La mafia du sable et ses ravages

Un homme qui ramasse du sable Copyright de l’image Getty Images
Image caption Une compétition énorme fait rage autour du sable, qui devient une denrée rare.

Une compétition énorme fait rage autour du sable, qui devient une denrée rare. La très forte demande en sable a conduit le crime organisé à se lancer dans cette activité et des centaines de personnes ont été assassinées pour du sable ces dernières années.

La demande de sable a grimpé en flèche, mais elle cause des dommages à l'environnement alors que les mineurs récoltent ce bien lucratif - un ingrédient vital pour le béton - et elle provoque des conflits, a déclaré un chercheur à la BBC.

"Il y a tellement de demande pour le sable dans le monde actuel que dans de nombreuses régions du monde nous causons de graves dégâts à l'environnement. Nous dépouillons le lit des rivières, des plages, déracinons les forêts et les terres agricoles pour récupérer ce sable et dans certains endroits la situation est tellement critique que le crime organisé s'est aussi lancé dans le commerce du sable et des centaines de personnes ont été assassinées pour du sable ces dernières années", a déclaré Vince Beiser dans le journal Newsday.

Lire aussi :

Pourquoi le cobalt est en chute libre ?

Le caoutchouc, une ressource au cœur d'un massacre au Congo

L'auteur de The World in Grain : The Story of Sand and How it Transformed Civilization parle des violences liées à l'extraction de sable qui selon lui, "est à son comble en Inde, au Kenya et en Gambie".

Au Kenya, près d'une douzaine de personnes ont été tuées au cours des dernières années dans des combats entre gangs rivaux, a-t-il dit.

"En Gambie, des personnes ont été abattues quand elles ont essayé de protester contre l'exploitation illégale du sable. En Inde, des activistes en faveur de l'environnement, des journalistes, des policiers, des fonctionnaires ont été tués par ces mafias du sable", a affirmé Vince Beiser.

Le marché noir du sable représenterait des milliards de dollars chaque année.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des pays comme l'Arabie saoudite ou Dubaï importent du sable pour construire certains de leurs méga projets.

"Cela semble être très dur à croire car il y a tellement de sable dans le monde. Mais en fait le sable est la ressource naturelle que nous consommons le plus au monde à l'exception de l'eau et c'est parce que le sable est la principale matière première dont sont faites nos villes. Le ciment, les vitres, les routes, les puces de silicone de nos smartphones sont faites à partir du sable. Lorsque l'on ajoute tout cela, surtout le ciment, nous utilisons 50 milliards de tonnes de sable et de gravier chaque année", explique-t-il.

"C'est un peu comme pour le pétrole et le gaz, les ressources qui sont faciles d'accès deviennent de plus en plus rare", pointe Vince Beiser.

Lire aussi :

RDC : du ciment extrait d'un volcan

Le prix du ciment décrié au Togo

Le commerce du sable représenterait entre 70 et 120 milliards de dollars par an, selon les estimations.

Il faudra encore beaucoup de temps avant que les réserves mondiales de sable soient totalement épuisées, selon l'auteur. Mais tout le sable présent sur terre n'est pas propre à l'utilisation en ciment ou construction. Ainsi, le sable du désert, de structure sphérique, ne peut être utilisé ce qui fait que des pays comme l'Arabie saoudite ou Dubaï importent du sable pour construire certains de leurs méga projets.

A écouter :

Media playback is unsupported on your device
Une taxe sur le ciment au Sénégal

Sur le même sujet