Ces Afro-Italiens qui veulent renvoyer les migrants chez eux

Tony Iwobi debout à côté d'un t-shirt Salvini
Image caption Le sénateur Iwobi est un ardent partisan de la Ligue Matteo Salvini.

Tony Iwobi rayonne debout à côté d'un buste de Giuseppe Garibaldi dans le bâtiment du Sénat à Rome.

Comme le général du 19ème siècle, qui a contribué à fonder l'Italie moderne, M. Iwobi a été qualifié de " facteur d'histoire".

Il est le premier et le seul sénateur noir d'Italie.

M. Iwobi avoue s'être senti "comme un enfant le premier jour d'école" lorsqu'il a pris place aux côtés des 320 autres sénateurs.

Il dit qu'il ressent un devoir, non seulement envers ses électeurs italiens, mais aussi envers le continent où il est né et a grandi.

"Tout ce que je fais aujourd'hui, je ne le fais pas pour moi, mais pour la nation que je représente et pour la race noire africaine", déclare-t-il.

Lire aussi:

Il a été élu l'année dernière dans le cadre d'une vague de soutien au parti de droite Lega (Ligue), qui a formé une coalition d'un an avec le mouvement populiste Cinq étoiles.

Aujourd'hui hors du pouvoir, la Ligue est toujours le parti le plus populaire d'Italie avec 33% dans les derniers sondages.

Elle est connue pour sa position ferme à l'égard de l'immigration.

Selon les critiques, M. Iwobi, porte-parole du parti en matière d'immigration, sert de couverture à ses "opinions racistes".

Ils évoquent un incident survenu en 2013 lorsqu'un sénateur de la Lega a qualifié d'"ourang-outang" la première noire italienne devenue ministre, Cécile Kyenge.

M. Iwobi admet que son collègue avait "tort" mais rejette les allégations selon lesquelles il serait utilisé par son parti.

"Qu'ils aillent chercher mon histoire", dit-il.

"Personne ne m'utilise. Je pense avec mon propre cerveau", insiste-t-il.

'Je suis avec Salvini'

L'immigrant nigérian est arrivé en Italie avec un visa d'étudiant en 1977.

Son plan était de rentrer chez lui après ses études, mais cela a changé après qu'il a rencontré une Italienne, devenue sa femme.

Il s'est joint à son parti, alors connu sous le nom de Ligue du Nord, en 1993, attiré par les pressions en faveur du fédéralisme.

Pendant 20 ans, il a été conseiller municipal dans la province de Bergame, dans le nord du pays.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des migrants africains secourus en mer Méditerranée au courant de ce mois

Dans son bureau, de l'autre côté de la rue, en face du Sénat, est accroché un t-shirt portant le slogan "Je suis avec Salvini" - un signe de son soutien au chef de son parti, Matteo Salvini.

Lorsqu'il était au gouvernement, M. Salvini avait renvoyé des bateaux de migrants, laissant des centaines de personnes bloquées sur la mer Méditerranée l'été dernier.

Mais M. Iwobi insiste sur le fait que la Ligue n'est pas anti-immigration.

"Nous sommes pour l'immigration légale. Toute personne qui passe par le bon canal de manière légale est la bienvenue. Nous sommes pour les réfugiés, mais nous sommes contre l'immigration clandestine et le tunnel de la mort", explique M. Iwobi, faisant référence aux milliers d'immigrants qui sont morts en tentant de rejoindre l'Europe.

"C'est contre la dignité humaine", ajoute-t-il.

Comme son chef de parti, M. Iwobi voit l'arrivée de centaines de milliers de migrants africains, qui traversent le désert et la mer pour atterrir en Italie, comme le résultat d'une politique migratoire ratée.

'Faire de l'Afrique un grand continent'

Son point de vue est partagé par un autre Italien noir, Paolo Diop.

Aujourd'hui âgé de 30 ans, M. Diop est arrivé en Italie en provenance du Sénégal à l'âge de deux ans.

