La timidité expliquée par la science

30 % seulement de la timidité est attribuable à la génétique et le reste provient d'une réaction à l'environnement. Copyright de l’image Getty Images
Image caption 30 % seulement de la timidité est attribuable à la génétique et le reste provient d'une réaction à l'environnement.

L'idée de se mêler à la foule lors d'une fête vous donne-t-elle froid dans le dos ?

Ou l'idée de faire une présentation devant une salle pleine de gens vous rend malade physiquement ?

Si oui, alors vous n'êtes pas seul.

Akindele Michael était un enfant timide.

Ayant grandi au Nigeria, il passait beaucoup de temps à l'intérieur de la maison de ses parents.

Ces derniers, d'ailleurs, ne sont pas timides. Il croit que son éducation très protectrice est liée à sa timidité - mais a-t-il raison ?

En partie, dit Thalia Eley, professeure de génétique comportementale du développement au Kings College de Londres.

Lire aussi :

Madagascar : la zébumachie, une arme de séduction

Les jeunes hommes ont-ils moins de relations sexuelles ?

"Nous considérons la timidité comme une composante du tempérament et le tempérament est comme un précurseur de la personnalité ", dit-elle.

"Quand de très jeunes enfants commencent à approcher d'autres personnes, on voit des variations dans leur aisance à parler à un adulte qu'ils ne connaissent pas."

Elle dit qu'environ 30 % seulement de la timidité en tant que trait de caractère est attribuable à la génétique et le reste provient d'une réaction à l'environnement.

L'essentiel de ce que nous savons de la génétique de la timidité provient d'études qui comparent la timidité de jumeaux identiques - qui sont des copies génétiques parfaites les uns des autres - avec des jumeaux non identiques, qui ne partagent que la moitié environ des mêmes gènes.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Jusqu'à 70% des traits de timidité ne sont pas génétiques, mais plutôt une réaction à notre environnement.

Au cours de la dernière décennie, des scientifiques comme Eley ont commencé à examiner l'ADN pour essayer de trouver des variantes génétiques qui pourraient avoir un effet sur la personnalité et la santé mentale.Chaque variante génétique individuelle n'a qu'un effet minime, mais lorsque vous regardez des milliers de variantes en combinaison, l'impact commence à être plus visible. Même dans ce cas, l'influence des gènes sur la timidité ne peut être prise isolément."Il n'y aura pas un, dix ou même cent gènes impliqués, il y aura des milliers de gènes ", dit Eley. "Donc si vous pensez à tout le génome des deux parents [d'un enfant], il y a des centaines de milliers de variantes génétiques pertinentes."

Lire aussi :

Comment arrêter de passer son temps sur son téléphone

Cinq faits fascinants sur le cerveau humain

L'environnement est donc le plus important pour développer ce genre de traits, dit-elle.

L'un des aspects intéressants de la génétique, c'est qu'elle nous pousse à extraire des aspects de l'environnement qui correspondent à nos prédispositions réelles.

Par exemple, un enfant timide peut être plus enclin à s'isoler dans un terrain de jeu et à regarder les autres plutôt que de s'engager.

Ils se sentent alors plus à l'aise lorsqu'ils sont seuls parce que cela devient leur expérience la plus habituelle.

"Ce n'est pas que ce soit l'un ou l'autre ; c'est à la fois [les gènes et l'environnement] et ils travaillent ensemble", dit Eley.

"C'est un système dynamique. Et à cause de cela, il est toujours possible de changer grâce à des thérapies psychologiques qui peuvent apprendre des techniques pour s'en sortir."

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Un enfant timide peut être plus enclin à s'isoler dans une cour de récréation - et à se sentir plus à l'aise s'il est seul.

La timidité est-elle nécessairement une mauvaise chose ?

Chloe Foster, psychologue clinicienne au Centre for Anxiety Disorders and Trauma de Londres, affirme que la timidité est assez courante et normale et ne cause pas de problèmes à moins qu'elle ne se transforme en une forte anxiété sociale.

