Que sont les kystes et quand représentent-ils un danger ?

Cristiane Martins Londres, BBC News Brésil

Femme qui souffre

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

La présence d'un kyste ovarien est courante et ne présente généralement aucun symptôme.

Un kyste est une sorte de capsule présente dans les organes ou les tissus du corps humain. Il est généralement bénin, ne provoque aucun symptôme et est généralement découvert involontairement. Mais il existe des kystes dits complexes, qui peuvent devenir malins. Il existe des dizaines de types et de causes possibles de leur apparition et, la plupart du temps, il n'est pas nécessaire de les traiter.

Parmi les plus courants, on trouve les kystes folliculaires ovariens, épidermiques, rénaux, mammaires et thyroïdiens. On estime, par exemple, qu'une femme sur trois aura un kyste ovarien à un moment donné de sa vie.

Il existe deux types de kystes ovariens. L'un appelé kyste ovarien fonctionnel, lié au cycle menstruel, présent chez les femmes en âge de procréer et généralement inoffensif et rapide.

Un autre appelé kyste ovarien non fonctionnel, qui est lié à une croissance anormale des cellules et n'est pas lié au cycle menstruel et ne disparaît souvent pas naturellement. C'est-à-dire qu'elle peut nécessiter un traitement.

A surtout lire sur BBC Afrique :

Antonio Siciliano, directeur du secteur diagnostic par imagerie de Richet et spécialiste en radiologie et imagerie diagnostique, membre à part entière du Colégio Brasileiro de Radiologia (CBR), explique dans une interview à BBC News Brazil qu'il existe quatre principaux types de kystes :

  • Kyste de rétention : kystes qui se produisent lorsqu'il y a obstruction partielle ou totale d'une glande, ayant ainsi une accumulation et une enveloppe de sa sécrétion, par exemple le kyste épidermique et le kyste du sinus maxillaire.
  • Kyste exsudatif : lorsqu'il y a un étirement dû à une sécrétion exagérée, comme le kyste de Baker, qui peut apparaître derrière la courbe du genou.
  • Kyste embryonnaire : résultant de la croissance de restes de tissus embryonnaires, comme le kyste branchial et le kyste dermoïde.
  • Kyste parasitaire : provenant de la larve d'un parasite, comme le kyste hydatique.

Il est fréquent que l'intérieur d'un kyste soit constitué d'un contenu liquide, comme du mucus, du LCR, du sang, de la kératine, du liquide synovial (situé dans les articulations) et même du pus, s'il est infecté.

Mais on peut aussi y trouver des substances semi-solides ou solides, par exemple. Ces kystes (ou nodules) nécessitent une analyse plus approfondie par un professionnel de la santé.

La localisation du kyste, son type (simple ou complexe), sa taille, son contenu, la présence de douleurs, de saignements ou d'une inflammation.

Tout cela doit être pris en compte par les professionnels de la santé qui évaluent au cas par cas. En effet, les traitements, lorsqu'ils sont nécessaires, sont différents pour chaque type de kyste, car ils ont des causes et des comportements distincts.

"Les kystes peuvent également être des tumeurs, qui commencent sous la forme d'un kyste et qui, peu après, commencent à apparaître comme une structure solide, ce sont les kystes dits complexes. C'est-à-dire qu'il a cessé d'être un kyste et a commencé à faire une structure solide", explique Jesus de Paula Carvalho, membre de la Commission nationale de gynécologie oncologique de Febrasgo (Fédération brésilienne des associations de gynécologie et d'obstétrique), à BBC News Brésil.

Il existe également ce que l'on appelle les pseudo-kystes, qui ressemblent à des kystes, mais qui n'ont pas de paroi, ni de contour bien défini.

Ils apparaissent dans le pancréas, comme le pseudo-kyste pancréatique, associé aux complications de la pancréatite, et dans la muqueuse buccale, comme le pseudo-kyste antral, associé aux allergies et aux infections des voies respiratoires supérieures.

Mais, le cas échéant, quel serait le traitement d'un kyste ?

Ça dépend. En cas de gêne, soit en raison de la taille, soit pour des raisons esthétiques, l'ablation totale du kyste épidermique peut se faire par voie chirurgicale.

En cas d'inflammation et d'infection répétées, le traitement peut d'abord cibler l'infection, avec des antibiotiques ou le drainage du pus. Ensuite, la nécessité d'une intervention chirurgicale est évaluée.

Parmi les signes qui attirent l'attention, citons les formes irrégulières (car elles sont presque toujours arrondies), les changements de taille, la douleur et la rougeur.

