Pourquoi ne vivons-nous pas plus longtemps?

Image of a woman both young and old Copyright de l’image Yuri_Arcurs/Getty

Pendant la majeure partie des deux siècles derniers, l'espérance de vie des gens s'est améliorée à un rythme assez rapide et constant.

Dans les années 1840, les gens ne vivaient pas plus de 40 ans en moyenne. Mais à l'époque victorienne, au début des années 1900, avec l'amélioration de la nutrition, de l'hygiène, du logement et de l'assainissement, l'espérance de vie approchait les 60 ans.

Au cours du XXe siècle, à l'exception des années de guerre, d'autres progrès ont été réalisés avec l'introduction des soins de santé universels et de la vaccination des enfants.

À partir des années 1970, les progrès de la médecine dans le traitement des patients victimes d'un AVC et d'une crise cardiaque, en particulier, se sont poursuivis à grands pas.

A tel point qu'au début du 21ème siècle, l'espérance de vie à la naissance atteignait 80 ans pour les femmes et 75 ans pour les hommes.

Et ainsi de suite, avec une année de vie supplémentaire tous les quatre ans environ.

Mais elle s'est soudain arrêtée - ou plutôt s'est rapidement ralentie. Le tournant a été l'année 2011.

Copyright de l’image AFP
Image caption L'amélioration de l'espérance de vie ralentit après près de 200 ans de progrès

Lire aussi:

Une tendance à long terme ?

Au début, beaucoup d'experts se demandaient s'il ne s'agissait pas d'un "blip". Certes, 2015 a été une année exceptionnelle où le nombre de décès a atteint des sommets - l'hiver a été particulièrement mauvais, et cela a été lié à la grippe en circulation.

Mais il est maintenant clair qu'il ne s'agit pas seulement d'une courte aberration.

Les derniers chiffres publiés par l'Office national de la statistique (ONS) pour 2016-2018 - ces chiffres sont mesurés sur trois ans- sont les premiers depuis quelques années à exclure ce mauvais hiver.

Et bien qu'il y ait eu une petite amélioration, l'augmentation de l'espérance de vie est encore bien en deçà de ce qui a été vu précédemment.

Selon les tendances actuelles, il faudra plus de 12 ans aux personnes vivant au Royaume-Uni pour obtenir une année de vie supplémentaire.

Copyright de l’image Alamy
Image caption La Française Jeanne Calment avait 122 ans quand elle est morte

Quelles en sont les causes ?

Une suggestion avancée est qu'après tant d'années de gains, les humains atteignent tout juste la limite supérieure de leur durée de vie.

La plus vieille personne vivante, pour laquelle des documents officiels existent, est la Française Jeanne Calment, qui avait 122 ans lorsqu'elle est décédée - mais c'était il y a plus de 20 ans.

Les recherches publiées par la revue Nature ont fait état d'une limite - sauf pour les rares cas extrêmes comme celui de Mme Calment - de l'ordre de 115.

Mais il y en a beaucoup qui le contestent. En fait, un généticien américain, David Sinclair, a écrit un livre intitulé Lifespan qui soutient qu'en stimulant les gènes associés à la longévité, les gens peuvent vivre beaucoup plus longtemps.

Quoi qu'il en soit, de nombreuses données suggèrent que la population du Royaume-Uni n'aurait pas dû atteindre sa limite de durée de vie.

Le Japon, par exemple, qui a déjà une espérance de vie plus longue, a connu des augmentations plus importantes ces dernières années que le Royaume-Uni.

En fait, parmi les nations les plus riches examinées par l'ONS, il n'y avait qu'un seul pays qui avait un bilan bien pire que celui du Royaume-Uni - les États-Unis - bien que de nombreuses améliorations aient connu un ralentissement.

Lire aussi:

Copyright de l’image ForMed Films

Divers facteurs complexes

Edward Morgan, expert de l'ONS sur le vieillissement, a déclaré qu'il y aurait probablement une série de facteurs "complexes" derrière cette tendance - et il aimerait que davantage de travail soit fait pour l'étudier.

Public Health England en a déjà fait un.

Son rapport, publié l'an dernier, met en avant un certain nombre de facteurs.

Une explication possible est qu'il n'y a pas eu un grand changement médical ou sanitaire au cours des deux dernières décennies.

Quand les gens cessent de mourir d'une chose, une autre maladie prend sa place.

Comme un plus grand nombre de personnes survivent aux crises cardiaques, aux accidents vasculaires cérébraux et au cancer, le taux de mortalité attribuable à la démence a commencé à augmenter.

Et avec la communauté médicale qui lutte pour trouver des moyens de ralentir la maladie - sans parler de la guérir - l'espérance de vie a été réduite.

Copyright de l’image Emma Lazenby

Le rapport de l'EPS s'est également penché sur l'impact de l'austérité - ce que l'ancien conseiller de l'Organisation mondiale de la santé, le professeur Michael Marmot, a déjà suggéré de faire.

Les faits montrent que les personnes les plus pauvres sont celles qui ont connu la plus forte baisse des améliorations - et le fait qu'elles seraient plus touchées par une compression des dépenses en matière de soins, de santé et de protection sociale "pourrait indiquer" que les dépenses publiques ont joué un rôle, a déclaré Public Health England.

Mais le rapport était loin d'être concluant.

Ce qui est sûr, cependant, c'est que plus cette tendance se prolonge, plus il sera urgent de trouver une réponse.

Sur le même sujet