Le dirigeant de l'Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, tué en Syrie

Abou Bakr al-Baghdadi est apparu pour la dernière fois en vidéo en avril 2019. Copyright de l’image AFP
Image caption Abou Bakr al-Baghdadi est apparu pour la dernière fois en vidéo en avril 2019.

Abou Bakr al-Baghdadi, sans doute l'homme le plus recherché au monde, a été tué dans un raid des commandos américains dans le nord-ouest de la Syrie, déclare Donald Trump.

"Abou Bakr al-Baghdadi est mort", a-t-il dit lors d'une allocution depuis la Maison Blanche.

Un "grand nombre" de combattants de l'Etat islamique sont morts dans le raid américain à l'origine de sa mort, selon le président américain.

Depuis cinq ans, les Etats-Unis avaient promis une récompense de 25 millions de dollars US en échange de toute information à même d'indiquer le lieu où se trouvait al-Baghdadi.

Sous son magistère, l'Etat islamique contrôlait 88 000 kilomètres carrés s'étendant de l'ouest de la Syrie à l'est de l'Irak.

L'organisation djihadiste impose la loi islamique à près de huit millions de personnes vivant en Irak, en Iran et en Syrie.

Le chef de l'Etat islamique était connu dans le monde depuis 2014 après avoir annoncé la création d'un "califat" dans certaines régions d'Irak et de Syrie.

Son organisation a commis un certain nombre d'atrocités qui ont fait des milliers de morts dans plusieurs pays.

Lire aussi :

Une femme peut-elle diriger une communauté religieuse en islam?

Aida Diallo, 'femme guide religieux', crée la controverse au Sénégal

Malgré la disparition de son leader, l'Etat islamique demeure une force aguerrie et bien disciplinée, dont la défaite n'est pas assurée.

Al-Baghdadi - dont le vrai nom est Ibrahim Awwad Ibrahim al-Badri - est né en 1971 dans la ville de Samarra, au centre de l'Irak, dans une famille religieuse arabe sunnite qui prétendait descendre de la tribu du prophète Mahomet.

Sur le même sujet