Vous trouverez ci-dessous des informations plus détaillées sur certains des kystes les plus courants et sur la manière de les différencier des tumeurs ou d'autres types de nodules.

Qu'est-ce qui différencie les kystes des tumeurs ou d'autres types de nodules ?

Comme le kyste, le nodule ou la tumeur ne se présentent pas de la même manière dans tous les organes et tissus. Mais certaines caractéristiques sont similaires, comme la croissance rapide, le saignement et l'apparition d'un contenu solide.

Siciliano, du CBR, explique que certains kystes peuvent avoir des caractéristiques atypiques.

"Il existe des critères d'évaluation, utilisant les informations de différents examens complémentaires, qui permettent de stratifier le risque de malignité de certains types de kystes, par exemple les kystes ovariens, pancréatiques et rénaux, et par conséquent de marquer une conduite."

Selon Carvalho, de Febrasgo, "si vous faites une image, et qu'en plus du kyste, il y a quelque chose de solide qui pousse, ce n'est pas cool. Il se peut qu'une tumeur se développe à l'intérieur du kyste".

En général, l'échographie, le scanner et l'IRM sont les techniques non invasives les plus courantes pour aider à ce diagnostic.

La conduite du professionnel de santé tiendra compte des caractéristiques du kyste, de sa localisation, de sa taille, outre la tranche d'âge et le biotype du patient, de la disponibilité et de l'interprétation des résultats des tests effectués.

Malgré les inquiétudes courantes chez les femmes, le kyste de l'ovaire n'est pas synonyme de cancer, qui dans presque tous les cas dérive des cellules épithéliales qui tapissent l'organe.

Ce type de cancer, le deuxième plus fréquent (près de 20 nouveaux cas par jour au Brésil), commence à se développer très rapidement, surtout chez les femmes de plus de 50 ans.

Il n'y a pas d'inquiétude quant au risque de malignité dans les kystes purs, sans composante solide, et aussi dans ceux qui présentent un aspect de kystes multiples semblables à une éponge", explique Cleo Otaviano Mesa Junior, directeur de la Société brésilienne d'endocrinologie et de métabologie (Sbem), médecin de l'Hospital de Clínicas de l'Université fédérale du Paraná (UFPR) et professeur de PUC-PR.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

En général, l'échographie, la tomographie par ordinateur et l'imagerie par résonance magnétique sont les techniques non invasives les plus courantes pour aider à diagnostiquer les kystes

Siciliano rappelle que, à proprement parler, le diagnostic final de la présence ou de l'absence de tissu néoplasique à l'intérieur d'un kyste sera établi au moyen d'une biopsie et d'une analyse histologique au microscope.

Un kyste ovarien chez un tiers des femmes

Selon le système de santé publique du Royaume-Uni, le NHS, la présence de kystes ovariens est courante et ne présente généralement pas de symptômes.

Mais lorsqu'ils apparaissent, il peut y avoir une envie d'uriner tout le temps, des douleurs pendant les rapports sexuels, des douleurs pelviennes, un ventre gonflé, de la constipation, une sensation de ballonnement même en mangeant peu.

Mais la plupart des petits kystes ne produisent ni signes (comme la sensation au toucher d'une sorte de petite boule) ni symptômes (comme des douleurs et des brûlures).

Habituellement, les kystes apparaissent et disparaissent naturellement, parfois sans même être remarqués. De nombreux kystes ne nécessitent pas de traitement, d'autres, comme certains kystes cutanés, s'ils ne disparaissent pas d'eux-mêmes, peuvent être drainés, comme ceux qui sont gros ou enflammés.

"La plupart des kystes ovariens sont bénins, fonctionnels, résultant d'un processus d'inflammation", explique Carvalho, de Febrasgo.

Mais il est important de faire attention, car la présence de symptômes indique généralement l'existence d'une rupture, d'une torsion ou de quelque chose qui empêche le sang d'atteindre les ovaires (comme la taille de celui-ci).

Il convient également de mentionner qu'en général, l'apparition des kystes ovariens est très différente de ce qui se passe dans le syndrome des ovaires polykystiques, un déséquilibre hormonal qui touche 5 à 10 % des femmes en âge de procréer et connu pour des manifestations telles que la présence de plus de cheveux (hirsutisme), l'acné, des menstruations irrégulières et une prise de poids.

Dans le cas des kystes ovariens, il y a plusieurs causes possibles : des altérations hormonales, en passant par l'endométriose, l'hémorragie et l'utilisation de médicaments pour la fertilité, comme c'est le cas du kyste de luteine theca.

