Pourquoi la façon de parler aux enfants compte?

Selon les conversations que les nourrissons entendent dès leur plus jeune âge, ils peuvent avoir des vies très différentes. Copyright de l’image Nappy.co
Image caption Selon les conversations que les nourrissons entendent dès leur plus jeune âge, ils peuvent avoir des vies très différentes.

Des études montrent que certains parents ne parlent pas beaucoup à leurs enfants, et que cela peut avoir des conséquences négatives durables - des conséquences même visibles dans le cerveau.C'est au milieu des années 1990 qu'une découverte inquiétante a été faite au sujet d'une différence marquée dans les résultats linguistiques des enfants.

Les chercheurs Betty Hart et Todd Risley se sont rendus chez des familles de différents groupes socioéconomiques, passant une heure par mois à les enregistrer pendant plus de deux ans.En analysant les données, ils ont constaté que les enfants des milieux les plus pauvres entendaient un tiers de moins de mots par heure que ceux des milieux à revenu élevé.

Ils ont proposé qu'à l'âge de quatre ans, il y aurait un écart de 30 millions de mots entre les enfants issus de milieux pauvres et ceux issus de ménages professionnels plus riches.Lire aussi :

L'échantillon était petit et il n'est pas clair si l'écart de mots était aussi grand que les chercheurs l'ont d'abord suggéré.

D'autres critiques ont depuis montré que les enfants à faible revenu entendent beaucoup plus de mots que Hart et Risley ne l'ont rapporté en tenant compte du langage qu'ils entendent dans les conversations à la maison et à l'extérieur.

Répondant à ces critiques, un autre groupe a souligné que "les jeunes enfants ne tirent aucun profit des discours entendus sur des sujets d'intérêt pour les adultes".Si ce "fossé de mots" existe, il pose problème parce que la langue est reconnue comme l'un des plus importants indicateurs de la façon dont vous allez vous comporter plus tard dans la vie, de vos premières années scolaires à l'université et, en retour, de votre carrière.

Pour lire, apprendre les bases du calcul et même articuler les souvenirs, il faut du langage."Si vous n'avez pas ce qu'il faut, c'est que vous commencez déjà la course avec un retard", dit Kathy Hirsh-Pasek, qui dirige le Temple University Infant Language Laboratory à Philadelphie.Ce décalage se produit aussi dans le cerveau.

Les neuroscientifiques sont maintenant en mesure de montrer comment le cerveau réagit à une exposition précoce au langage.

Un groupe, dirigé par Rachel Romeo, neuroscientifique et orthophoniste au Boston Children's Hospital, a montré que les interactions conversationnelles peuvent avoir un avantage visible sur le développement du cerveau.

L'équipe a enregistré les conversations au domicile des familles en surveillant à la fois la quantité de langue à laquelle elles ont été exposées et le nombre de conversations.

Les enfants qui avaient plus de conversations étaient plus aptes aux tâches de compréhension du langage.Ces enfants avaient également des connexions plus fortes avec la substance blanche dans le cerveau dans deux domaines importants pour le langage, une augmentation qui pourrait accélérer le traitement dans ces domaines.

Ceci, dit Roméo, montre que les conversations contribuent au développement du cerveau.

"Nous avons constaté qu'un plus grand nombre de conversations étaient en corrélation avec des liens plus étroits dans ce cheminement, ce qui, à son tour, se rapportait aux aptitudes langagières des enfants ", dit Roméo.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Pour le développement de l'enfant, ce qui compte le plus, c'est la conversation - et pas seulement l'audition passive.

En effet, un grand nombre d'éléments de preuve montrent que ce n'est pas l'audition passive - ou même la quantité de mots auxquels un enfant est exposé - qui importe le plus. C'est plutôt la qualité de la conversation qui est importante. C'est-à-dire, le va-et-vient, la nature tournante qui exige d'être écouté et de réagir.