Image caption M. Diop (Centre) pense que les migrants africains devraient retourner sur le continent

Nous nous retrouvons sur les rives du Tibre à Rome où le parti d'extrême droite Fratelli d'Italia (Frères d'Italie) organise sa fête annuelle.

"Je ne pense pas que ce soit un parti fasciste", dit M. Diop.

M. Diop est le porte-parole pour l'immigration du parti, qui a ses racines dans l'ancien mouvement fasciste italien.

"C'est un parti qui a de fortes racines nationalistes, mais cela ne veut pas dire qu'il est raciste. C'est un parti qui veut protéger l'identité nationale. Je suis le fils d'immigrants arrivés légalement en Italie à une époque où l'économie du pays était en pleine croissance. Maintenant qu'elle ne l'est plus, nous ne pouvons plus accueillir de migrants économiques", indique-t-il.

Image caption Parmi les livres en vente au festival, il y en a un en anglais intitulé White Guilt (La culpabilité des Blancs)

M. Diop se distingue par sa grande taille, mais aussi par la couleur de sa peau - il est le seul membre noir du parti au festival.

Autour de nous, des stands vendent des T-shirts avec les slogans "Patriote" et "Renvoyez les bateaux", ainsi que des affiches et des livres qui saluent les racines fascistes du parti.

Parmi ceux qui ont été invités à prendre la parole figurent le panafricaniste Kémi Séba et le Premier ministre hongrois Victor Orban, qui a mis en garde contre une société "multicolore".

Cependant, M. Séba a déclaré à la BBC qu'il n'avait aucun lien avec Fratelli d'Italia et qu'il n'avait pas pris la parole au festival.

M. Diop affirme qu'il n'a jamais été victime de discrimination, mais en février 2018, à Macerata, sa ville natale, un autre militant de droite, Luca Traini, avait blessé six migrants africains.

Copyright de l’image Reuters
Image caption La fusillade avait entraîné des manifestations antiracistes à Macerata

M. Diop connaissait Traini, qui purge actuellement une peine de 12 ans de prison.

"Nous étions dans les mêmes cercles politiques. C'était un bon garçon. Je n'ai jamais eu de problèmes avec lui. Je ne voudrais jamais inspirer quelqu'un qui commet de tels actes. Macerata est une ville de gauche et cette politique de gauche a créé la haine parmi les citoyens parce qu'ils ne sont plus libres de marcher dans la rue parce que les migrants vendent de la drogue et harcèlent les filles et les gens se sentent très menacés", indique Diop.

A lire

M. Diop estime que les migrants africains en Italie devraient apprendre un métier, puis rentrer chez eux et "faire de l'Afrique un grand continent".

Mais jusqu'à présent, ce message ne passe pas.

'Une année terrible'

Devant la gare centrale de Milan, j'aperçois un groupe d'une cinquantaine d'Africains, pour la plupart des jeunes hommes.

Certains sont des réfugiés, d'autres sont des migrants économiques.

D'autres ont des visas qui ont expiré.

Ils sont tous sans-abri et gagnent leur vie en tressant les cheveux des touristes, en vendant de la drogue, en mendiant ou en vendant des cartes de crédit téléphoniques.

De temps en temps, la police vient et procède à des arrestations.

Image caption Tommy Kuti soutient que les Italiens blancs pensent que tous les Noirs sont des migrants.

Le musicien Tommy Kuti croit que les politiciens de droite exploitent des scènes comme celle-ci.

"Ils aiment cette situation de chaos, dit-il, pour effrayer les Italiens et leur permettre de faire respecter les lois discriminatoires.

Comme le sénateur Iwobi, M. Kuti est né au Nigeria - il est parti en Italie avec ses parents quand il était bébé.

Aujourd'hui rappeur à succès, sa musique explore l'identité et la politique et critique la Ligue.

"Je pense que Toni Iwobi fonctionne vraiment contre les migrants en Italie à un moment où nous avons besoin que les gens se battent pour nous afin de nous permettre d'obtenir plus de droits", ajoute-t-il.

