Les députés britanniques rejettent pour la troisième fois l'accord de retrait de l'Union Européenne

La premier ministre britannique Theresa May. Copyright de l’image Getty Images
Image caption La premier ministre britannique Theresa May.

Aujourd'hui était le jour où le Royaume-Uni devait quitter l'Union Européenne mais les députés britanniques ont rejeté pour la troisième fois l'accord de retrait de l'Union Européenne.

Le camp du "oui" a perdu par cinquante-huit voix - moins que lors des deux précédents votes.

Le Premier ministre Theresa May a déclaré qu'elle regrettait profondément la défaite, affirmant qu'elle avait de graves implications, la date limite pour quitter l'Union européenne étant maintenant fixée au 12 avril.

Lire aussi :

Deux options pour reporter le Brexit et sortir de l'impasse

Theresa May à Bruxelles, pour une extension du Brexit

Selon Mme May, la Grande-Bretagne doit désormais choisir entre demander à l'UE un délai plus long, ou partir sans accord le 12 avril.

Cette hypothèse de "no deal", sans transition, est un scénario cauchemar pour les milieux économiques.

L'accord qui a été de nouveau rejeté aujourd'hui était censée permettre au Royaume-Uni de quitter le giron de l'UE le 22 mai, avec une période de transition jusqu'au 31 décembre 2020, afin d'éviter une rupture trop brutale de liens tissés pendant 46 ans.

Démission pour May ?

Le chef du parti travailliste Jeremy Corbyn a demandé la démission de Mme May et la tenue d'une élection générale.

"La Chambre a clairement indiqué que cet accord doit maintenant changer. On doit trouver une alternative. Si le Premier ministre ne peut l'accepter, elle doit partir. Pas à une date indéterminée dans le futur, mais maintenant, afin que nous puissions décider de l'avenir de ce pays par le biais d'une élection générale", a-t-il affirmé.

Lire aussi :

Brexit: rejet de l'accord et après ?

Brexit : mais que se passe-t-il ?

Le prochain épisode de la saga du Brexit aura lieu lundi, les députés devant tenter de s'accorder sur une alternative au plan de Theresa May.

"Un scénario 'no-deal' le 12 avril est désormais un scénario probable", a réagi une porte-parole de la Commission européenne, soulignant que l'UE y était "pleinement préparée".

Le président du Conseil européen Donald Tusk a, quant à lui, convoqué un sommet européen spécial le 10 avril, après le nouveau rejet de l'accord sur le Brexit par les députés britanniques.

Regarder :

Media playback is unsupported on your device
Brexit : l’incertitude fait peur jusqu’en Afrique