C'est ce que Hirsh-Pasek et sa collaboratrice de longue date Roberta Golinkoff appellent un "duo conversationnel", car "on ne peut pas le faire seul". En fait, une autre étude a révélé que si une conversation est interrompue par un appel téléphonique, l'enfant n'apprend pas un nouveau mot présenté, mais l'apprendra si la conversation n'est pas interrompue.L'équipe de Romeo a fait un pas de plus dans une petite étude de suivi qui a aidé les parents à comprendre l'importance des conversations à tour de rôle. Dans ce groupe, ils ont constaté une augmentation de la matière grise dans les régions linguistiques et sociales du cerveau des enfants.Il est logique que les zones sociales et linguistiques du cerveau "s'unissent" dans ces relations parent-enfant, car le langage sous-tend nos relations sociales, et les deux sont fondamentales pour notre façon d'apprendre.

Lire aussi :

"Quatre choses que j'aurais aimé savoir sur l'allaitement"

Cinq choses à savoir sur l'allaitement

"Nous avons ce désir humain de communiquer, dit-elle. "En plus de cela, nous construisons nos compétences linguistiques et ces compétences linguistiques ajoutent une base pour une cognition de plus haut niveau."Pendant ce temps, un autre groupe, celui du Princeton Baby Lab, a observé le cerveau des bébés et des expérimentateurs pour constater que lorsqu'ils s'adonnaient à des jeux interactifs, comme le chant ou la lecture, leurs schémas d'activation cérébrale commençaient à converger. En d'autres termes, leurs cerveaux se synchronisent, explique Elise Piazza du Princeton University Neuroscience Institute, l'auteur principal de l'ouvrage. D'autres fois, en participant à des activités séparées, la "synchronisation neuronale" entre leurs cerveaux a disparu, dit-elle."C'est comme si vous deveniez tellement à l'écoute que vous n'agissez pas comme deux personnes, mais comme une seule. C'est là que nous croyons que l'apprentissage s'intensifie et a lieu, et c'est ce que la conversation vous apporte ", dit Hirsh-Pasek à propos du travail.Situation socioéconomiqueÉtant donné l'importance des conversations dès le plus jeune âge, à quel point devrions-nous nous inquiéter du "fossé des mots" - et d'où vient-il ?

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les parents à revenu élevé ont tendance à utiliser des phrases plus longues et plus de vocabulaire avec leurs enfants - en partie à cause de leur niveau de scolarité.

Même si l'étude de Hart et Risley n'était pas parfaite, l'idée qu'il existe un écart socioéconomique important a été reprise par des dizaines d'études.

En 2008, par exemple, Meredith Rowe, de l'Université Harvard, a constaté que les types de conversations diffèrent considérablement entre les familles à faible revenu et les familles à revenu élevé - en partie en raison des différents niveaux de scolarité atteints par les parents dans ces groupes.En d'autres termes, les "connaissances parentales" contribuent positivement au développement du vocabulaire, dit Rowe. Dans cette étude, les parents à revenu plus élevé ont utilisé des phrases plus longues et plus de vocabulaire que les parents à faible revenu.

"La principale conclusion est que l'influence de la pauvreté sur la façon dont les parents communiquent avec leurs enfants s'explique par ce qu'ils savent du développement de l'enfant ", dit-elle.

Lire aussi :

Les meilleurs conseils pour surmonter l'anxiété de l'enfant

"Pas de soda pour les enfants !"

S'il existe un lien entre le statut socioéconomique et les capacités verbales, c'est peut-être parce que la pauvreté est liée à la fois à des niveaux d'éducation inférieurs et à un stress accru.

Ces deux facteurs signifient que la qualité des conversations peut en souffrir.Mais le statut socio-économique n'est pas du déterminisme.Dans une étude réalisée en 2015, Hirsh-Pasek et ses collègues ont examiné le discours de 60 enfants, tous issus de familles à faible revenu, à l'âge de deux ans ; ils sont revenus un an plus tard pour voir comment ces enfants avaient évolué.

Comme prévu, les enfants qui participaient à plus de conversations à deux ans avaient un langage plus avancé un an plus tard.

