4 clés pour comprendre ce qui se passe dans la guerre entre l'Ukraine et la Russie

La rédaction, BBC News Mundo

Cérémonie funéraire à Kiev en l'honneur d'un commandant ukrainien tué pendant la guerre

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Cérémonie funéraire à Kiev en l'honneur d'un commandant ukrainien tué pendant la guerre

Alors que l'invasion de l'Ukraine par la Russie entre dans son quatrième mois, Moscou poursuit ses bombardements sur les villes ukrainiennes, y compris la capitale, tandis que l'Ukraine continue de résister.

Le nombre de réfugiés et de morts, civils et militaires, ne cesse d'augmenter, mais la Russie ne recule pas et affirme qu'elle ne quittera pas l'Ukraine avant de l'avoir "libérée".

Lundi, le président Volodymyr Zelensky s'est adressé aux dirigeants du G7 (Groupe des sept) - une organisation comprenant les sept nations les plus riches du monde, à savoir le Canada, la France, l'Allemagne, l'Italie, le Japon, le Royaume-Uni et les États-Unis - qui se réunit cette semaine au château d'Elmau, dans la ville de Kruen, dans le sud de l'Allemagne.

Il a réitéré son souhait que l'Occident envoie à l'Ukraine davantage d'armes lourdes et d'équipements de défense aérienne pour résister aux attaques continues de missiles de la Russie.

Mais juste avant le discours du président ukrainien, plusieurs alertes de frappes aériennes ont été activées pour son pays.

A surtout lire sur BBC Afrique :

La région de Kiev a de nouveau été l'une des cibles, ainsi que certaines parties du nord et de l'ouest du pays.

Dimanche, à la suite d'un attentat à la bombe contre un immeuble d'habitation de la capitale, une personne a été tuée et six autres blessées.

Et lundi, un missile a frappé un centre commercial dans la ville de Kremenchuk, dans le centre-nord de l'Ukraine, une attaque qui a été qualifiée de crime de guerre par le dirigeant régional Dmytro Lunin.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Centre commercial de la ville de Kremenchuk en flammes après une attaque russe

Selon M. Zelensky, 1 000 personnes se trouvaient dans le centre commercial au moment de l'attaque.

Dans cet article, nous vous donnons 4 clés pour comprendre ce qui se passe dans la guerre entre la Russie et l'Ukraine.

1. Sur le terrain : la lutte pour l'Est

Depuis l'échec de son projet initial d'envahir l'ensemble du pays, Moscou s'est concentré sur la capture du Donbas.

Il s'agit d'une zone de l'est de l'Ukraine composée de deux régions : Donetsk et Luhansk.

Prendre l'un ou l'autre permettrait au président russe Vladimir Poutine de présenter à son peuple un exploit, ce dont il a besoin après les échecs essuyés au début de l'invasion.

Au fil des jours, la Russie continue de gagner du terrain et d'avancer, bien que lentement.

Ce samedi, les forces russes ont entièrement occupé Severodonetsk, une ville qui comptait autrefois plus de 100 000 habitants et qui est aujourd'hui réduite en ruines après des semaines de combats pour la contrôler.

S'exprimant samedi soir après que Moscou a confirmé la chute de Severodonetsk au profit de la Russie, M. Zelensky a admis que c'était un jour difficile, "moralement et émotionnellement" pour son pays.

Elle représente la perte de la plus grande ville encore sous contrôle ukrainien dans la région de Louhansk et rapproche le Kremlin de son objectif de capturer l'ensemble de la région.

Lire plus sur le conflit :

Si ce scénario est de plus en plus probable, il n'est pas garanti. La Russie doit encore prendre le contrôle de la ville voisine de Lysychansk, ce qui ne sera pas facile.

Lysychansk et Severodonetsk sont toutes deux situées sur la rivière Siversky Donets, qui traverse le Donbas et a été le théâtre de batailles coûteuses pour l'armée russe.

Des soldats envoyés par Poutine ont tenté de traverser cette rivière il y a un mois et, au cours de cette opération ratée, la Russie a perdu un groupe tactique entier d'un bataillon. Les Ukrainiens ont anéanti des centaines d'hommes et des dizaines de véhicules blindés qui tentaient de rejoindre l'autre rive du fleuve.

Tous les ponts entre Severodonetsk et Lysychansk ont été détruits et le fleuve est désormais devenu une barrière naturelle majeure à toute avancée russe.

La Russie va-t-elle continuer à tenter de s'emparer du Donbas afin de contraindre l'Ukraine à accepter un cessez-le-feu dans lequel elle céderait les régions de Louhansk et de Donetsk ? Très probablement, selon les analystes.

Mais il est presque certain que Kiev n'accepterait pas une telle proposition : elle a déclaré par le passé qu'elle n'était pas disposée à céder "même un pouce" de son territoire.

2. Plus proche de l'UE

Poutine a exprimé par le passé qu'il considérait les Russes et les Ukrainiens comme "un seul peuple, un seul tout". Il considère l'Ukraine comme un territoire qui, historiquement, a appartenu et appartient à la Russie.

Son invasion est largement considérée comme une tentative de forcer Kiev à revenir dans l'orbite de Moscou.

Mais elle a obtenu le contraire, rapprochant toujours plus les Ukrainiens de l'Europe.

