Plutôt viande ou légumes ? L'impact climatique de vos aliments

Illustration for calculator on environmental impact of different foods

Selon de récentes études scientifiques, éviter les produits carnés et les produits laitiers est l'un des moyens les plus efficaces de réduire votre impact sur l'environnement.

Mais quelle est la différence entre le bœuf et le poulet ? Un bol de riz produit-il plus de gaz à effet de serre, qui réchauffe le climat, qu'une assiette de frites ? Le vin est-il plus écologique que la bière ?

Pour connaître l'impact de ce que vous mangez et buvez sur le climat, choisissez l'un des 34 objets de notre calculatrice et indiquez la fréquence.

Quel est l'impact de ce que vous mangez sur l'environnement ?

Ne vous inquiétez si vous ne pouvez pas effectuer le test interactif !
Mettez à jour votre navigateur !

Si vous ne pouvez pas voir le calculateur de nourriture, cliquez ici pour lancer le contenu interactif .

Un design de Prina Shah, développement par Felix Stephenson et Becky Rush, traduction par Mila Kimbuini et Geneviève Sagno

Selon une étude de l'université d'Oxford, la production alimentaire est responsable d'un quart des émissions de gaz à effet de serre, contribuant ainsi au réchauffement de la planète.

Cependant, les chercheurs ont constaté que l'impact environnemental de différents aliments variait énormément.

Leurs résultats ont montré que la viande et d'autres produits d'origine animale sont responsables de plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre liées à l'alimentation, bien qu'ils ne fournissent qu'un cinquième des calories que nous mangeons et buvons.

Parmi tous les produits analysés dans l'étude, le bœuf et l'agneau ont eu de loin l'effet le plus préjudiciable sur l'environnement.

Les conclusions font écho aux recommandations sur la manière dont les individus peuvent atténuer le changement climatique par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

Selon le GIEC, nous devons acheter moins de viande, de lait, de fromage et de beurre, mais nous devons également consommer davantage de produits saisonniers locaux et en jeter moins.

Le GIEC recommande également d'isoler les maisons, de prendre les trains et les bus plutôt que les avions et d'utiliser la vidéoconférence plutôt que les voyages d'affaires.

Selon l'étude d'Oxford, publiée dans la revue Science, supprimer de la viande et des produits laitiers de votre alimentation pourrait réduire de deux tiers l'empreinte carbone des aliments.

"Ce que nous mangeons est l'un des facteurs les plus puissants à l'origine de la plupart des grands problèmes environnementaux du monde, qu'il s'agisse du changement climatique ou de la perte de biodiversité", a déclaré le chercheur de l'étude, Joseph Poore, à BBC News.

Changer votre régime alimentaire peut faire une grande différence pour votre empreinte environnementale personnelle, qu'il s'agisse d'économiser de l'eau, de réduire la pollution ou de réduire la perte de forêts, a-t-il déclaré.

"Cela réduit d'environ 75 % la quantité de terre nécessaire à la production de vos aliments. C'est une réduction considérable, en particulier si vous augmentez cette capacité à l'échelle mondiale", a expliqué le Dr Poore.

Si vous voyagez régulièrement en avion, le remplacement de votre vol par d'autres moyens de transport peut avoir un impact plus important sur votre empreinte carbone que de modifier votre alimentation. L'empreinte carbone d'un passager d'un vol aller simple de Londres à New York correspond à un peu moins d'une demi-tonne de gaz à effet de serre. Le passage d'un véhicule à essence ordinaire à une voiture électrique pourrait permettre d'économiser plus du double de celui réalisé en un an.

Il est également important de savoir comment et où vos aliments sont produits, car les mêmes aliments peuvent avoir d'énormes différences en termes d'impact environnemental.

Par exemple, les bovins de boucherie élevés sur des terres déboisées génèrent 12 fois plus de gaz à effet de serre que les vaches élevées sur des pâturages naturels.

Le bœuf moyen d'Amérique du Sud génère trois fois plus de gaz à effet de serre que le bœuf produit en Europe et utilise dix fois plus de terres.

La viande et les produits laitiers ne sont pas les seuls aliments où les choix que vous faites peuvent faire une grande différence.

Le chocolat et le café provenant de forêts tropicales déboisées produisent des gaz à effet de serre relativement élevés.

