Une pétition pour la naturalisation des tirailleurs

Les tirailleurs ne peuvent rester plus de six mois hors du territoire français, car ils ne possèdent pas la nationalité française, fautes de documents exigés par les services d'immigrations. Copyright de l’image AFP
Image caption Les tirailleurs ne peuvent rester plus de six mois hors du territoire français, car ils ne possèdent pas la nationalité française, fautes de documents exigés par les services d'immigrations.

En France, une pétition pour demander la naturalisation des tirailleurs sénégalais a recueillis plus de 40 000 signatures en seulement 5 jours.

Elle a été lancée par Aïssata Seck, adjointe au Maire de la ville de Bondy et elle-même petite-fille de tirailleur sénégalais.

'' Si l'état français se rend compte que ce sujet sensibilise un certain nombre de citoyens français, ils vont réfléchir à écrire un nouveau décret qui permettra d'alléger les démarches administratives de ces messieurs afin d'avoir leur nationalité française'' a déclaré Mme Seck à la BBC.

Les tirailleurs ne peuvent rester plus de six mois hors du territoire français, car ils ne possèdent pas la nationalité française, fautes de documents exigés par les services d'immigrations.

''Si un tirailleur sénégalais part six mois et un jour au Sénégal, on lui coupe automatiquement sa pension alors que pour n'importe quel retraité français qui a envie de partir, il peut rester tant qu'il le désire dans n'importe quel pays, il touchera toujours sa pension'' déplore Aïssata Seck.

Habitant le plus souvent dans des foyers, ils reçoivent une indemnité mensuelle qui dépasse rarement 700 euros. À peine pour subvenir à leurs besoins et à celui de leurs proches restés au pays, à qui ils rendent souvent visite.

Les tirailleurs ne sont pas reconnus comme citoyens français malgré leur contribution pendant la guerre mondiale.

Près de 1 000 tirailleurs d'origines africaines vivent en France depuis plusieurs années.