La semaine dernière, Bruxelles a accordé à l'Ukraine le statut de candidat à l'Union européenne (UE), une décision que le président du Conseil européen, Charles Michel, a qualifiée d'"historique".

Le Kremlin s'attendait déjà à cette annonce et l'a minimisée. M. Poutine a déclaré qu'il n'avait "rien contre" une éventuelle adhésion de l'Ukraine à l'UE.

Le statut de candidat est la première étape officielle vers l'adhésion à l'UE, un processus qui peut prendre de nombreuses années. Ce statut ne garantit pas qu'elle rejoindra un jour pleinement le club.

Mais, selon les analystes, le nouveau statut de l'Ukraine envoie un message fort à Moscou : ni Kiev ni Bruxelles n'acceptent la vision de Poutine d'établir un nouvel ordre européen.

3. Une pression internationale renouvelée

Dans une déclaration commune, les dirigeants du G7 ont lancé lundi un appel "urgent" à la Russie pour qu'elle cesse ses attaques contre les infrastructures agricoles et de transport et autorise le libre passage des produits agricoles depuis les ports ukrainiens de la mer Noire.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

La guerre de la Russie en Ukraine pourrait pousser 49 millions de personnes vers la famine ou des conditions similaires, selon les Nations unies

En raison du blocus russe des céréales ukrainiennes, dont dépendent des millions de personnes en Afrique et au Moyen-Orient, une crise alimentaire mondiale s'installe progressivement.

Selon le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies, plus de 345 millions de personnes dans le monde sont confrontées à des "niveaux aigus d'insécurité alimentaire" alors que la guerre en Ukraine approche de son cinquième mois.

La guerre en cours, combinée à la hausse des prix mondiaux du carburant et aux conséquences de la pandémie de covidés, a considérablement accru la menace imminente de famine dans le monde.

L'inflation frappe également durement les plus grandes économies européennes, mais les dirigeants du G7 continuent de faire preuve d'une unité apparemment inébranlable en rejetant l'invasion russe.

"Le prix de la liberté vaut la peine d'être payé", affirme Boris Johnson lundi lorsqu'un journaliste l'a interrogé sur le coût de l'aide à la défense de l'Ukraine.

Le dirigeant a fait valoir que laisser la Russie "s'en tirer" en envahissant son voisin occidental aurait des conséquences "effrayantes" et conduirait à davantage d'instabilité.

Il a également comparé le conflit à la défaite de l'Allemagne nazie lors de la Seconde Guerre mondiale, notant que cette guerre avait été "très coûteuse" mais avait apporté une "stabilité à long terme".

Les dirigeants du G7 réunis en Allemagne ont examiné les nouvelles sanctions qu'ils pourraient imposer à la Russie pour tenter d'arrêter la machine de guerre du président russe Vladimir Poutine.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Le Premier ministre britannique a salué lundi l'unité et la détermination des dirigeants occidentaux à aider l'Ukraine

James Landale, correspondant diplomatique de la BBC, explique que l'objectif d'un nouveau train de sanctions serait de montrer à Poutine la détermination de l'Occident.

Le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada et le Japon ont annoncé dimanche qu'ils allaient interdire les importations d'or russe afin d'affecter la capacité de Moscou à financer sa guerre en Ukraine.

Le président américain Joe Biden a suggéré que l'Allemagne, la France et l'Italie se joignent également à cette initiative.

Washington a également annoncé de nouvelles sanctions à l'encontre du secteur de la défense russe et les dirigeants du G7 ont convenu que l'argent provenant des droits de douane élevés imposés aux exportations russes devrait être envoyé sous forme d'aide à l'Ukraine.

4. L'effet des sanctions

En début de semaine, il a été signalé que la Russie avait manqué à ses obligations en matière de paiement de la dette pour la première fois depuis 1998, après avoir manqué une échéance importante.

Le Kremlin a indiqué qu'il disposait de l'argent nécessaire pour effectuer un paiement de 100 millions de dollars, mais que les sanctions l'ont empêché d'atteindre sa destination à temps.

À ce jour, les États-Unis, l'Union européenne, le Royaume-Uni et d'autres pays ont sanctionné plus de 1 000 personnes et entreprises russes.

En raison des sanctions qui ont déjà été imposées, le pays devrait connaître une profonde récession et se contracter de 10 % d'ici 2022.

Bien que les rayons des supermarchés moscovites soient encore relativement pleins, selon les rapports de Steve Rosenberg, rédacteur en chef de BBC Russie, certains produits importés ne sont plus disponibles.

En outre, un grand nombre d'entreprises occidentales ont fermé tout ou partie de leurs activités dans le pays, notamment Nike, McDonald's, Nestlé, Visa, Mastercard, Sony, Netflix et bien d'autres.

En outre, le pays a enregistré une inflation annuelle de 17,1 % en mai et les ventes de voitures ont chuté de 83,5 % au cours du même mois.

Les sanctions internationales auraient provoqué un effondrement économique si elles étaient tombées du ciel, explique à la BBC Chris Weafer, de la société de conseil Macro Advisory, basée à Moscou.

Mais comme la Russie a connu des sanctions depuis l'invasion de la Crimée en 2014, elle a pu procéder à certains ajustements pour amortir les dégâts, selon l'expert.