Acte 23 des gilets jaunes : 60.000 policiers déployés

France Copyright de l’image Getty Images
Image caption La police a procédé à plus de 11.000 contrôles préventifs et au moins 180 garde à vue

De nouvelles tensions ont été signalées à Paris lors du retour des gilets jaunes, mobilisés depuis plus de cinq mois dans toute la France.

L'acte 23 de cette grogne sociale a pourtant débuté dans le calme samedi avec des manifestants estimés à 9.600 dont 6.700 à Paris selon les chiffres officiels mais contestés par les organisateurs.

Mais en début d'après-midi, des échauffourées ont éclaté dans la manifestation parisienne, près de la place de la Bastille.

A lire aussi

Ces gilets jaunes d'origine africaine

Gilets jaunes : retour de la violence dans les rues de Paris

Macron ouvre un "grand débat national" en France

Un peu plus loin, aux abords de la place de la République, la tension a resurgi et les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et procédé à plusieurs charges.

Les autorités appréhendaient cette semaine la présence de "casseurs". Dans un tweet, la préfecture de police a appelé les manifestants à se "désolidariser des groupes violents".

A la mi-journée, la police avait procédé à Paris à plus de 11.000 contrôles préventifs quand 180 autres personnes avaient été placées en garde à vue dans la capitale, selon le parquet.

Plus de 60.000 policiers et gendarmes ont été déployés dans tout le pays et des lieux symboliques interdits préventivement, à commencer par les abords de la cathédrale Notre-Dame, ravagée lundi par un incendie.

Media playback is unsupported on your device
Emmanuel Macron ne cède pas face aux "gilets jaunes"

Le président Emmanuel Macron a avancé la possibilité de reconstruire l'édifice en 5 ans appelant à une solidarité nationale pour le projet de reconstruction.

Plusieurs promesses de dons et contributions s'élevant à des centaines de millions d'euro ont déjà été annoncé.

De quoi susciter des grincements de dents chez certains gilets jaunes qui estiment "qu'il y a de l'argent en France pour des pierres mais pas pour les pauvres".

"Victor Hugo vous remercie pour Notre-Dame de Paris mais n'oubliez pas les misérables", proclamait une banderole inspirée d'un tweet de l'écrivain Ollivier Pourriol.

Sur le même sujet