La Catalogne dans l'incertitude après l'arrestation de Puidgemont

Allemagne, Espagne, Bruxelles, Europe, Catalalogne, indépendance, arrestation, indépendance
Image caption La fin de cavale du leader séparatiste catalan a été soigneusement préparée par le CNI, les services secrets espagnols, en collaboration avec leurs homologues allemands. (Photo d'archives)

L'ex-président de Catalogne Carles Puigdemont doit être présenté ce lundi à un juge en Allemagne. Son arrestation a suscité une vague de protestation en Catalogne où des rassemblements ont donné lieu à des affrontements entre indépendantistes et forces de l'ordre à Barcelone.

Est-ce la fin de l'aventure pour Carles Puidgemont? La question est sur toutes les lèvres. L'indépendantiste a été arrêté dimanche dans le nord de l'Allemagne, venant du Danemark voisin, en vertu d'un mandat européen émis par l'Espagne.

Selon son avocat, Jaume Alonso-Cuevillas, il était en route pour la Belgique où il s'était réfugié après l'éphémère déclaration d'indépendance de la Catalogne du 27 octobre 2017. Une déclaration au coeur d'une vive tension entre cette puissante région d'Espagne dominée par les indépendantistes et le pouvoir central.

Il sera présenté ce lundi à un juge pour confirmer son identité. Un tribunal à Schleswig devra ensuite décider de son placement formel en détention en vue d'une remise à l'Espagne.

Copyright de l’image AFP
Image caption L'arrestation, un coup de théâtre dans le feuilleton catalan qui tient l'Espagne en haleine depuis cet été, a immédiatement provoqué une tempête à Barcelone, parmi les indépendantistes.

Manifestations en Espagne

Des milliers d'indépendantistes sont descendus dans la rue dimanche pour protester contre cette arrestation, notamment à Barcelone où les manifestants, à l'appel d'un groupe radical, les Comités de défense de la République (CDR), ont tenté d'approcher de la préfecture.

Les policiers catalans, les Mossos d'Esquadra, les ont repoussés à coups de matraque et en tirant en l'air.

Les militants ont lancé des oeufs, des bouteilles, des grilles de fer, et ont même tenté de lancer des conteneurs d'ordures en direction de la police, qui a chargé pour les disperser en fin de soirée.

Image caption L'ancien président destitué s'était rendu en Finlande jeudi et vendredi pour y rencontrer des parlementaires et participer à un séminaire à l'université d'Helsinki.

"Cela nous indigne qu'ils aient arrêté Puidgemont", s'est écriée Judit Carapena, une étudiante en architecture de 22 ans. "Mais qu'ils ne crient pas victoire, ce n'est pas la fin de l'indépendantisme, loin de là".

Neuf autres dirigeants séparatistes sont incarcérés en Espagne.

Lire plus