Foster soutient que les gens qu'elle traite cherchent de l'aide parce qu'ils "commencent à chercher à éviter beaucoup de choses qu'ils ont besoin de faire".

Il peut s'agir de ne pas pouvoir parler aux gens au travail, de difficultés à se socialiser ou d'être dans une situation où ils ont l'impression qu'ils vont être jugés ou évalués par d'autres personnes.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est la thérapie psychologique la plus efficace pour les personnes timides et anxieuses.

Lire aussi :

Connaissez-vous le "trouble du jeu vidéo" ?

Comment apprendre une nouvelle langue en une heure par jour

Eley dit que les raisons pour lesquelles les gens développent la timidité viennent de l'évolution .

"Il était utile d'avoir des membres de votre groupe qui allaient explorer et prendre contact avec de nouveaux groupes, mais il était aussi utile d'avoir des gens qui étaient plus réticents à prendre des risques, plus conscients de la menace et qui étaient utiles pour protéger la progéniture, par exemple", explique-t-elle.

Elle dit que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est la thérapie psychologique la plus efficace pour les personnes timides et anxieuses. Cette thérapie fondée sur des données probantes fonctionne en essayant de changer votre façon de penser et votre comportement.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Se concentrer sur les personnes présentes plutôt que de se demander si vous parlez correctement peut aider à calmer les nerfs, disent les experts.

La TCC vous aide à identifier les pensées négatives et à réaliser que certains comportements qui nous aident, comme répéter ce que vous allez dire à l'avance ou éviter le contact visuel, peuvent en fait nous rendre plus anxieux.

"C'est souvent ce petit harceleur interne qui vous vient à l'esprit avant, pendant et même après un événement", dit Foster.

Parfois, le problème est que les gens qui se débattent avec quelque chose comme parler en public à cause de leur timidité se fixent souvent des normes très élevées sur la façon dont ils devraient se comporter dans une telle situation, explique-t-elle.

Lire aussi :

Cinq grandes causes de suicide chez les hommes

Des exercices réguliers boostent la santé mentale

"Ils peuvent penser qu'ils ne devraient pas trébucher sur leurs mots... ou qu'ils devraient être très, très intéressants et que tout le monde devrait être totalement fasciné par ce qu'ils disent tout le temps", souligne Foster.

S'ils sont capables de soulager une partie de la pression qu'ils ressentent, le fait de se permettre de courtes pauses pour prendre une respiration pourrait aider à soulager une partie de cette anxiété.

Une autre chose qui pourrait vous aider est d'essayer de vous concentrer à l'extérieur sur ce qui se passe autour de vous, plutôt qu'à l'intérieur sur la façon dont l'anxiété vous fait sentir physiquement. Si vous vous concentrez sur l'auditoire plutôt que sur vous-même, vous serez moins focalisé sur le fait de savoir si vous butez sur vos mots.

Elle suggère également de se remettre en question en étant plus ouvert(e) aux nouvelles situations. "Mais n'oubliez pas d'aborder les interactions sociales d'une nouvelle façon", recommande-t-elle.

Cela signifie qu'il faut changer votre script. Demandez-vous ce que vous craignez le plus dans ces interactions. Vous avez peur d'avoir l'air ennuyeux ? Ou à court de choses à dire ? Plus vous en savez sur votre anxiété, plus vous pouvez commencer à la combattre.

Jessie Sun, doctorante à l'Université de Californie Davis qui fait des recherches sur la psychologie de la personnalité, souligne que timidité et introversion ne sont pas la même chose.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption La culture occidentale met l'accent sur le contact visuel - mais toutes les autres cultures ne sont pas aussi à l'aise avec cela.

Elle explique que les gens pensent souvent que l'introversion consiste à être introspectif ou à s'intéresser à l'exploration des pensées, mais pour les psychologues, cela fait partie d'une dimension différente de la personnalité appelée ouverture à l'expérience.

