Syrie : opération militaire contre Damas

Frappes aériennes américaines dans le village de Ain al-Arab en 2014 (illustrations). Copyright de l’image Getty Images
Image caption Frappes aériennes américaines dans le village de Ain al-Arab en 2014 (illustrations).

En représailles à la supposée attaque chimique contre des civils à Douma, les Etats-Unis, le Royaume Uni et la France ont mené des frappes aériennes sur Damas.

C'est la première opération militaire d'envergure ordonné par les pays de l'occident contre le régime de Bashar al-Assad.

"Nous ne pouvons pas tolérer la banalisation de l'emploi d'armes chimiques. J'ai donc ordonné aux forces armées françaises d'intervenir cette nuit, dans le cadre d'une opération internationale", a annoncé Emmanuel Macron, peu avant le lancement de l'opération.

La Première ministre britannique Theresa May, dans un communiqué, estime qu'il n'y avait "pas d'alternative à l'usage de la force pour dégrader et empêcher le recours à des armes chimiques par le régime syrien".

Lire aussi :

Le ministère britannique de la Défense a annoncé avoir bombardé un "complexe militaire" près de Homs, à l'ouest de la Syrie, avec quatre avions de chasse Tornado GR4 de la Royal Air Force.

Moscou s'insurge

La Russie et l'Iran, alliés du régime syrien, ont dénoncé une violation du droit international.

Selon le Kremlin, les frappes occidentales ont été menées "sans l'aval du Conseil de sécurité de l'ONU, en violation de la Charte des Nations unies, des normes et principes du droit international".

Le président Vladimir Poutine a annoncé la convocation d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU pour évoquer "les actions agressives des Etats-Unis et de leurs alliés" en Syrie.

Sur le même sujet