Est-il possible de "soigner" l'homophobie ?

Un militant lors de la Gay Pride de Kiev en 2013 Copyright de l’image AFP
Image caption L'homosexualité a été retirée de la liste des maladies mentales aux États-Unis il y a 45 ans

La science a depuis longtemps abandonné l'idée de changer l'orientation sexuelle d'une personne.

La plupart des scientifiques s'accordent pour dire qu'on ne peut pas "soigner" ce qui n'est pas une maladie. Aux États-Unis, l'homosexualité a été déclassifiée en tant que maladie mentale aux États-Unis en 1973. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a suivi en 1990.

L'homophobie, en revanche, a depuis attiré de plus en plus l'attention des chercheurs qui tentent de comprendre ses causes multiples.

A lire aussi : Le Danemark suspend son aide à la Tanzanie après des propos anti-gay

'Peur irrationnelle'

Le psychologue américain George Weinberg, qui a inventé ce terme dans les années 1960, a défini l'homophobie comme "la crainte de se retrouver à proximité de personnes homosexuelles". Le suffixe grec "phobie" dénote une peur irrationnelle de quelque chose.

Dans son livre de 1972 intitulé Society and the Healthy Homosexual, le Dr Weinberg a écrit : "Je ne considérerais jamais un patient en bonne santé s'il n'a pas vaincu ses préjugés contre l'homosexualité".

Copyright de l’image EPA
Image caption Des études ont tenté de comprendre l'homophobie à travers le prisme de la psychologie, de la culture et de la religion

Emmanuele A. Jannini, professeur d'endocrinologie et de sexologie médicale à l'Université de Rome Tor Vergata, affirme que l'homophobie n'est que "la partie visible de l'iceberg".

Il dit que cela est lié à certains traits de personnalité et que, associé à la violence, l'homophobie peut être diagnostiquée comme une maladie psychiatrique.

Le Dr Jannini a provoqué une controverse avec une étude publiée dans le Journal of Sexual Medicine en 2015, dans laquelle il liait l'homophobie à des traits psychotiques (potentiellement marqué par la colère et l'hostilité), à des mécanismes de défense immatures (sujets à des émotions projetées) et à un attachement parental redoutable (à l'insécurité subconsciente).

A lire aussi : La police nigériane arrête des gays

L'étude a été qualifiée de "camelote pro-LGBT" par les critiques conservateurs. Mais s'adressant à la BBC, le Dr Jannini a maintenu ses recherches, décrivant la personnalité homophobe comme "faible".

"Ce n'est pas un terme scientifique, mais un terme que j'utilise pour être mieux compris", dit-il.

Copyright de l’image EPA
Image caption L''Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclassifié l'homosexualité en tant que maladie mentale en 1990

"L'homophobie est la véritable maladie à guérir"

"Son étude a appliqué l'échelle dite de l'homophobie à 551 étudiants italiens universitaires pour mesurer les degrés d'homophobie et a recoupé ces résultats avec des mesures pour d'autres traits psychologiques.

Selon les résultats, les personnes ayant des attitudes homophobes plus fortes avaient également des scores de personnalité plus élevés, tels que des traits psychotiques et des mécanismes de défense immatures, alors qu'un attachement parental sécurisé était un indicateur de faibles niveaux d'homophobie.

Ce sont tous des problèmes mentaux qui peuvent être traités avec une thérapie, dit-il.

"Peut-être que tu n'aimes pas les comportements homosexuels. Mais tu n'as pas besoin de continuer à dire que je ne suis pas homosexuel, je déteste les homosexuels, je ne veux pas que des homosexuels viennent chez moi, je ne veux pas de professeurs homosexuels à l'école, "dit le Dr Jannini.

"Après avoir débattu pendant des siècles pour déterminer si l'homosexualité devait être considérée comme une maladie, nous avons démontré pour la première fois que l'homophobie était la véritable maladie à guérir."

Copyright de l’image AFP
Image caption Des psychologues brésiliens ont demandé à la Cour suprême de rétablir l'interdiction des prétendues "thérapies de conversion homosexuelles". L'interdiction a été levée par un juge en 2017

Culture et conditionnement

Mais les individus sont également conditionnés par leur environnement et une étude ultérieure de l'équipe du Dr Jannini a exploré comment des cultures fortement imprégnées d'hypermasculinité, de misogynie et d'attitudes morales sont liées à l'homophobie.

En 2017, ils ont comparé les résultats de 1048 étudiants de trois pays de constitution religieuse différente : l'Italie (un pays à majorité catholique), l'Albanie (à majorité musulmane) et l'Ukraine (à majorité orthodoxe).

"Ce qui était assez intéressant, c'est que la religion elle-même n'était pas corrélée à l'homophobie. Ce sont les croyances religieuses fondamentalistes des trois religions qui ont affecté les niveaux d'homophobie", a déclaré le Dr Jannini.

Copyright de l’image AFP
Image caption Pope Francis has used more moderate language to refer to LGBT people than his predecessors

Le dogme comme prétexte à la violence

Des voix religieuses modérées vous diront que la religion n'approuve pas l'homophobie. "Nous détestons le péché, mais pas ceux qui le pratiquent", a déclaré à la BBC Vahtang Kipshidze, porte-parole officiel de l'Eglise chrétienne orthodoxe russe.

Selon lui, l'Église ne peut pas modifier son point de vue selon lequel l'homosexualité est un péché, car ce dogme vient de Dieu et non de l'Église.

"Nous considérons que les personnes qui pratiquent des relations de même sexe sont victimes de leurs péchés et méritent un traitement spirituel."

Cependant, d'autres adoptent une ligne beaucoup plus dure.

Copyright de l’image AFP
Image caption Le christianisme orthodoxe considère l'homosexualité comme un péché, mais les dirigeants modérés disent que l'Eglise n'approuve pas l'homophobie

"Les Saintes Écritures nous enjoignent de lancer des pierres sur tous les hommes d'orientation non traditionnelle", a déclaré le prêtre russe Sergei Rybko dans une interview donnée après que des hommes armés aient attaqués et vandalisé un club gay à Moscou en 2012.

"Je suis tout à fait d'accord avec les gens qui essaient de nettoyer notre patrie d'eux."

Mais M. Kipshidze a déclaré : "Il n'y a aucune preuve dans le Nouveau Testament pour soutenir la lapidation des pécheurs de toutes sortes".

De la même manière, le péché d'adultère n'est pas criminalisé, dit-il, "l'Eglise ne préconise pas de criminaliser les relations entre personnes du même sexe".

Pourtant, il admet que certaines personnes comprennent mal l'Écriture et l'utilisent comme prétexte à la violence.

Copyright de l’image AFP
Image caption L'homophobie est pire dans les pays qui rendent les personnes LGBT "invisibles", déclare le militant Tiernan Brady, comme dans ceux où il est illégal d'être gay

Nous ne savons pas encore s'il est possible de "soigner" l'homophobie, mais les chercheurs pensent qu'ils sont sur le point de la comprendre.

A lire aussi : Ghana : gays, "citoyens de seconde classe"

Sur le même sujet