Les personnes timides sont souvent introverties, mais il peut aussi s'agir d'extravertis dont l'anxiété les empêche d'être sociables. Et les introvertis non timides peuvent être socialement aptes mais préfèrent simplement leur propre compagnie.

Sun dit que "la personnalité est constamment l'un des signaux les plus forts du bonheur et l'extraversion a des relations particulièrement fortes avec le bien-être".

"Les personnes extraverties ont tendance à ressentir plus d'excitation, d'enthousiasme et de joie, alors que les personnes introverties ont tendance à ressentir ces sentiments moins souvent ", dit-elle.

Lire aussi :

Comment les tâches domestiques ont transformé un homme violent

Faut-il se lever tôt le matin ?

Mais les introvertis pourraient-ils éprouver aussi cette joie et cet enthousiasme - en jouant les extravertis ?

Sun et ses collègues ont fait une expérience. Ils ont demandé aux gens d'agir de façon extravertie pendant une semaine entière - ce qui est long pour quelqu'un qui est timide.

"Nous leur avons demandé d'être aussi audacieuses, bavardes, ouvertes, actives et assertives que possible ", dit-elle.

Ils ont constaté que pour les personnes qui étaient assez extraverties de façon naturelle, agir de façon permanente de cette façon pendant une semaine signifiait qu'elles éprouvaient plus d'émotions positives et qu'elles se sentaient plus "authentiques" - plus comme elles-mêmes.

Mais les gens qui étaient plus introvertis n'ont pas connu autant d'émotions positives.

Et les personnes qui étaient des introvertis extrêmes se sentaient en fait plus fatiguées et éprouvaient plus d'émotions négatives.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les extravertis ont tendance à avoir plus de sensations de bien-être, mais demander aux introvertis d'essayer de "simuler" une attitude extravertie peut les laisser épuisés.

"Je pense que la principale leçon, dit Sun, c'est que c'est probablement trop demander à des gens introvertis ou très timides d'agir de la manière la plus extravertie possible pendant une semaine entière [mais ils] pourraient envisager d'agir de façon extravertie à quelques occasions.

La culture pourrait-elle aussi affecter si vous êtes naturellement introverti ?

On dit que les États-Unis privilégient un comportement confiant et extraverti à l'introversion, alors que des études ont montré que dans certaines régions d'Asie, dont le Japon et la Chine, il est plus souhaitable d'être calme et réservé.Les attitudes à l'égard du contact visuel varient également énormément d'un pays à l'autre. Kris Rugsaken, professeur à la retraite d'études asiatiques à la Ball State University, déclare : "Bien qu'un bon contact visuel soit loué et attendu en Occident, il est perçu comme un signe de manque de respect et de défi dans d'autres cultures, notamment asiatique et africaine", explique-t-il.

Lire aussi :

Pourquoi certaines personnes ne se souviennent pas de leurs rêves

Pourquoi aimons-nous certains aliments et pas d'autres ?Malgré ces différences culturelles, Sun souligne que la recherche semble montrer que les extravertis ont tendance à être plus heureux même dans les pays où l'introversion est plus respectée mais le degré de bonheur est moins marqué dans ces pays.Ainsi, alors que les recherches suggèrent que les extravertis finissent par être plus heureux où qu'ils soient dans le monde, être introverti n'est pas nécessairement négatif - pas plus qu'être ouvert n'est pas toujours positif."Ne pensez pas à l'introversion comme à quelque chose à guérir ", écrit Susan Cain dans son livre Quiet : The Power of Introverts in a World that Can't Stop Talking (Calme: Le pouvoir des introvertis dans un monde qui ne peut pas arrêter de parler).

"Il n'y a aucune corrélation entre être le meilleur orateur et avoir les meilleures idées", pointe-t-elle.

Sur le même sujet