Pourquoi y a-t-il des manifestations à Hong Kong ?

Manifestant lors d'une manifestation en faveur de la démocratie en septembre 2014 Copyright de l’image AFP
Image caption Les manifestations en 2014 se sont poursuivies pendant plusieurs semaines.

Après plusieurs mois, les manifestations en faveur de la démocratie à Hong Kong ne semblent pas vouloir s'arrêter.

Les protestations ont commencé en juin à propos de projets - gelés par la suite, et finalement retirés en septembre - qui auraient permis l'intégration de Hong Kong dans la Chine continentale.

Mais elles se sont maintenant propagées pour refléter des demandes plus larges de réforme démocratique.

Il y a beaucoup de raisons - dont certaines remontent à des décennies - qui aident à expliquer ce qui se passe.

Hong Kong a un statut particulier...

Il est important de se rappeler que Hong Kong est très différente des autres villes chinoises.

Pour comprendre cela, il faut regarder son histoire.

A regarder :

Media playback is unsupported on your device
A Hong Kong, de violentes échauffourées

C'était une colonie britannique pendant plus de 150 ans, et une partie, l'île de Hong Kong, a été cédée au Royaume-Uni après une guerre en 1842.

Plus tard, la Chine a également loué le reste de Hong Kong - les nouveaux territoires - aux Britanniques pour 99 ans.

C'est devenu un port de commerce, et son économie a pris son essor dans les années 1950 lorsque l'île est devenue un centre manufacturier.

Le territoire était également populaire auprès des migrants et des dissidents fuyant l'instabilité, la pauvreté ou la persécution en Chine continentale.

Puis, au début des années 1980, à l'approche de l'échéance de la location de 99 ans, la Grande-Bretagne et la Chine ont entamé des pourparlers sur l'avenir de Hong Kong - le gouvernement communiste en Chine soutenant que tout Hong Kong devrait être remis sous domination chinoise.

Les deux parties sont parvenues à un accord en 1984 qui prévoyait le retour de Hong Kong en Chine en 1997, selon le principe "un pays, deux systèmes".

Cela signifie que tout en faisant partie d'un seul pays avec la Chine, Hong Kong jouirait d'un "haut degré d'autonomie, sauf dans les affaires étrangères et de défense" pendant 50 ans.

A regarder :

Media playback is unsupported on your device
A Hong Kong, le projet de loi qui fait des vagues

En conséquence, Hong Kong a son propre système juridique et ses propres frontières, et les droits, y compris la liberté de réunion et la liberté d'expression, sont protégés.

Par exemple, c'est l'un des rares endroits du territoire chinois où l'on peut commémorer la répression de la place Tiananmen en 1989, où les militaires ont ouvert le feu sur des manifestants non armés à Beijing.

...mais les choses changent

Hong Kong jouit toujours de libertés inconnues en Chine continentale, mais les critiques disent qu'elles sont en déclin.

Les groupes de défense des droits ont accusé la Chine de s'ingérer dans les affaires d'Hong Kong, citant des exemples tels que des décisions de justice qui ont condamné les législateurs pro-démocratie.

Ils ont également été préoccupés par la disparition de cinq libraires de Hong Kong et d'un magnat - tous sont finalement réapparus en détention en Chine.

Lire aussi :

Manifestations à Hong Kong

Les artistes et les écrivains disent qu'ils subissent une pression accrue pour s'autocensurer - et un journaliste du Financial Times a été empêché d'entrer à Hong Kong après avoir organisé un événement mettant en vedette un militant pour l'indépendance.

Un autre point d'achoppement a été la réforme démocratique.

Le dirigeant de Hong Kong, le chef de l'exécutif, est actuellement élu par un comité électoral de 1 200 membres - un organe pour la plupart pro-Pékin, choisi par seulement 6 % des électeurs éligibles.

Les 70 membres de l'organe législatif du territoire, le Conseil législatif, ne sont pas tous directement élus par les électeurs de Hong Kong.

La plupart des sièges non élus au suffrage direct sont occupés par des législateurs pro-Pékinois.

Certains membres élus ont même été radiés après que Pékin eut rendu une décision de justice controversée qui les a effectivement disqualifiés.

