Les villes sont-elles mauvaises pour l'environnement ?

Image du 10 avril 2015 du pont Waterloo de Londres, avec la cathédrale Saint-Paul visible à travers le smog à l'arrière-plan. Copyright de l’image Getty Images

Nos villes sont de plus en plus surveillées quant à leur impact sur le changement climatique.

Mais en termes de dioxyde de carbone - l'un des gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique - la vie loin des grandes villes du Royaume-Uni pourrait-elle faire plus de dégâts ?

Selon les statistiques gouvernementales les plus récentes, les 63 plus grandes villes du Royaume-Uni - définies ici comme des zones urbaines bâties de 135.000 habitants ou plus - sont responsables de près de la moitié des émissions totales de dioxyde de carbone (ou CO2) du pays.

Londres représente à elle seule 11% du total.

Mais ces statistiques phares masquent-elles une image plus nuancée du rôle des villes en tant que contributeurs au changement climatique ?

Si nous examinons les émissions de carbone par habitant, il se peut que la vie dans les petites villes, les villages et les campagnes ait un impact plus important.

La Commission européenne calcule les émissions du Royaume-Uni à 5,7 tonnes par personne.

Le Royaume-Uni se classe ainsi parmi les plus faibles émetteurs de carbone par personne parmi les grandes économies.

Les États-Unis produisent 15,7 tonnes par habitant, tandis que la Chine - bien qu'elle soit le plus grand pollueur de CO2 au monde - émet 7,7 tonnes par personne.

Les statistiques du gouvernement britannique pour 2017 situent la moyenne légèrement inférieure, à 5,3 tonnes par tête.

A lire aussi

Toutes nos 63 plus grandes villes, sauf 10, émettent en dessous de cette moyenne, Ipswich étant la ville la plus verte du Royaume-Uni d'un point de vue climatique.

Elle émet trois tonnes de CO2 par habitant.

Même Londres, en dépit des inquiétudes légitimes concernant la qualité de l'air, a la neuvième plus faible émission de carbone par habitant, soit 3,6 tonnes par personne.

Dans le même temps, les industries sidérurgiques et chimiques à forte intensité énergétique contribuent à ce que la région de Swansea - y compris Neath Port Talbot - et Middlesbrough (avec Stockton, et Redcar et Cleveland) aient les émissions de carbone par habitant les plus élevées au Royaume-Uni, avec respectivement 22,4 et 12,1 tonnes par tête.

L'examen des sources d'émissions de carbone nous aide à comprendre pourquoi les villes produisent relativement peu de CO2.

Bien que les différences ne soient pas énormes, en moyenne, les maisons dans les grandes villes émettent un peu moins de CO2 par personne que leurs homologues plus rurales.

Elles ont tendance à être plus petits, plus denses et plus faciles à chauffer.

Media playback is unsupported on your device
En Afrique, la pollution tue

Douze des 20 collectivités locales qui émettent le moins de CO2 par habitant sont des arrondissements londoniens, Tower Hamlets - qui est la deuxième plus petite commune d'Angleterre et du Pays de Galles - étant la moins émettrice.

L'une des plus grandes différences en matière d'émissions de carbone vient des transports, avec des émissions de CO2 par habitant 66% plus élevées en dehors des villes.

Cela s'explique probablement par le fait qu'un plus grand nombre de personnes conduisent des voitures particulières et font des trajets plus longs pour le travail et les loisirs.

Seulement 20 % des citadins britanniques parcourent plus de 10 km (6,2 miles) pour se rendre au travail, selon le dernier recensement, contre un tiers de ceux qui vivent loin des grandes villes.

De toute évidence, l'absence de transports publics complets en dehors des villes est un facteur majeur.

Une autre différence importante est que l'activité économique dans les grandes villes a tendance à être davantage axée sur les bureaux et les services, les usines de fabrication étant situées en grande partie à l'extérieur des limites des régions classées comme villes.

Copyright de l’image Getty Images

En plus d'être moins émettrices par habitant, les villes se décarbonisent plus rapidement, réduisant leurs émissions de carbone de 36 % entre 2005 et 2017, contre 31 % pour les autres zones.

Bien qu'elle reste un grand pollueur, la région autour de Middlesbrough a connu la plus forte baisse des émissions - 64% depuis 2011.

Ceci est lié aux changements économiques, la fermeture de ses grandes aciéries ayant probablement entraîné une baisse des émissions globales.

En revanche, les émissions industrielles de Slough ont augmenté entre 2005 et 2017, probablement en raison de changements dans l'économie locale.

Offrir des emplois de qualité tout en limitant la production de gaz à effet de serre sera un défi difficile à relever pour les villes à l'avenir.

Cependant, les villes ne peuvent pas être jugées en mesurant uniquement le CO2.

Alors que les émissions provenant de sources industrielles ont diminué de 48 % et celles provenant de sources domestiques de 36 %, la réduction des émissions provenant des transports n'a accusé qu'un retard de 11 %.

Lire aussi

Cela a des implications pour une autre préoccupation environnementale majeure de notre époque : la qualité de l'air.

Le transport sur les routes britanniques représente 32 % de tous les oxydes d'azote, par exemple, qui sont liés aux maladies respiratoires, aux maladies cardiaques et au cancer du poumon, selon les chiffres de 2017.

De toutes les routes qui dépassent les limites légales pour les oxydes d'azote, 88 % se trouvent dans les villes.

Les fumées d'échappement dans les villes, où le volume de trafic est le plus élevé, sont piégées par de grands bâtiments.

Les oxydes d'azote s'accumulent et la qualité de l'air est beaucoup plus mauvaise que dans les zones rurales.

Jusqu'à présent, seule Londres a pris la mesure concrète d'introduire une zone à très faibles émissions pour pénaliser les véhicules polluants dans le but d'assainir son air.

D'autres villes devront confirmer et mettre en œuvre des plans similaires pour améliorer la qualité de l'air que leurs travailleurs et leurs résidents respirent et pour poursuivre la lutte contre le changement climatique.

Media playback is unsupported on your device
De jeunes Saint-Louisiens propose des solutions à la pollution ds déchets plastiques

Autres types de pollution atmosphérique

Si le dioxyde de carbone est un élément clé de la politique en matière de changement climatique, il est loin d'être le seul polluant qui affecte les villes.

Les particules - Selon l'Organisation mondiale de la santé, les particules provenant de la combustion des carburants, des pneus de voiture et de l'usure des freins peuvent pénétrer dans les poumons et le système cardiovasculaire et provoquer des accidents vasculaires cérébraux, des maladies cardiaques, le cancer du poumon et des infections respiratoires.

Plus de 40 villes du Royaume-Uni ont atteint ou dépassé leurs limites.

Les oxydes nitreux - 16 villes britanniques continuent de dépasser les limites européennes pour les oxydes nitreux, qui sont responsables de problèmes pulmonaires.

Les estimations du gouvernement suggèrent que les transports sont responsables de 80 % des émissions dans ces zones.

L'ammoniac- produit dans le cadre d'activités agricoles comme l'épandage de boue, il peut causer des brûlures et un gonflement des poumons, et peut être soufflé au-dessus des villes.

Les niveaux dans l'air ont augmenté depuis 2013

L'Ozone - généralement produite lorsque les émissions des véhicules se mélangent à la lumière du soleil, elle a tendance à affecter les zones rurales car elle est détruite par d'autres polluants dans les villes.

Il cause le "smog" estival et peut causer des maux de tête, des nausées et des problèmes pulmonaires.

Lire plus