Racisme aux Etats-Unis : des étudiants blancs coupent les dreadlocks de leur collègue noire

Des élèves blancs coupent les cheveux de leur collègue noire Copyright de l’image Reuters
Image caption Des élèves blancs coupent les cheveux de leur collègue noire

Aux Etats-Unis, une fillette de 12 ans accuse trois de ses camarades de classe de l'avoir clouée au sol et d'avoir coupé des dreadlocks avec des ciseaux.

Amari Allen a déclaré que les garçons l'ont traité de "vilaines" et de "nappy" (en référence à ses cheveux naturels).

Selon Amari Allen, l'incident s'est déroulé dans une école privé en Virginie où les frais de scolarité s'élèvent environ à 12.000 $ l'année.

Autres articles :

Les Bleus victimes de racisme

Accusée de racisme, Air China s’excuse

Une présentatrice de la RTBF victime de racisme

L'attaque présumée a eu lieu à l'école chrétienne Emmanuel, où l'épouse du vice-président américain enseigne.

L'école et la police locale ont confirmé qu'ils enquêtaient sur l'incident.

Copyright de l’image Reuters
Image caption The incident, involving Amari Allen, has been reported to police

"Les garçons sont venus me voir et m'ont tendu une embuscade, comme s'ils m'avaient mis en cage ", a déclaré Mlle Allen aux médias locaux.

"Alors ils ont mis leurs mains sur ma bouche. Ils m'ont mis les mains dans le dos, m'ont coupé les cheveux et m'ont dit que j'étais laide."

"Ils ont pris mon déjeuner et l'ont mangé devant moi et m'ont dit que je ne le méritais pas, que je pouvais mourir de faim et d'autres choses comme ça ", a-t-elle ajouté.

Lire aussi:

Aubameyang victime de racisme

Racisme: National Geographic s'excuse

Racisme : "oui" aux coupes afro

La famille dit que l'incident n'a été découvert que le mercredi lorsque sa grand-mère a remarqué que ses cheveux étaient soudainement de longueurs différentes.

"C'est très douloureux", a déclaré Cynthia Allen, la mère de la victime, à la presse:

"Je veux qu'ils soient renvoyés de l'école. Je veux qu'on fasse quelque chose."

Lire aussi:

Harcèlement de rue : "les mentalités vont changer"

1 Française sur 3 "victime de harcèlement sexuel"

Dans une déclaration, l'école a fait savoir qu'elle avait demandé à la police locale d'enquêter sur l'incident et qu'elle prend "au sérieux le bien-être physique et moral" de ses étudiants.

"Nous avons une politique de tolérance zéro pour toute sorte de harcèlement ou d'abus", a insisté l'école chrétienne Emmanuel.

Karen Pence , la femme du Vice-président américain Mike Pence y enseignait les arts à temps partiel jusqu'au début de l'année.

Autres articles :

Les publicités sont-elles racistes ?

Le commentaire 'raciste' de Daniel Bravo fait polémique

Media playback is unsupported on your device
"L'Afrique du Sud n'est pas épargnée par la montée du racisme"

Sur le même sujet

Lire plus