La France et le génocide des Tutsis au Rwanda

Complice ? Pas complice ? Des associations de société civiles comme Survie accuse l'Etat français d'avoir apporté « soutiens financier et diplomatique » au régime qui a commis le génocide des Tutsis de 1994.

Quelques dates clés :

  • 6 avril 1994. Un missile abat l'avion du président Juvénal Habyarimana. Sa mort déclenche le massacre de 800 000 à 1 million de personnes, essentiellement tutsies.
  • Fin juin 1994. L'opération Turquoise de l'armée française prend le contrôle d'une partie du territoire avec l'objectif de sauver des Tutsis. Cette opération a aussi permis la fuite de génocidaires par le Zaïre. Deux millions de civils hutus fuient au Zaïre.
  • 4 octobre 1994. L'ONU conclut qu'il y a eu génocide des Tutsis.
  • 8 novembre 1994. Le Conseil de sécurité institue le TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda).
  • 15 décembre 1998. Une mission parlementaire française exonère la France d'une responsabilité dans le génocide, mais retient malgré tout une responsabilité due à une « erreur globale de stratégie » et à des « dysfonctionnements institutionnels ». Le Rwanda accuse la France d'être « coupable de crimes de génocide ».
  • 24 novembre 2006. Kigali rompt ses relations diplomatiques avec Paris.
  • 14 mars 2014. Le Jury de la Cour d’Assises de Paris condamne Pascal Simbikangwa à 25 ans de réclusion. Aujourd'hui avec sa 20 ème commémoration, ce verdict est vu comme ouvrant une brèche contre l’impunité des auteurs présumés de ce génocide résidant en France