Comment s'est produite la tragédie de Nador, la tentative de traversée terrestre la plus meurtrière vers l'Espagne depuis le Maroc

La rédaction, BBC Mundo

Barbelés à Melilla

Crédit photo, EPA

Légende image,

Ceuta et Melilla sont la seule frontière terrestre entre l'Afrique et l'Union européenne

Il s'agit de l'un des épisodes les plus sanglants de l'histoire de la seule frontière terrestre entre l'Afrique et l'Union européenne.

Depuis le vendredi 24 juin dernier, le décès d'au moins 23 personnes a été confirmé après que 2 000 migrants d'origine subsaharienne ont tenté de franchir la clôture de Melilla, la ligne fortifiée qui sépare l'Espagne du Maroc.

Plusieurs organisations humanitaires affirment que le nombre réel de morts pourrait être plus élevé et demandent une enquête immédiate pour clarifier les causes de l'incident.

L'Espagne accuse les mafias du trafic d'êtres humains d'être à l'origine de l'incident, et son premier ministre, Pedro Sánchez, a décrit l'afflux massif de migrants comme une "agression violente" contre "l'intégrité territoriale" du pays.

Le Maroc, quant à lui, se prépare depuis lundi à enterrer les morts. Une action également critiquée par plusieurs organisations comme étant hâtive et ne respectant pas la procédure établie.

A surtout lire sur BBC Afrique :

Les tentatives d'atteindre le territoire européen par Ceuta et Melilla, deux enclaves espagnoles sur la côte nord-africaine, ne sont pas rares.

Mais cette dernière a été la plus meurtrière à ce jour, et les images publiées montrant des migrants entassés, certains en sang et gisant immobiles sur le sol, ont suscité l'indignation internationale.

Comment sont morts les migrants ?

Selon l'agence de presse espagnole EFE, des voisins de la région ont indiqué que les migrants étaient arrivés tôt vendredi matin dans la zone de la clôture en passant par la ville marocaine de Nador, à quelques kilomètres de Melilla.

Selon des témoins, beaucoup étaient armés de bâtons, de couteaux, de pierres et d'outils pour couper les barreaux de la frontière.

"C'est la tentative de passage à Melilla la plus violente que j'aie jamais vue", affirme à l'agence de presse AFP Rachid Nejjarim, serveur dans un café situé près de la clôture fortifiée.

"J'ai vu des migrants armés de bâtons et de barres de fer... J'avais peur d'être attaqué", ajoute Nejjarim.

On estime qu'environ 2 000 migrants avaient l'intention de passer en Espagne.

Parmi eux, 500 ont réussi à s'approcher de la clôture pour tenter d'entrer. C'est là, coincé dans l'un des couloirs du poste frontière, que s'est produite l'avalanche fatale, selon la version des autorités marocaines, qui chiffrent le nombre total de morts à 23.

Selon ces rapports officiels, de nombreuses victimes sont tombées du haut de la clôture frontalière et d'autres ont été écrasées dans une bousculade.

Mais des témoins oculaires et des images diffusées par des survivants affirment que des officiers marocains ont agressé les migrants et ont tenté de les arrêter à l'aide de matraques, de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc.

"La police marocaine nous a battus, a tué nos amis et je ne comprends pas pourquoi", explique Amir, un jeune Soudanais qui a rejoint Melilla, au site d'information eldiario.es.

"Les Marocains m'ont beaucoup battu. La répression était très forte. Cela n'a jamais été comme ça", confie Karin, un autre homme originaire du Soudan.

L'organisation Caminando Fronteras affirme qu'au moins 37 personnes sont mortes et que le nombre pourrait continuer à augmenter. Des dizaines de personnes ont été blessées.

Les autorités espagnoles traitent actuellement les 133 migrants qui ont réussi à franchir la frontière.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Plusieurs migrants se dirigent vers le centre de séjour temporaire pour migrants de Melilla après avoir réussi à franchir la barrière

L'Association marocaine des droits de l'homme (AMHD), dans la province de Nador, a qualifié d'"inhumaine" la manière dont s'est déroulée la détention des migrants.

Et Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'Union africaine, s'est dit "choqué et préoccupé par le traitement violent et dégradant des migrants africains".

Peu après l'incident, l'AMHD a publié une vidéo sur les médias sociaux montrant des dizaines de migrants entassés sur le sol près de la frontière.

Certains corps étaient couchés les uns sur les autres et on pouvait voir des traces de sang et des morceaux de vêtements tout autour. De nombreux migrants semblent blessés et beaucoup d'autres ne montrent aucun signe de mouvement.

D'autres images publiées par l'organisation montrent des officiers marocains frappant certains des migrants qui n'offrent aucune résistance.

Les récits de brutalités policières, l'absence de détails suffisants sur la manière dont on en est arrivé là et ce qui est considéré comme une hâte du Maroc à commencer à enterrer les corps ont conduit plus de 50 organisations de défense des droits de l'homme à demander une enquête immédiate de la police.

