Tout ce qu'il faut savoir sur Boris Johnson

Boris Johnson est le nouveau Premier ministre britannique. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Boris Johnson est le nouveau Premier ministre britannique.

Sans surprise, le favori dans la course à Downing Street a été adoubé par les membre de son parti, les Tories.

Boris Johnson est sans aucun doute l'un des visages les plus connus du paysage politique britannique.

Pour le meilleur et pour le pire.

Celui qui a occupé les bancs des très prestigieuses écoles, Eton College et Oxford University, a fait de sa différence toute une carrière.

Les commentateurs politiques ont l'habitude de l'égratigner en le surnommant le'' clown'' ou le ''bouffon''.

Le magazine ''The Economist'' l'a récemment représenté en couverture avec la moitié du visage peint en clown.

Copyright de l’image Twitter du The Economist
Image caption Capture d'écran du twitter de ''The Economist''

Quel Britannique ne se souvient pas de Boris Johnson, quelques jours avant l'ouverture des Jeux Olympiques à Londres, s'élançait d'une tyrolienne à Victoria Park avec deux drapeaux britanniques à la main.

Il était resté suspendu dans le vide à mi-course sous les rires de la foule avant d'être secouru.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption En 2012, Boris Johnson était resté suspendu dans le vide à mi-course avant d'être secouru.

Mais avant de plonger dans le grand bain politique, Boris Johnson était journaliste.

Il a débuté au magazine ''The Times'' mais par la suite il a été licencié pour une fausse citation.

En 1989, il a été correspondant du Daily Telegraph…à Bruxelles.

Il n'a pas hésité à ce moment-là à écrire des articles biaisés.

Lire aussi :

Une année de fake news en Afrique

L'importance de contrer les 'Fake news' en Afrique

De retour dans son pays natal, il est devenu le rédacteur en chef de ''The Spectator'', qui lui a servi de tremplin pour se lancer en politique.

De 2001 à 2008, il a été député de Henley, dans l'Oxfordshire.

Dernièrement il était député d'Uxbridge et de South Ruislip, deux localités situées à l'ouest de Londres.

Un bilan mitigé à la mairie de Londres

Le conservateur est surtout connu pour avoir été maire de Londres pendant huit ans entre 2008 et 2016.

Il est devenu l'un des rares hommes politiques à être souvent appelé par son prénom.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Une manifestante anti-Brexit se moquant du principal hobby de Boris Johnson : la création de bus miniatures avec de vieux cageots de vin, le 26 juin 2019.

Sous son mandat, il a pu accueillir les Jeux Olympiques de 2012 et a introduit le système de location de vélos ''Boris Bikes''.

À la tête de la capitale, il a mis en avant la baisse des crimes à l'arme blanche et du taux d'homicides.

Mais ses critiques n'ont pas oublié de pointer du doigt le projet du ''garden bridge''qui devait traverser la Tamise de Temple à South Bank.

Lire aussi :

La résidence qui suscite la polémique au Cameroun

Mondial 2018 : le principal aéroport de Moscou dépourvu de nouvelle piste

Celui-ci a coûté 53,3 millions de livres, dont 43 millions aux contribuables, selon des chiffres de TFL, l'entreprise publique de transport de Londres qui avait aussi participé à hauteur de 24 millions dans le projet.

Malgré le coût, le ''garden bridge'' ne s'est jamais fait.

Et le successeur de Boris Johnson, Sadiq Khan, l'a définitivement annulé.

Copyright de l’image Finnbarr Webster
Image caption Un fervent soutien de Boris Johnson arborant un badge avec pour inscription ''Laissez Boris, être Boris''.

Gaffe diplomatique

En 2015, Boris Johnson est redevenu député et l'année suivante, il a joué un rôle de premier plan dans la campagne pro-Brexit (Vote leave/ quitter l'UE) pour le référendum de 2016.

Les Britanniques ont encore ces images en tête : celles de Boris Johnson se tenant devant un bus d'un rouge flamboyant avec une inscription qui prétendait à tort que le Royaume-Uni envoyait 350 millions de livres sterling par semaine à l'UE.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption En 2016, Boris Johnson se tenant devant un bus avec une inscription qui prétendait à tort que le Royaume-Uni envoyait 350 millions de livres sterling par semaine à l'UE.

Le 23 juin, après la victoire du ''Leave'', David Cameron a décidé de démissionner de son poste de Premier ministre.

Boris Johnson s'apprêtait à le remplacer, jusqu'au retrait du soutien de Michael Gove, ce qui a fait plonger sa campagne.

L'ancien maire de Londres a dû en fin de compte renoncer.

Faute de poste de Premier ministre, il a réussi à obtenir le portefeuille des Affaires étrangères qu'il a occupé entre 2016 et 2018.

Après l'empoisonnement de l'ancien espion Sergei Skripal et sa fille à Salisbury, le chef de la diplomatie a été au centre de la décision d'expulser des diplomates russes.

Vingt-neuf autres pays ont emboîté le pas au Royaume-Uni.

Lire aussi :

Espionnage : expulsions de diplomates russes en Europe et aux Etats-Unis

May exige des explications à la Russie

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Déjà en 2016, Boris Johnson avait pour ambition de succéder à David Cameron.

Mais il a aussi suscité la controverse dans une autre affaire.

Il a dû présenter des excuses au Parlement concernant le dossier de Nazanin Zaghari-Ratcliffe, Britanno-Iranienne, détenue en Iran pour des accusations d'espionnage.

Nazanin Zaghari-Ratcliffe raconte qu'elle était en vacances lorsqu'elle a été arrêtée en 2016 mais Boris Johnson a déclaré qu'elle y enseignait le journalisme.

D'après sa famille, cela a aggravé sa situation.

Lire aussi :

Libye: Boris Jonhson accusé "d'extrême insensibilité"

Le chef de la diplomatie britannique piégé par un canular

En 2018, il a également été critiqué pour avoir écrit que les femmes musulmanes portant la burka "ressemblaient à des boîtes aux lettres".

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Boris Johnson visitant un centre d'entraînement de la police lors de sa campagne pour le poste de Premier ministre.

C'est lors de ce même été, quelques heures seulement après la démission du ministre du Brexit, David Davis, c'est Boris Johnson qui a claqué la porte du ministère des Affaires étrangères.

Le divorce a été définitivement consommé entre les ''hards brexiters'' et Theresa May.

Lire aussi :

Boris Johnson a démissionné

Comment le Brexit a entraîné la chute de Theresa May

Encore aujourd'hui, Boris Johnson, fraîchement Premier ministre, est déterminé plus que jamais à renégocier un accord avec les Européens, voire à rompre avec l'UE à la date prévue du 31 octobre...avec ou sans accord.

Voir aussi :

Media playback is unsupported on your device
Brexit : l’incertitude fait peur jusqu’en Afrique.

Sur le même sujet

Lire plus