Scrutin crucial en Catalogne

En octobre, les indépendantistes ont organisé un référendum d'autodétermination interdit, marqué par des violences policières, qu'ils ont affirmé avoir remporté avec 90% de "oui" et un taux de participation de 43%. Copyright de l’image AFP
Image caption En octobre, les indépendantistes ont organisé un référendum d'autodétermination interdit, marqué par des violences policières, qu'ils ont affirmé avoir remporté avec 90% de "oui" et un taux de participation de 43%.

Les Catalans ont commencé à voter jeudi pour décider si les indépendantistes doivent revenir au pouvoir dans leur région.

Cette élection survient deux mois après la proclamation avortée de la République de Catalogne.

De longues files d'attente sont notées devant les bureaux de vote avant même leur ouverture, à 09H00 (08H00 GMT).

Le scrutin doit être clos à 20H00 (19H00 GMT) et la participation tournait autour de 34,7% à la mi-journée.

Les sondages prévoient une forte participation des 5,5 millions d'électeurs qui doivent renouveler leur parlement après une campagne atypique, comptant des candidats en prison ou en Belgique, comme l'ancien président indépendantiste destitué Carles Puigdemont.

Selon les sondages, un million d'indécis peuvent faire basculer le scrutin d'un côté ou de l'autre, bien qu'il semble acquis qu'aucune formation ne devrait jeudi soir disposer d'une majorité absolue.

Copyright de l’image AFP
Image caption De longues files d'attente sont notées devant les bureaux de vote avant même leur ouverture, à 09H00 (08H00 GMT).

Sécession ratée

En 2015, les séparatistes avaient pour la première fois remporté une majorité des sièges au parlement catalan (72 sur 135), rassemblant 47,8% des suffrages avec un record de participation (74,95%).

En octobre, les indépendantistes ont organisé un référendum d'autodétermination interdit, marqué par des violences policières, qu'ils ont affirmé avoir remporté avec 90% de "oui" et un taux de participation de 43%.

Puis, le 27 octobre, 70 députés catalans sur 135 ont finalement proclamé l'indépendance de la "République de Catalogne".

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a mis la région sous tutelle et destitué le gouvernement, un événement sans précédent depuis la dictature de Francisco Franco.

Sur le même sujet

Lire plus