Cet homme d'affaires a installé 300 réfugiés syriens au Canada

Jim Estill Copyright de l’image Jim Estill
Image caption Jim Estill a personnellement permis à plus de 300 Syriens de commencer une nouvelle vie au Canada.

La série hebdomadaire The Boss de la BBC présente différents chefs d'entreprise du monde entier.

Cette semaine, nous nous entretenons avec Jim Estill, entrepreneur et philanthrope canadien.

Quand Jim Estill a vu les horreurs de la guerre civile syrienne à la télévision, il a décidé de faire quelque chose pour aider.

Homme d'affaires canadien prospère, il a juré de permettre aux réfugiés syriens de s'établir au Canada, simplement parce que "c'était la bonne chose à fair ".

C'était en 2015, et même si le gouvernement canadien était en train de mettre sur pied un plan officiel pour accueillir les personnes fuyant la Syrie, Jim était frustré par tous ces retards.

"Je pouvais voir la crise se produire en Syrie, et je ne pensais pas que les gouvernements occidentaux faisaient les choses assez vite ", déclare l'homme d'affaires de 62 ans.

Copyright de l’image Jim Estill
Image caption Jim a travaillé dur pour s'assurer que les Syriens trouvent du travail, notamment en employant 28 personnes dans sa propre entreprise.

Jim a donc décidé de prendre les choses en main - il dépensera 1,5 million de dollars canadiens (1,1 million de dollars) de son propre argent pour amener des réfugiés syriens du Moyen-Orient dans sa ville natale de Guelph, en Ontario, à quelque 95 km à l'ouest de Toronto.

Il a pu le faire grâce à un plan canadien appelé le Programme de parrainage privé de réfugiés.

Introduit il y a 41 ans, à l'origine pour aider les personnes fuyant les conséquences de la guerre du Vietnam, il permet aux particuliers d'accueillir et d'aider ds réfugiés à s'établir au Canada.

Le piège est qu'ils doivent s'engager à couvrir les dépenses des nouveaux arrivants pour la première année.

Jim a donc payé pour qu'une cinquantaine de familles syriennes s'installent à Guelph (135 000 habitants).

En installant certains d'entre eux dans sa propre maison, il a également rallié des groupes chrétiens et 800 bénévoles à travers la ville, et a travaillé en étroite collaboration avec la communauté islamique locale.

Lire plus

Des gens ont fourni des chambres d'appoint ou aidé à trouver des appartements vides, et l'Armée du Salut a pris l'initiative de collecter des vêtements donnés pour aider les réfugiés à rester au chaud pendant les hivers froids du Canada.

Pendant ce temps, Jim s'est arrangé pour que chaque famille syrienne ait accès à des mentors anglais et arabes, afin qu'ils puissent inscrire leurs enfants à l'école, commencer à chercher du travail, ouvrir des comptes bancaires, etc.

Il a également pu donner du travail à plein temps à 28 réfugiés dans l'entreprise qu'il possède et dirige, l'entreprise canadienne d'électroménagers Danby.

Cette entreprise de 400 millions de dollars canadiens de chiffre d'affaires annuel a son siège social à Guelph.

Pour les autres Syriens, Jim a fourni les garanties financières pour leur permettre de s'installer dans la ville et de lancer d'autres entreprises commerciales.

Il a maintenant aidé à parrainer 89 familles syriennes - plus de 300 personnes.

"Il s'agit de les aider à traverser une période difficile ", dit-il.

Ahmad Abed, l'un des Syriens qui vit maintenant à Guelph, a fui son pays natal en 2016 après avoir été touché par des éclats d'obus lors d'un attentat à la bombe dans la ville de Homs.

"Grâce à M. Estill et au programme de parrainage, Guelph est ma nouvelle maison, dit-il. "Ma femme a même ouvert un magasin de chaussettes en ville", ajoute-t-il.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Jim déclare qu'il a été très ému par l'expérience des réfugiés.

En 1980, Jim a commencé à travailler dans l'industrie informatique après avoir obtenu un diplôme d'ingénieur de l'Université de Waterloo, en Ontario.

Mais plutôt que d'emprunter la voie de l'entreprise, il a d'abord commencé par revendre des ordinateurs dans le coffre de sa voiture.

L'activité - EMJ Data Systems - a connu une croissance régulière au cours des 24 années suivantes, avant d'être rachetée en 2004 par le groupe informatique américain Synnex pour 56 millions de dollars.

Jim est resté à la tête de la division canadienne de Synnex pendant les cinq années suivantes.

Le Canadien qui a parrainé 200 réfugiés

Il a également pris le temps de siéger au conseil d'administration fondateur de Research in Motion, l'entreprise canadienne à l'origine du téléphone mobile Blackberry, et il a fait beaucoup d'autres investissements commerciaux.

En 2009, il a décidé de se retirer de Synnex, mais a conservé un certain nombre de postes de direction ailleurs, dont un poste d'administrateur chez Danby.

Lire plus

En 2015, Jim a été nommé directeur général de Danby et, deux ans plus tard, il a racheté l'entreprise à sa société mère d'alors pour une somme non divulguée.

Danby fabrique du tout, des machines à laver aux réfrigérateurs, en passant par les lave-vaisselle et les climatiseurs.

"Ce que je fais en tant que directeur général, c'est construire des systèmes et des processus, et j'ai fait la même chose avec les réfugiés ", explique Jim.

"C'est comme avec Danby - je ne fabrique pas les appareils électroménagers et je ne les vends pas [moi-même], mais j'explique comment tout peut bien fonctionner, et je fais ce que je peux pour aider les autres à faire leur travail".

Copyright de l’image Johanie Maheu
Image caption Plus tôt cette année, Jim a reçu la deuxième plus haute distinction honorifique du Canada.

En mars dernier, Jim s'est vu décerner l'Ordre du Canada, la deuxième plus haute distinction du pays, pour son travail d'aide aux réfugiés.

La gouverneure générale du Canada, Julie Payette, qui représente la reine Elizabeth II, a déclaré qu'il avait fait preuve "d'une réalisation exceptionnelle, d'un dévouement exceptionnel envers la collectivité et d'un service à la nation ".

Cam Guthrie, maire de Guelph, déclare à la BBC que Jim est "un leader simple, calme et humble".

Il ajoute : "je peux dire qu'il se soucie des gens qu'il emploie et de la communauté dans laquelle il vit".

"Et en faisant venir plus de gens de l'extérieur du Canada à Guelph, Jim a fait sortir les gens de leur zone de confort et leur a ouvert les yeux pour voir ce qui se passe dans le monde, au-delà de leur propre ville".

Copyright de l’image Dandy
Image caption Jim est propriétaire de Danby, l'un des plus importants détaillants du Canada, depuis deux ans.

Jim déclare que les histoires qu'il a entendues des réfugiés syriens le marqueront longtemps encore.

"Des histoires de gens rentrant chez eux dans des maisons détruites, de gens parlant au téléphone à leur frère, qui meurent ensuite, et leur frère tué".

"Ces familles veulent seulement être heureuses, comme tout le monde. Ils veulent un avenir sans peur et sans violence. Et nous devrions les accueillir, puisque 99,9 % des Canadiens sont aussi des immigrants d'une façon ou d'une autre", conclut-il.

Sur le même sujet