Macron et Merkel veulent renforcer la lutte antidjihadiste au Sahel

Roch Marc Christian Kaboré, Emmanuel Macron et Angela Macron au sommet du G7 Copyright de l’image Getty Images
Image caption Roch Marc Christian Kaboré, Emmanuel Macron et Angela Macron au sommet du G7

La chancelière allemande et le président français ont exprimé dimanche la nécessité de "changer de méthode" en ce qui concerne la lutte contre les groupes djihadistes au Sahel.

Angela Merkel et Emmanuel Macron ont appelé à "élargir" à d'autres pays et à "renforcer" financièrement le G5 Sahel, la coalition mise en place par cinq Etats sahéliens pour lutter contre les djihadistes.

"La situation ne cesse de se détériorer" dans le Sahel, a fait remarquer la chancelière allemande à la fin d'une réunion du G7 consacrée à l'Afrique.

Selon l'Agence France-Presse, Angela Merkel et Emmanuel Macron ont annoncé la création d'un nouveau partenariat dont les modalités seront fixées lors d'une conférence franco-allemande prévue avant la fin de l'année.

Lire aussi :

La France réaffirme sa présence militaire au Sahel

'Pourquoi l'Afrique de l’ouest a du mal à lutter contre le terrorisme'

"L'Allemagne se sent très engagée", a précisé Mme Merkel.

L'initiative de son pays n'entraînera pas une augmentation du nombre de militaires allemands déployés dans la zone, actuellement de quelque centaines dans des missions de formation et d'appui à la force de l'ONU au Mali.

"Un appui massif"

Présent à leurs côtés, le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, a insisté sur la nécessité d'"un appui massif en termes de développement".

M. Kaboré préside actuellement le G5 Sahel, une force militaire multinationale constituée du Mali, du Niger, de la Mauritanie, du Tchad et du Burkina Faso.

Le Burkina Faso s'enfonce depuis quatre ans dans une spirale de violences attribuées à des groupes djihadistes.

Cinq dirigeants africains ont pris part au sommet du G7 de Biarritz, les présidents d'Égypte, d'Afrique du Sud, du Rwanda, du Sénégal et du Burkina Faso.