Vous pouvez également être intéressé par:

M. Kuti explique que le temps passé par la Ligue au pouvoir a créé un climat d'hostilité envers les étrangers.

"Ce fut une année terrible. Je suis heureux que ça soit terminé. Je sentais vraiment la tension dans la rue. Vous auriez des gens qui vous disent en face : "Je suis d'accord avec Salvini", ou il y a cette fameuse phrase qui dit que chaque migrant en Italie reçoit 35 euros. Puis vous entendrez les gens dans la rue dire : "Je n'arrive pas à croire que je vous paie 35 euros par jour", déclare-t-il.

Il pense que les Italiens blancs sont convaincus que "tout Noir est un migrant".

'Citoyenneté par le sang et non par la terre'

Pour Angelica Pesarini, les racines des attitudes racistes en Italie sont profondes.

Elle donne un cours en Black Italia à l'Université de New York à Florence.

"Le passé colonial de l'Italie - en particulier le régime fasciste - a toujours été très lié aux idées de race et de blancheur et cela est encore visible de nos jours. Parce qu'être italien, c'est être blanc, explique-t-elle.

Bien que née en Italie, la famille du Dr Pesarini est originaire d'Erythrée et de Somalie, un lien qui remonte à l'aventure coloniale italienne dans la Corne de l'Afrique.

Image caption Selon Dr Pesarini, les lois italiennes sur la citoyenneté sont un héritage des vues coloniales.

"Des personnes originaires d'Éthiopie, de Somalie et d'Érythrée ont grandi en apprenant l'italien et en s'imprégnant de la culture italienne. Ceux qui ont déménagé en Italie ont été choqués de découvrir à quel point les Italiens en savaient peu sur eux. Et même aujourd'hui, beaucoup d'Italiens ignorent le passé colonial de leur pays, dit le Dr Pesarini.

"J'ai l'impression que je dois beaucoup justifier mon italianité... Les gens pensent que je ne peux pas être italienne. Et même quand on me demande d'où viens-tu, je réponds : "Je suis de Rome". Ils me demandent : "Non, mais d'où viens-tu vraiment ?" J'ai alors réalisé à quel point la race, le colonialisme et la blancheur sont tous liés à l'identité italienne aujourd'hui", ajoute-t-elle.

Le Dr Pesarini voit un héritage de ces idées dans les lois italiennes sur la citoyenneté, qui, selon elle, est "transmise par le sang, et non pas par la terre".

Rapatriement volontaire en Afrique

Les activistes veulent que le gouvernement facilite l'obtention de la citoyenneté italienne pour les immigrants de deuxième génération, ceux qui sont nés et ont grandi en Italie.

Leurs plus grands adversaires sont les frères italiens de Paolo Diop et le parti du sénateur Iwobi, la Ligue.

M. Iwobi rejette les préoccupations des activistes, affirmant que ceux à qui la citoyenneté italienne a été refusée n'ont pas respecté la réglementation.

Quant aux immigrés clandestins qui vivent encore en Italie, le sénateur Iwobi souhaite que le gouvernement les aide à acquérir de nouvelles compétences afin de permettre ce qu'il appelle le "rapatriement volontaire".

Le rappeur Tommy Kuti méprise les idées du sénateur : "S'il préfère que les migrants restent en Afrique, qu'il donne le bon exemple et rentre en Afrique."

M. Iwobi considère cependant sa proposition - qui fait partie d'un projet de loi qu'il envisage de présenter au Sénat - comme un moyen de protéger la "dignité" du peuple africain.

"L'Europe doit aider l'Afrique à se développer - en investissant en Afrique, en créant des emplois pour l'Afrique. L'Europe doit aider l'Afrique pour que les jeunes ne soient pas obligés de partir. Ça devrait être un choix", conclut-il.

Ecouter également:

Media playback is unsupported on your device
Cécile Kiyenge : "L'immigration est instrumentalisée en Italie"

Lire plus