La mini-constitution de Hong Kong, la Loi fondamentale, dit qu'elle devrait en fin de compte à la fois le dirigeant et le Conseil législatif devraient être élus d'une manière plus démocratique - mais il y a eu désaccord sur ce à quoi cela devrait ressembler.

Le gouvernement chinois a déclaré en 2014 qu'il permettrait aux électeurs de choisir leurs dirigeants à partir d'une liste approuvée par un comité pro-Pékin, mais les critiques ont qualifié cette liste de "démocratie factice" et elle a été rejetée par l'assemblée législative de Hong Kong.

Dans 28 ans, en 2047, la Loi fondamentale expirera - et ce qu'il adviendra de l'autonomie de Hong Kong après cela n'est pas clair.

La plupart des HongKongais ne se considèrent pas comme des Chinois

Bien que la plupart des habitants de Hong Kong soient d'origine chinoise et que Hong Kong fasse partie de la Chine, la majorité d'entre eux ne s'identifient pas comme Chinois.

Des enquêtes de l'Université de Hong Kong montrent que la plupart des gens s'identifient comme "Hongkongais" - seulement 11% se considèrent "Chinois" - et 71% des gens disent ne pas se sentir fiers d'être citoyens chinois.

La différence est particulièrement marquée chez les jeunes.

"Plus les répondants sont jeunes, moins ils sont fiers de devenir citoyens chinois et plus ils sont négatifs à l'égard de la politique du gouvernement central à Hong Kong", indique le programme d'opinion publique de l'université.

A regarder :

Media playback is unsupported on your device
Chine : Le plus long pont maritime du monde

Les Hongkongais ont décrit les différences juridiques, sociales et culturelles - et le fait que Hong Kong a été une colonie distincte pendant 150 ans - comme des raisons pour lesquelles ils ne s'identifient pas avec leurs compatriotes en Chine continentale.

Il y a également eu une montée du sentiment anti-chinois à Hong Kong ces dernières années, les gens se plaignant de touristes grossiers qui ne respectent pas les normes locales ou qui font grimper le coût de la vie.

Certains jeunes militants ont même réclamé l'indépendance de Hong Kong de la Chine, ce qui inquiète Pékin.

Les manifestants estiment que le projet de loi sur l'intégration, s'il est adopté, rapprocherait le territoire du contrôle de la Chine.

"Hong Kong deviendra une autre ville chinoise si ce projet de loi est adopté ", a déclaré un manifestant de 18 ans, Mike, à la BBC.

Les Hongkongais savent comment protester

En décembre 2014, alors que la police démantelait ce qui restait d'un site de protestation pro-démocratie dans le centre de Hong Kong, les manifestants ont chanté : "Nous reviendrons."

Le fait que les protestations soient de retour n'est pas nécessairement surprenant.

Il y a une riche histoire de dissidence à Hong Kong, qui remonte encore plus loin que ces dernières années.

En 1966, des manifestations ont éclaté après que la Star Ferry Company a décidé d'augmenter ses tarifs.

Les manifestations ont dégénéré en émeutes, un couvre-feu complet a été décrété et des centaines de soldats sont descendus dans la rue.

Lire aussi :

Colère dans les rues de Hong Kong

Manifestations à Hong Kong

Les manifestations se poursuivent depuis 1997, mais aujourd'hui, les plus importantes ont tendance à être de nature politique - et mettent les manifestants en conflit avec la position de la Chine continentale.

Bien que les Hongkongais jouissent d'une certaine autonomie, ils ont peu de liberté de vote, ce qui signifie que les protestations sont l'un des rares moyens dont ils disposent pour faire entendre leur opinion.

De grandes manifestations ont eu lieu en 2003 (jusqu'à 500 000 personnes sont descendues dans la rue et ont conduit à l'abrogation d'un projet de loi controversé sur la sécurité) et des marches annuelles pour le suffrage universel - ainsi que des marche en souvenir à la répression de la place Tiananmen - font partie du calendrier du territoire.

Les manifestations de 2014 se sont déroulées sur plusieurs semaines et ont vu les Hongkongais réclamer le droit d'élire leur propre chef.

Mais mouvement "Umbrella" a fini par s'évanouir sans aucune concession de la part de Pékin.