D'autres problèmes de santé, comme l'endométriose, peuvent contribuer à l'apparition de kystes, affectant un ou deux ovaires.

Comme indiqué précédemment, il existe deux types de kyste ovarien : le kyste ovarien fonctionnel (qui a une relation avec le cycle menstruel et le retour naturel) et le kyste ovarien non fonctionnel (qui n'a pas de relation directe avec le cycle menstruel).

1. Kyste ovarien fonctionnel

Les femmes naissent avec des millions d'ovules et parmi ceux-ci, seuls 400 environ finissent par ovuler. Les autres sont des ovules qui se transforment en kystes, qui sont produits puis perdus.

En d'autres termes, une femme en âge de procréer peut produire chaque mois des kystes ovulatoires, qui se rompent, libèrent les ovules et disparaissent.

En général, une femme ovule le 14e jour de son cycle menstruel, ce qui signifie que probablement le jour précédant l'ovulation, un kyste s'est formé à cet endroit.

Lorsque cette femme ovule, le lendemain, il n'y a plus de kyste car il se rompt généralement et libère l'ovule. Lorsqu'il ne se rompt pas, et donc ne libère pas l'ovule, on parle de kyste folliculaire (bénin), qui est le kyste ovarien le plus fréquent.

Un autre kyste fonctionnel est le kyste du corps jaune, qui se développe à partir du kyste folliculaire, c'est-à-dire qu'il apparaît après la libération de l'ovule qui n'a pas été fécondé.

Un troisième type de kyste ovarien fonctionnel est le kyste hémorragique, marqué par une hémorragie interne - généralement due à la rupture d'un vaisseau sanguin. Mais il cesse d'exister dès que le sang qui y est présent est réabsorbé par le corps.

Le diagnostic peut être établi par une échographie transvaginale.

Comme dit précédemment, les kystes bénins représentent la majorité des cas. C'est-à-dire qu'elles ne sont pas considérées comme des lésions précancéreuses (à un stade qui précède le cancer) et ne doivent donc être retirées que dans des cas très spécifiques (comme la présence de douleurs).

2. Kystes ovariens non fonctionnels

Il existe plusieurs types de kystes ovariens non fonctionnels :

Endométriome : touche les femmes atteintes d'endométriose (maladie chronique dans laquelle le tissu qui tapisse l'intérieur de l'utérus, l'endomètre, se développe à l'extérieur de l'organe). À l'intérieur de ce kyste se trouve du sang, généralement de couleur brunâtre, ressemblant à l'aspect du chocolat.

Dermoïde ou tératome : une tumeur bénigne des cellules germinales qui touche les femmes jeunes. Il s'agit d'un kyste du développement, qui peut accompagner une personne dès la naissance. Il peut contenir des cheveux, du sébum et même des dents, et est retiré chirurgicalement.

Cystadénome : une autre tumeur bénigne qui se développe rapidement et atteint des tailles plus importantes. Il est également retiré par voie chirurgicale.

En principe, ces trois tumeurs sont bénignes. Si le professionnel de santé chargé du diagnostic suspecte une malignité, il peut demander de nouveaux examens, mais il est plus fréquent que la complication associée à ces kystes soit le résultat d'une rupture, d'une torsion ou même d'une hémorragie.

La rupture du kyste provoque une douleur très forte et soudaine qui affecte la patiente et l'amène aux urgences.

Parfois, la douleur est confondue avec une appendicite. La torsion du kyste, quant à elle, se produit lorsque le diamètre du kyste augmente trop et finit par faire une torsion dans celui-ci.

Un autre kyste possible est le kyste de la vulve, plus précisément le kyste de la glande de Bartholin.

L'accumulation de liquide ou l'infection peuvent également boucher le canal de Bartholin, situé dans l'ouverture vaginale, et obstruer la glande à mucus, ce qui provoque un gonflement, une gêne et des douleurs. Il est possible de poser le diagnostic par un examen gynécologique.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Localisation du kyste, type (simple ou complexe), taille, contenu, présence de douleur, de saignement ou d'inflammation. Tout ceci doit être pris en compte par les professionnels de la santé qui évaluent au cas par cas.

Il est important d'analyser si la production de kystes provient d'un changement hormonal ou si elle nécessite une intervention chirurgicale. En cas d'infection, le kyste peut développer un abcès.

Les traitements comprennent les antibiotiques, la chirurgie de marsupialisation, le drainage et le laser CO2. Elle dépendra de la taille du kyste, de la présence éventuelle d'une infection et de symptômes tels que des douleurs pendant les rapports sexuels ou en position assise.

