Traque aux renseignements après la tuerie de Christchurh

Le Premier ministre a déclaré que l'enquête porterait sur le rôle des médias sociaux dans les attentats. Copyright de l’image Getty Images
Image caption La Première ministre a déclaré que l'enquête porterait sur le rôle des médias sociaux dans les attentats.

Jacinda Ardern a ordonné une enquête de haut niveau sur les attaques de la mosquée de Christchurch qui ont fait 50 morts.

"Il est important que rien ne soit laissé au hasard pour déterminer comment cet acte de terrorisme s'est produit et comment nous aurions pu l'empêcher", a déclaré Mme Ardern face à la presse lundi.

La commission royale qui sera chargée de l'enquête judiciaire, selon elle, devra établir si la police et le renseignement auraient pu empêcher le carnage.

A lire aussi

49 morts dans les attaques de mosquées en Nouvelle-Zélande

Un Mauricien tué dans les fusillades en Nouvelle-Zélande

Les armes semi-automatiques bientôt interdites en Nouvelle-Zélande

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Jacinda Ardern, en foulard, de tout noir vêtue, salue la foule après la prière de vendredi à Christchurch.

Elle a pour mission de situer les responsabilités dans la tuerie du 15 mars.

La police et les services de renseignement néo-zélandais ont vivement été critiqués à l'occasion de cette attaque meurtrière.

La Première ministre reproche au renseignement de n'avoir pas fourni d'éléments qui auraient pu permettre aux autorités d'en savoir plus.

"La Nouvelle-Zélande n'est pas un Etat de surveillance, mais il y a des questions qui méritent d'être répondues", a expliqué Jacinda Ardern.

L'enquête va étudier les activités des différents services de sécurité et des agences gouvernementales dont le travail aurait pu aider à éviter le massacre.

Vous pourrez aussi regarder

Media playback is unsupported on your device
Arden: "Vous n'entendrez pas son nom dans ma bouche"