘’ Tous les examens nécessaires ont été faits, même si les tests ADN n'ont pas été poussés compte tenu de la détérioration de la dent, parce que vous savez que ça fait 61 ans que la dent a été gardée’’, explique-t-il.

La dent de Patrice Lumumba était détenue par le commissaire de police belge, Gérard Soete. Il a supervisé et participé à la destruction de la dépouille et a pris la dent.

Gérard Soete, apparaissant dans un documentaire en 1999, a décrit la dent et les doigts qu'il a pris comme "une sorte de trophée de chasse". 

Crédit photo, JELLE VERMEERSCH

Légende image,

La fille de Gerard Soete a montré la dent, dans une boîte rembourrée, à un photographe en 2016.

M. Jean-Jacques Lumumba considère le débat sur l’authenticité de la dent de Patrice Emery Lumumba comme une polémique inutile.

Il préfère plutôt que l’on se concentre sur le procès afin que justice soit rendue.

‘’La famille a porté plainte contre des gens qui ont été impliqués directement sur la mort de Patrice Emery Lumumba et aujourd'hui, beaucoup de ces gens sont en train de mourir’’, déclare-t-il.

‘’Il ne reste que deux parmi les personnes accusées’’, martèle-t-il.

Il en appelle à une plus grande implication du gouvernement congolais ''qui aurait pu se constituer partie civile pour exiger et faire avancer ce dossier.''

''C’était un deuil interminable''

Le retour de la dépouille de Patrice Lumumba dans son pays est selon son fils Roland Lumumba, un sentiment d’un devoir accompli. Il se dit soulagé de pouvoir enfin enterrer la dépouille de son père.

Abattu par un peloton d'exécution en 1961 avec le soutien tacite de l'ancienne puissance coloniale belge, son corps a ensuite été enterré dans une tombe peu profonde, déterré, transporté sur 200 km inhumé à nouveau, exhumé puis finalement dissous dans l’acide.

''On a vécu le deuil très durement, parce que c’était un deuil interminable'', déclare Roland Lumumba à la BBC.

La découverte du lieu où le crime a été commis est également un moment particulier pour la famille.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Roland Lumumba

''On imagine énormément de choses, on imagine ses souffrances, tout ce que lui et ses compagnons ont subi'', poursuit-il.

Aujourd’hui on assiste à un réchauffement des relations entre la Belgique et les dirigeants de son ancienne colonie.

Déjà en 2020, le roi Philippe de Belgique avait exprimé ses regrets au sujet des "actes de violence et de cruauté" commis lors de la domination coloniale au Congo.

Il a par la suite effectué un déplacement en RD Congo précédant donc l’arrivée de la dépouille de Patrice Lumumba.

Les deux pays ont le regard plutôt tourné vers l’avenir. Ce qui rejoint l’aspiration Roland Lumumba.

Pour le fils de Patrice Lumumba, l’enterrement de la dent de son père ferme le chapitre de la colonisation, de la lutte de la libération et de l’assassinat de ce héros de l’indépendance congolaise.

''On ouvre un autre chapitre pour les générations futures, pour des relations mieux adéquates entre la Belgique et le Congo, qu’on soit dans le respect et l’égalité.''