Pour les tomates respectueuses du climat, choisissez celles cultivées à l'extérieur ou dans des serres de haute technologie, plutôt que dans des serres chauffées au gaz ou au mazout. Les buveurs de bière soucieux de l'environnement pourraient être intéressés de savoir que la bière pression est responsable de moins d'émissions que les canettes recyclables ou, pire, les bouteilles en verre.

Même les options de viande les plus respectueuses du climat produisent toujours plus de gaz à effet de serre que les sources de protéines végétariennes, telles que les haricots ou les noix.

Comment avons-nous fabriqué la calculatrice?

Comment l'impact environnemental est-il calculé?

Joseph Poore et Thomas Nemecek, chercheurs à l'Université d'Oxford, de la division de recherche en agroécologie et environnement de Zurich, en Suisse, ont examiné l'impact sur l'environnement de 40 produits alimentaires majeurs qui représentent la grande majorité de ce que l'on consomme dans le monde.

Ils ont évalué l'effet de ces aliments sur les émissions de gaz à effet de serre, qui contribuent au réchauffement climatique, et la quantité de terres et d'eau douce utilisée à toutes les étapes de leur production, y compris la transformation, le conditionnement et le transport.

En analysant les données de près de 40 000 exploitations, 1 600 transformateurs, types d'emballage et détaillants, Poore et Nemecek ont ​​été en mesure d'évaluer en quoi des pratiques de production et des zones géographiques différentes ont des conséquences très différentes sur la planète.

Qu'en est-il des portions?

Les données de l'étude portaient sur l'impact environnemental de 1 kg de chacun des différents produits alimentaires.

Pour cela, ceux-ci ont été convertis en impact par portion, sur la base des portions de la British Dietetic Association (BDA) et des portions de diététique saine de BUPA.

Les chiffres de la taille des portions basés sur le BDA et le BUPA sont souvent inférieurs aux tailles de portions généralement trouvées dans les restaurants et à ce que les gens attendent normalement. Par conséquent, les chiffres fournis par la calculatrice sur l'impact de la consommation des individus seront probablement plus élevés en réalité.

Les aliments riches en protéines ont été calculés en utilisant l'impact sur 100 g de protéines issu des recherches de Poore et Nemecek ainsi que des données sur les protéines par portion issues du BDA, afin d'éviter les différences entre les aliments cuits et les aliments non cuits.

Que sont les gaz à effet de serre?

Les chiffres relatifs aux émissions de gaz à effet de serre sont exprimés en kilogrammes d'équivalent en dioxyde de carbone (CO2eq). Il s'agit d'une unité qui convertit l'impact de différents types de gaz à effet de serre, tels que le méthane et l'oxyde nitreux, en une quantité équivalente de dioxyde de carbone. Comment savez-vous à quoi ressemble mon régime alimentaire en miles parcourus ?

L'impact annuel de la consommation d'un aliment spécifique est calculé en multipliant l'impact d'une portion de cet aliment par le nombre de fois où il est consommé dans une année, sur la base des estimations hebdomadaires fournies par l'utilisateur.

Celles-ci sont ensuite comparées aux émissions d'autres habitudes quotidiennes. L'Agence européenne pour l'environnement estime que conduire une voiture à essence ordinaire produit 392 g de CO2 éq / mile sur l'ensemble de son cycle de vie, y compris les émissions provenant de la production du véhicule, de la production de carburant et des émissions d'échappement par mile.

Selon les données du Comité sur le changement climatique, chauffer une maison britannique moyenne génère 2,34 tonnes d'équivalent CO2 par an, et l'empreinte carbone d'un passager pour un vol aller-retour de Londres à Malaga est de 320 kg d'équivalent CO2, d'après les chiffres du calculateur Carbon Neutral.

La terre utilisée pour produire la consommation annuelle de chaque aliment est comparée à la taille d'un court de tennis double de 261 mètres carrés.

La quantité annuelle d'eau utilisée est comparée à une douche, d'après des chiffres suggérant que la douche dure en moyenne huit minutes et consomme jusqu'à 65 litres. Seules les "eaux bleues", c'est-à-dire l'eau extraite des rivières ou du sol, sont incluses dans les données.