Ceux qui ont eu moins de conversations ont obtenu de moins bons résultats sur le plan des compétences linguistiques.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les enfants qui avaient plus de conversations à l'âge de deux ans avaient un langage plus avancé un an plus tard.

Comme ces enfants étaient tous issus de milieux à faible revenu, les résultats montrent que la pauvreté à elle seule n'est pas ce qui prédispose un enfant à de moins bonnes compétences linguistiques."Il ne s'agit pas seulement de savoir si vous êtes né dans un environnement où les ressources sont insuffisantes, mais c'est la façon dont vous interagissez avec votre enfant dans cet environnement qui semble faire une différence ", dit Hirsh-Pasek.

Lire aussi :

Les césariennes planifiées sont "souvent une option de naissance plus sûre"

Dépression mentale: 'je n'aurais pas gardé le bébé'Bien qu'un manque de mots puisse avoir des conséquences durables, la bonne nouvelle est que tous les parents parlent à leurs enfants au moins une partie du temps.

Si les parents comprennent que les interactions de qualité sont plus importantes que la quantité, alors tous les enfants pourraient en bénéficier.Plus ils ont d'expériences sociales, que ce soit avec leurs parents ou avec d'autres personnes qui s'occupent d'eux, plus ils en apprendront, ajoute-t-elle.Il existe d'autres moyens d'accélérer ce processus.

Le coaching parental est efficace, mais il prend du temps et coûte cher.

Heureusement, il existe d'autres moyens simples et éprouvés d'encourager des conversations de qualité.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Plus les bébés et les enfants vivent d'expériences sociales, plus ils apprendront.

Hirsh-Pasek et ses collègues ont montré que dans les communautés sous-financées de certains des quartiers les plus pauvres de Philadelphie, le fait de mettre des messages-guides dans les supermarchés augmente de 33 % les conversations significatives.

Il peut s'agir d'affiches simples et colorées qui posent des questions comme " D'où vient le lait " et " Quel est votre légume préféré ?"Hirsh-Pasek et son équipe essaient une autre approche dans plusieurs sites à Philadelphie - y compris à un arrêt d'autobus, ainsi qu'un terrain de jeu dans une bibliothèque et à des jeux de société à taille humaine au musée pour enfants Please Touch de Philadelphie.

Ici, ils utilisent les jeux pour encourager plusieurs aspects importants de l'apprentissage, du social au cognitif, du contrôle des impulsions (marelle) à la fonction exécutive (les jeux de résolution de problèmes). Ils ont été placés avec soin dans des endroits où les gens se réunissent déjà en groupes, ce qui est crucial.

Le projet, intitulé "Playful Learning Landscapes", a consisté à collaborer avec les conseils municipaux et les architectes pour "transformer les lieux de la vie quotidienne en lieux d'apprentissage".

De plus, une surveillance étroite par des chercheurs des environs a montré que certains de ces projets ont permis d'augmenter de 30 à 55 % le nombre de conversations.

Copyright de l’image Sahar Coston-Hardy Photography
Image caption Le projet Urban Thinkscape transforme les espaces publics en activités d'apprentissage.

"Comme cadeau supplémentaire, lorsque vous rendez ces environnements intéressants, leurs parents sont plus enclins à poser leur téléphone cellulaire, à regarder leur enfant dans les yeux et à avoir une conversation significative ", dit Hirsh-Pasek.

"Imaginez ce qu'on pourrait faire si on rendait le monde un peu plus amusant."

Avec assez de volonté, les chercheurs disent qu'il devrait être facile de recréer des espaces similaires dans de nombreuses autres villes.Pour certains parents, le stress de la vie quotidienne peut leur laisser moins de temps pour parler et jouer.

Mais il est maintenant clair que des ajustements subtils dans la façon dont nous parlons aux enfants - et dont nous les écoutons - peuvent littéralement améliorer leur cerveau.

A regarder :

Media playback is unsupported on your device
Des boîtes contre la mortalité infantile au Kenya.

Sur le même sujet