Dimanche, l'AMHD a averti que les autorités marocaines "ont l'intention de dissimuler rapidement le désastre que nous avons vécu" et a déploré qu'il n'y ait "aucune autopsie des corps des défunts".

Crédit photo, EPA

Légende image,

Les organisations critiquent le Maroc pour avoir enterré les migrants décédés sans avoir préalablement enquêté sur les causes du décès

Qui est tenu pour responsable ?

La question de la responsabilité est l'une des principales sources de discorde plusieurs jours après la tragédie.

Pedro Sánchez, le premier ministre espagnol, a pointé du doigt les mafias impliquées dans le trafic d'êtres humains de l'autre côté de la frontière.

"Nous regrettons la perte de vies humaines, dans ce cas de personnes désespérées qui cherchaient une vie meilleure et qui sont les victimes et les instruments des mafias et des criminels qui organisent des actions violentes contre notre frontière", explique M. Sánchez dans une interview accordée au média national La Vanguardia.

Des organisations telles que Caminando Fronteras estiment toutefois que l'origine réside dans "l'échec des politiques migratoires fondées sur la sécurité".

Plus précisément, ils attribuent ce qui s'est passé aux "campagnes d'arrestations, de raids sur les camps et de déplacements forcés contre les communautés de migrants à Nador et dans sa région".

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Sur plusieurs photos publiées, on peut voir du sang sur les corps des migrants

"La reprise de la coopération sécuritaire dans le domaine de la migration entre le Maroc et l'Espagne en mars 2022 a eu pour conséquence directe la multiplication des actions coordonnées entre les deux pays", indique Caminando Fronteras dans un communiqué.

Said Tbal, coordinateur des migrations à l'Association marocaine des droits de l'homme, a déclaré à l'Agencia EFE que, bien que les mafias "soient toujours là", il pense que cette dernière action est née spontanément après les dernières descentes de police.

Dimanche et lundi, des centaines de personnes ont manifesté dans plusieurs villes espagnoles pour exiger des réponses des gouvernements espagnol et marocain à ce que de nombreux indignados considèrent comme un "massacre".

Point critique

Ces dernières années, Ceuta et Melilla sont devenues la cible de milliers de migrants, dont beaucoup fuient des conflits armés ou des persécutions pour lesquels ils pourraient obtenir le statut de réfugié.

Melilla, qui compte 85 000 habitants, est entourée de la frontière la plus lourdement fortifiée de l'Union européenne. Une barrière de 12 km de long et de 6 mètres de haut sépare le Maroc de l'Espagne et constitue le dernier obstacle pour ceux qui tentent de rejoindre l'Europe.

Ceux qui tentent de franchir la frontière illégalement le font en sautant la clôture, en se cachant dans des véhicules ou en prenant la mer dans un bateau, mais tous ne réussissent pas.

Crédit photo, Getty Images

Légende image,

Lors des manifestations organisées en Espagne ce week-end, des dizaines de personnes se sont allongées sur le sol, imitant les images de migrants entassés à la clôture de Melilla qui circulent depuis vendredi

Les migrants qui tentent de sauter s'exposent à des coupures et à des blessures dues aux chutes, tandis que les forces de sécurité marocaines et espagnoles patrouillent pour neutraliser leurs tentatives, dont beaucoup se terminent par des tragédies comme celle de vendredi dernier.

Celui de Nador est la première tentative de passage massif de la frontière depuis que l'Espagne et le Maroc ont renoué leurs relations diplomatiques en mars après une année d'hostilités.

Les deux pays ont connu des mois de tension après que l'Espagne a accueilli le leader du Polisario Brahim Gali en 2021 pour le soigner d'un coronavirus.

Le Front Polisario et le Maroc s'opposent depuis des décennies sur des alternatives différentes au conflit du Sahara occidental.

Lors d'un incident que l'Espagne a considéré comme des représailles du Maroc, 8 000 migrants ont réussi à franchir la frontière de Ceuta au printemps 2021.

Les deux pays ont mis fin à des mois de tension en mars dernier, lorsque l'Espagne a abandonné des décennies de neutralité sur le Sahara occidental et a donné son feu vert au plan d'autonomie du Maroc pour ce territoire.

Dans le cadre de leur relation renouvelée, les deux pays ont repris leur collaboration conjointe en matière de sécurité frontalière, mais des incidents comme celui de vendredi, la pire tragédie aux frontières de Ceuta et Melilla, alimentent le débat sur la question de savoir si les efforts vont suffisamment loin.

L'incident comparable le plus récent s'est produit en 2014, lorsque 15 migrants se sont noyés en tentant de franchir à la nage la clôture frontalière vers Ceuta.

Une enquête judiciaire sur les gardes civils espagnols, qui auraient tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes, a finalement été classée.