Russie : un journaliste meurt après une chute mystérieuse

Maxime Borodin avait contacté un ami deux jours plus tôt avant sa chute mortelle. Copyright de l’image FACEBOOK
Image caption Maxime Borodin avait contacté un ami deux jours plus tôt avant sa chute mortelle.

Un journaliste d'investigation russe qui a écrit sur la mort de mercenaires russes en Syrie est mort à l'hôpital après une chute de son appartement situé au cinquième étage, de son immeuble.

Maxim Borodin a été trouvé grièvement blessé par des voisins à Ekaterinbourg puis conduit à l'hôpital où il a succombé à ses blessures quelques heures plus tard.

Les autorités locales estiment que l'incident était peu susceptible d'être de nature criminelle et ont déclaré en même temps qu'aucune note de suicide n'a été retrouvée chez le journaliste.

Vyacheslav Bashkov, un ami de Borodin, a révélé que deux jours plus tôt des agents de sécurité avaient encerclé son appartement.

Il a décrit le journaliste comme un homme "honnête et de principe".

Inquiétudes et coup de fil

Selon lui, Borodin l'avait contacté à cinq heures du matin le 11 avril pour lui dire qu'il y avait "quelqu'un avec une arme sur son balcon et des gens en tenue de camouflage."

Mais le journaliste l'avait rappelé plus tard pour préciser que les agents de sécurité participaient à une sorte d'exercice.

Les autorités régionales ont déclaré que la porte de son appartement avait été fermée de l'intérieur et que personne n'y était entré ou sorti.

Lire aussi :

Cette thèse est réfutée par le rédacteur en chef de "Novyy Den", où travaillait Borodin, qui affirme que le journaliste n'avait aucune raison de se suicider.

Borodin avait publié un article sur des mercenaires russes du "Groupe Wagner" qui auraient été tués en Syrie le 7 février, lors d'une confrontation avec les forces américaines, dans la province de Deir al-Zour.

Sur le même sujet