Etats-Unis - Ilhan Omar répond aux partisans de Trump : "je suis à ma place"

La député américaine d'origine somalienne a été la cible de commentaires racistes. Copyright de l’image Getty Images
Image caption La député américaine d'origine somalienne a été la cible de commentaires racistes.

Ilhan Omar, la député américaine d'origine somalienne, a tenu à répondre à des partisans du président Donald Trump qui appelaient à la "renvoyer chez elle"

Trad. - "Je suis chez moi, à la maison du peuple, et vous allez devoir faire avec !" -

Les chants ont commencé après que M. Trump ait mentionné son nom pendant son discours.

Lire aussi :

Une réfugiée somalienne à l’assaut du Congrès américain

Une Somalienne au Congrès américain

Cela fait suite à une série de tweets que le président a envoyés la semaine dernière au sujet de quatre femmes du Congrès qui avaient critiqué sa politique d'immigration.

"Pourquoi ne retournent-elles pas dans leurs pays pour aider à améliorer les endroits d'où elles viennent, qui sont totalement détruits et infestés par la criminalité ?"

Sur les quatre femmes, les représentantes Alexandria Ocasio-Cortez, Ilhan Omar, Ayanna Pressley et Rashida Tlaib, trois sont nées aux États-Unis.

Mme Omar a également posté des extraits du poème de Maya Angelou, Still I Rise :

Trad :

- Vous pouvez me tuer avec vos mots,

Vous pouvez me couper avec vos yeux,

Vous pouvez me tuer avec ta haine,

Mais malgré tout, comme l'air, je m'élèverai.-

Lire aussi :

"L'Amérique n'en a pas fini de ses vieux démons racialistes"

Une élue américaine victime d'islamophobie

Mme Omar, 37 ans, est la première Américaine d'origine somalienne, la première Américaine d'origine africaine et l'une des deux premières femmes musulmanes américaines à siéger au Congrès américain.

Elle est née en 1981 à Mogadiscio, la capitale de la Somalie. C'est la dernière de sept frères et sœurs. Elevée par son père et son grand-père, sa mère est morte quand elle avait deux ans.

La famille a fui le pays pendant la guerre civile somalienne et a passé quatre ans dans un camp de réfugiés kenyan avant de partir aux Etats-Unis en 1995.