BBC Afrique

Accueil > Afrique

67 voleurs abattus à Madagascar

Facebook Twitter
3 Septembre, 2012 - 17:09 GMT
Les voleurs présumés, 67 au total, ont été tués à l’extrême sud d'Antananarivo, par des villageois en colère.

A Madagascar, au moins 67 voleurs présumés ont été abattus par des villageois en furie à plus d’un millier de kilomètres à l’extrême sud de la capitale Antananarivo.

L'incident s'est produit vendredi.

Dimanche, à quelques kilomètres de là, ce sont deux gendarmes, un policier et une dizaine d’autres présumés "dahalo", du nom donné à ces bandits dans la langue locale, qui ont trouvé la mort dans un accrochage armé suite à un vol de plusieurs centaines de têtes de bétails.

Le sud de la Grande Ile se trouve plus que jamais dans l’insécurité.

Les premières images des présumés voleurs ont commencé à circuler sur Internet.

Ce sont des rangées de cadavres enchaînés, attachés à des longs bois ronds, entourés d’hommes, de femmes et d’enfants.

"Les habitants de la région en ont assez des attaques incessantes des 'dahalo' et des vols de leurs richesses", analyse au téléphone un responsable de la région d’Anosy, région de rattachement des communes où les 'dahalo' ont été tués.

De source auprès de la gendarmerie et des autorités régionales, vendredi, lorsque 130 'dahalo' ont attaqué une commune rurale dans le Sud, les villageois ne se sont pas laissé faire et auraient lynché à mort 16 membres de la bande.

Pris au dépourvu par la riposte, les autres bandits se sont enfuis, mais les villageois les auraient poursuivis.

La course poursuite qui aurait eu lieu jusque dans plusieurs communes environnantes s’est soldée par ces 67 morts, selon la gendarmerie, 86 selon les autorités régionales.

Des éléments des forces de l’ordre ont depuis été envoyés en renfort dans la région afin de prévenir toute attaque de vengeance.

Dimanche, c’est une autre bande de 250 hommes munis d’armes de guerre qui aurait volé un millier de têtes de bovidés et qui se serait trouvé nez à nez avec les forces de l’ordre.

Dans les accrochages armés qui s’en est suivi, le rapport de la gendarmerie fait état du décès de deux gendarmes, d’un policier et d’une dizaine de dahalo.

Toujours selon la gendarmerie, la poursuite de ces présumés voleurs de bovidés devait continuer ce lundi.

En juin, des accrochages entre les forces de l’ordre et une bande de présumés voleurs de bétails ont déjà causé la mort d’une douzaine d’éléments des forces de sécurité.

La tête du chef de cette bande, dénommé Reemenabila, a été depuis mise à prix, les autorités militaires ayant décidé de donner une prime de 50 000 dollars à toute personne qui capturerait mort ou vif le fameux Remenabila.

Ce dernier reste jusqu’ici insaisissable. Tandis que depuis le début du mois d’août, les histoires de justice populaire semblables à celles qui s’est déroulée vendredi à Fort Dauphin avec un chiffre moins impressionnant de morts certes sont rapportées par la presse malgache.

ACTUALISER

Partager

Facebook Twitter