Le kyste qui peut apparaître sur le col de l'utérus s'appelle un kyste de Naboth et se produit lorsqu'il y a une obstruction des glandes de Naboth.

Il est généralement asymptomatique, mais s'il est hypertrophié, il peut présenter une gêne et peut donc être drainé ou retiré.

Il est possible de poser le diagnostic par un examen gynécologique. Ce kyste peut, comme les autres, disparaître de lui-même.

Autres types de kystes courants

1. Sein

Les seins sont également touchés par les kystes. "Lorsqu'un canal est obstrué, le liquide qui est produit à l'intérieur de ce canal se dilate et forme une bulle, un kyste", déclare Carvalho, de Febrasgo.

Ce kyste du sein se développe généralement lentement et touche les femmes en âge de procréer.

Parmi les examens qui peuvent être effectués figurent l'examen clinique, la mammographie et l'échographie. Si ce kyste vous gêne, il est possible de le drainer. "Le médecin prend une aiguille et une seringue, aspire, vide et c'est tout."

Dans certains cas, une biopsie peut être demandée pour évaluer, par exemple, la possibilité d'une malignité.

2. Épiderme

"Les kystes épidermiques sont les lésions kystiques les plus courantes de notre peau", explique Guilherme Gadens, de la Société brésilienne de dermatologie (SBD).

En général, la cause peut venir d'une trop forte sollicitation de la peau, d'un bouton, d'une blessure, de l'obstruction du follicule pileux (où naît le poil) ou de la multiplication des cellules à la surface de la peau (avec de la kératine, à la consistance pâteuse).

Mais "bien souvent, ces kystes se forment spontanément, sans explication plus précise".

Ce type de kyste prend généralement du temps à se développer, sans présenter de symptômes.

Selon le dermatologue, le kyste peut souvent être déplacé avec le doigt, ce qui montre qu'il n'est pas collé à la profondeur, une caractéristique communément liée aux lésions bénignes, et non malignes.

Mais le diagnostic définitif ne doit être posé que par des professionnels de la santé spécialisés.

3. Thyroïde

Les kystes thyroïdiens affectent la glande située à l'avant du cou ; ils sont fréquents et souvent petits et asymptomatiques.

"Ils représentent des formations nodulaires à l'intérieur de la glande thyroïde remplies totalement ou partiellement par un contenu liquide, une substance colloïdale produite par les cellules thyroïdiennes ressemblant à un gel de couleur jaune clair", explique Mesa Junior, de Sbem.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Le traitement n'est effectué que dans les kystes thyroïdiens qui causent une gêne esthétique ou compressive au patient

Inattendus dans leur comportement, ils peuvent y rester de nombreuses années sans donner de signe ou même régresser. Dans certaines situations, ils peuvent se développer rapidement à cause d'une hémorragie, mais ils causent rarement des problèmes au patient.

Il y a plusieurs causes possibles et peu expliquées.

"La persistance des diagnostics de nodules et de kystes thyroïdiens dans la population brésilienne suggère que d'autres facteurs génétiques et environnementaux encore peu étudiés doivent être impliqués", indique l'endocrinologue.

Selon lui, le traitement n'est effectué que dans les kystes "qui causent une gêne esthétique ou compressive au patient, au moyen d'une intervention chirurgicale pour enlever la lésion ou de techniques peu invasives guidées par ultrasons, comme l'injection percutanée d'éthanol et l'ablation thermique par radiofréquence/laser.

Mesa Junior explique également qu'un "kyste thyroïdien ne devient pas un cancer, mais il peut se produire au sein de lésions néoplasiques bénignes et malignes".

Les lésions mixtes dans cette région "peuvent être associées à d'autres tumeurs thyroïdiennes bénignes et malignes", mais le diagnostic concluant nécessite d'autres tests, comme une biopsie.

4. Rénal

En général, les kystes de ce type sont bénins, sans symptômes, ne causent pas de problèmes majeurs et peuvent être détectés par des tests d'imagerie. Ils peuvent provoquer des douleurs en cas de taille importante et de la fièvre en cas d'infection.

La possibilité de kystes rénaux augmente avec l'âge. Mais il existe aussi des maladies qui peuvent augmenter ces risques, notamment des maladies génétiques.

Lorsqu'il s'agit d'un kyste rénal complexe (avec des calcifications et une structure solide ou semi-solide), il a plus de chances de devenir un cancer - dans ce cas, le professionnel de santé chargé de l'évaluation peut demander des examens complémentaires.