Des chiens renifleurs pour aider à éradiquer le paludisme

Santé, paludisme Copyright de l’image Getty Images
Image caption Déjà utilisé dans la sécurité, les chiens peuvent aussi détecter des maladies

Les scientifiques au Royaume-Uni et en Gambie affirment avoir les premières preuves que les chiens peuvent détecter le paludisme.

Ces chiens renifleurs sont entraînés à reconnaître les arômes révélateurs à l'aide de vêtements provenant de personnes infectées par la maladie.

On espère que les animaux pourront être utilisés pour stopper la propagation du paludisme et éventuellement contribuer à son éradication.

Bien que la recherche n'en soit encore qu'à ses débuts, les experts affirment que les résultats pourraient même mener à de nouvelles méthodes de dépistage de la maladie.

A lire aussi : Gambie : le taux du paludisme en baisse

A lire aussi : Afrique du Sud: le paludisme inquiète

Des études ont déjà montré que le fait d'être infecté par le parasite du paludisme modifie la nature des molécules odorantes dégagées par le corps.

Ce changement rend le malade "plus attrayant" pour les moustiques qui propagent la maladie.

Maintenant, les chiens sont aussi entraînés pour être sur la piste des personnes infectées.

Chaussettes malodorantes

Des chaussettes portées pendant la nuit par des enfants de la région du Haut Fleuve de Gambie, en Afrique de l'Ouest, ont été emballées et expédiées au Royaume-Uni.

Sur les 175 paires envoyées, 30 avaient été portées par des enfants infectés par le parasite.

Les chaussures puantes sont arrivées à l'association caritative Medical Detection Dogs à Milton Keynes.

Les nez extrêmement talentueux qui s'y trouvent sont déjà formés pour détecter le cancer et même les premiers stades de la maladie de Parkinson.

A lire aussi : Un prototype d'alcootest pour dépister le paludisme

En ce qui concerne la détection du paludisme, les résultats, présentés à la conférence annuelle de l'American Society of Tropical Medicine and Hygiene, ont montré que les chiens pouvaient prélever sept échantillons sur dix d'enfants infectés.

Mais ils pensaient aussi à tort qu'un enfant en bonne santé sur dix souffrait du paludisme.

Le professeur Steve Lindsay, chercheur à l'Université de Durham, s'est dit "très enthousiasmé" par les résultats obtenus jusqu'à présent, mais que les chiens n'étaient pas encore prêts à être utilisés de façon plus systématique dans la détection du paludisme.

A lire aussi : Paludisme : un vaccin fiable à 38% testé au Burkina et au Mali

Les chercheurs doivent encore améliorer la précision des chiens et les tester sur des humains plutôt que sur des chaussettes, ainsi que déterminer si les animaux peuvent détecter différentes phases du paludisme.

L'objectif est d'utiliser un jour des chiens spécialement dressés dans les aéroports pour enrayer la propagation de la maladie et de trouver des porteurs asymptomatiques afin de contribuer aux efforts d'éradication.

Les chiens pouvaient tester toute une communauté en peu de temps.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les chiens sont de plus en plus présents dans l'assistance aux malades

Plus rapide que la science

Chelci Squires, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, a déclaré à la BBC :

"Les chiens sont en fait les super-renifleurs de la nature, c'est donc un grand cadeau de les avoir".

"Ils sont beaucoup plus rapides que les tests de diagnostic rapide existants qui peuvent prendre jusqu'à 20 minutes et nécessitent une formation professionnelle complète chez les praticiens".

A lire aussi : Nouveau développement dans la lutte contre le paludisme

A lire aussi : Un nouveau traitement contre le paludisme

De nouveaux outils pour détecter, traiter et prévenir le paludisme sont nécessaires alors que les progrès sont au point mort.

Selon le dernier rapport mondial sur la maladie, le nombre de cas a augmenté de cinq millions pour atteindre 216 millions par an.

La recherche est le fruit d'une collaboration entre le Programme national de lutte contre le paludisme en Gambie ; le Medical Research Council Unit, Gambie ; Medical Detection Dogs ; Durham University ; la London School of Hygiene & Tropical Medicine et l'University of Dundee.

Sur le même sujet