Le libre-échange préoccupe le G20

Chine, G20 Copyright de l’image Getty Images
Image caption Pour la première fois, le rendez-vous des dirigeants les plus puissants de la planète a lieu en Chine.

Les dirigeants des 20 pays les plus industrialisés du monde ont évoqué la question du libre-échange, au sommet qui les réunit depuis dimanche à Hangzhou, dans l'est de la Chine.

Les pays du G20 ont adopté de nouvelles mesures pour restreindre les échanges de biens et services.

A cause de ces mesures, le rythme de progression du commerce mondial s'est effondré sous la barre des 3 % depuis la crise financière de 2008-2009, contre plus de 7 % lors des deux décennies précédentes.

La Chine, qui accueille le sommet du G20, est d'ailleurs accusée par l'Union européenne et les Etats-Unis de créer des distorsions sur le marché mondial de l'acier par exemple, en l'inondant avec sa production excédentaire colossale.

C'est dans ce contexte que le président américain Barack Obama est arrivé à Hangzhou afin de donner un coup d'accélérateur à un accord commercial avec l'Union européenne avant son départ de la Maison Blanche en janvier prochain.

Isolement

Son homologue français, François Hollande, a exprimé son intention de donner un coup de frein à cet accord.

"La France est pour une mondialisation, mais à condition qu'elle soit régulée, qu'il y ait des principes et des normes, notamment pour l'environnement et le social", a affirmé M. Hollande.

La chancelière allemande Angela Merkel, elle, continue de défendre le projet d'accord commercial entre l'Union européenne et les Etats-Unis.

Une plainte signée par 125 000 personnes a été déposée auprès de la Cour constitutionnelle allemande, contre cet accord.

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, est également un partisan du libre-échange avec l'Europe.

"L'isolement, la construction de murs ou le fait de nous renfermer sur nous-mêmes ne créent ni des opportunités, ni de la croissance ni des bénéfices pour la classe moyenne", a-t-il affirmé.

Tentations protectionnistes

A Hangzhou, le président chinois, Xi Jingping, a invité les pays membres du G20 à résister aux tentations protectionnistes.

Son pays est d'ailleurs accusé par l'Union européenne et les Etats-Unis de créer des distorsions sur le marché mondial de l'acier par exemple, en l'inondant avec sa production excédentaire colossale.

Pour la première fois de son histoire, le rendez-vous des dirigeants les plus puissants de la planète a lieu en Chine, un pays qui souhaite assumer un rôle plus important pour guider l'économie mondiale.

La première journée de ce sommet de deux jours a largement été consacrée à l'organisation de rencontres bilatérales.

Les questions de sécurité régionale, le réchauffement climatique, le conflit en Syrie et l'état des marchés ont été abordées.

Sur le même sujet

Lire plus