Plaidoyer pour un soutien à Theresa May sur le Brexit

Royaume Uni Copyright de l’image Getty Images
Image caption La Première ministre britannique Theresa May

Le gouvernement britannique a lancé un nouvel appel aux députés pour qu'ils appuient l'accord de Theresa May sur le Brexit lors du vote crucial de mardi à la Chambre des communes.

Un groupe de députés projette de prendre le contrôle du processus de Brexit si l'accord de Mme May était rejeté.

Le chef travailliste Jeremy Corbyn s'est juré de déposer un vote de défiance envers le gouvernement si elle perdait mardi, ce qui pourrait déclencher des élections générales.

A lire aussi : Brexit: tout se jouera le 15 janvier

A lire aussi : Une députée propose un nouveau référendum sur le Brexit

A lire aussi : La Grande-Bretagne déclenche le Brexit

De son côté Theresa May met en garde contre "une rupture" de la confiance démocratique "catastrophique" si son plan d'accord sur le Brexit est contrecarré.

48 heures avant ce vote crucial sur ce texte au Parlement, le premier ministre sait qu'elle devra batailler pour convaincre et les europhiles et les Brexiters qui rejettent l'accord sous sa monture actuelle.

Certains analystes estiment que le texte a de fortes chances d'être rejeté. "Le faire serait une rupture de confiance catastrophique et impardonnable dans notre démocratie", a-t-elle estimé dans le Sunday Express.

Media playback is unsupported on your device
Brexit : Pourquoi est-il si difficile de s’entendre ?

"Mon message au Parlement ce week-end est donc simple: il est temps d'arrêter de jouer et de faire ce qui est juste pour notre pays", a-t-elle insisté.

Si le traité est recalé, le Royaume-Uni risque de quitter l'UE sans accord le 29 mars, synonyme de rupture brutale redoutée par les milieux économiques, ou au contraire de ne pas quitter du tout le bloc européen, a averti Mme May.

A lire aussi : Brexit : Londres ne cèdera pas à la pression de l'Europe

A lire aussi : Tony Blair s'engage contre le Brexit

Face à l'hostilité des députés, la cheffe de l'exécutif cherche auprès de ses partenaires européens des "assurances" susceptibles de les convaincre, notamment sur le caractère temporaire du "backstop" irlandais.

Cette solution de dernier recours, décriée par les Brexiters, doit éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord si aucune solution alternative n'était trouvée à l'issue d'une période de transition.

Media playback is unsupported on your device
"Le vote de confiance en faveur de May était prévisible"

Ces assurances seront obtenues "peu avant le vote", a assuré une porte-parole du gouvernement, laissant entendre qu'elles seraient exposées lundi.

Mais selon le Sunday Times, un groupe de députés de tous partis œuvre à modifier les règles de fonctionnement de la chambre des Communes pour permettre à leurs motions de prévaloir sur les propositions du gouvernement, qui perdrait alors sa "capacité à gouverner" en cas de rejet de l'accord.

A lire aussi : Donald Trump en Angleterre

A lire aussi : Brexit: fin de la suprématie du droit européen

Mauvais présage pour le vote, l'exécutif a déjà essuyé deux défaites au Parlement cette semaine. Les députés ont adopté un amendement obligeant l'exécutif à présenter sous trois jours, en cas de rejet de l'accord, un "plan B" qu'ils pourront amender.

Ils ont aussi passé un amendement à une loi budgétaire, visant à limiter le pouvoir du gouvernement pour modifier la politique fiscale en cas de Brexit sans accord.

Sur le même sujet