Brexit : Tout ce que vous devez savoir sur le départ du Royaume-Uni de l'UE

Union flag duck Copyright de l’image Getty Images

L'Union européenne (UE) a accepté de prolonger le délai du Brexit jusqu'au 31 janvier 2020. Pour ceux qui n'en suivent pas les péripéties, ce guide contient les éléments de base.

C'est quoi le Brexit ?

Brexit - sortie britannique - signifie que le Royaume-Uni quitte l'UE.

Qu'est-ce que l'Union européenne ?

L'UE est une union économique et politique regroupant 28 pays européens.

Elle permet le libre-échange et la libre circulation des personnes, de vivre et de travailler dans le pays de leur choix.

Le Royaume-Uni a adhéré en 1973 (à l'époque il était connu sous le nom de Communauté économique européenne).

Si le Royaume-Uni s'en va, il sera le premier État membre à se retirer de l'UE.

Pourquoi le Royaume-Uni quitte l'UE?

Un vote public - ou référendum - s'est tenu le jeudi 23 juin 2016 pour décider si le Royaume-Uni devait quitter ou rester.

Le départ de l'UE avait gagné de 52 % contre 48 % pour le maintien.

Le taux de participation au référendum a été très élevé (72 %), plus de 30 millions de personnes ayant voté, soit 17,4 millions de personnes ayant opté pour le Brexit.

Pourquoi le Brexit n'est-il pas encore possible ?

Le Brexit devait initialement avoir lieu le 29 mars 2019.

C'était deux ans après que le Premier ministre Theresa May a déclenché l'article 50 - le processus officiel de départ - et lancé les négociations.

Sous la direction de Mme May, l'échéance a été reportée à deux reprises après que les députés ont rejeté l'accord du Brexit, le repoussant finalement au 31 octobre.

Malgré la négociation d'un accord révisé, le Premier ministre Boris Johnson ne respectera pas la dernière échéance.

C'est parce que l'UE a accepté une nouvelle prorogation jusqu'au 31 janvier.

La dernière prolongation est survenue après que les députés n'ont pas réussi à faire adopter la nouvelle entente du Brexit dans la loi.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Theresa May a démissionné après que son accord pour le Brexit a été rejeté trois fois

Pourquoi le Parlement a-t-il rejeté l'accord Brexit de Theresa May ?

Le principal point de friction pour de nombreux députés conservateurs et pour le DUP (l'allié du gouvernement au Parlement) était le filet de sécurité.

Cette mesure visait à garantir qu'il n'y aurait plus de postes frontières ou de barrières entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande après le Brexit.

Media playback is unsupported on your device
Dialogue de sourds entre Londres et Bruxelles au sujet du Brexit

Si cela avait été nécessaire, le filet de sécurité aurait maintenu le Royaume-Uni dans une relation commerciale étroite avec l'UE et lui aurait évité tout contrôle.

Mais de nombreux députés se sont montrés critiques.

Ils ont dit que si le filet de sécurité était utilisé, le Royaume-Uni pourrait y rester piégé pendant des années.

Cela empêcherait au pays de conclure des accords commerciaux avec d'autres pays.

L'opposition du Parlement à l'accord a finalement conduit à la démission de Mme May.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption L'accord révisé du Brexit de Boris Johnson n'a pas encore été approuvé par le Parlement britannique

C'est quoi le nouvel accord du Brexit ?

Après avoir pris ses fonctions de Premier ministre en juillet 2019, M. Johnson a renégocié certaines parties de l'accord existant.

Le filet de sécurité a été remplacé par un nouveau régime douanier.

Une fois qu'ils entreront en vigueur, le Royaume-Uni sera en mesure de signer et de mettre en œuvre ses propres accords commerciaux avec des pays du monde entier.

Le plan révisé crée effectivement une frontière douanière et réglementaire entre l'Irlande du Nord et la Grande-Bretagne.

Cela signifie que certaines marchandises en provenance de Grande-Bretagne qui entrent en Irlande du Nord devraient payer des taxes à l'importation de l'UE (connues sous le nom de droits de douane).

Ceux-ci seraient remboursés si les marchandises restent en Irlande du Nord (c'est-à-dire qu'elles ne sont pas transférées en République d'Irlande).

En ce qui concerne le reste de l'accord, beaucoup de choses restent largement inchangées par rapport à celui négocié par Mme May.

Connu sous le nom d'accord de retrait, il comprend :

  • les droits des citoyens de l'UE au Royaume-Uni et des citoyens britanniques dans l'UE
  • le montant que le Royaume-Uni doit verser à l'UE (initialement estimé à 39 milliards de livres sterling)

Il y a également des changements à la déclaration politique, qui établit des plans pour les relations à long terme entre le Royaume-Uni et l'UE.

Il dit que cela serait fondé sur un accord de libre-échange.

Pourquoi le nouvel accord du Brexit n'a pas été approuvé ?

M. Johnson a tenté de soumettre son accord révisé au Parlement le 19 octobre.

Toutefois, le vote n'a pas eu lieu.

Les députés ont choisi de reporter le vote sur l'accord jusqu'à ce que la législation nécessaire pour transformer l'accord de retrait en loi britannique soit achevée.

Cela signifiait que M. Johnson devait envoyer une lettre à l'UE pour demander un autre retard du Brexit.

Les dirigeants de l'UE ont accepté cette demande, ce qui signifie que le Brexit sera repoussé au 31 janvier.

Le Royaume-Uni pourrait partir avant la nouvelle échéance, si un accord est approuvé par le Parlement.

Bien que le projet de loi Brexit ait franchi le premier obstacle au Parlement, le gouvernement a actuellement suspendu son adoption.

Qu'en est-il d'une élection anticipée ?

M. Johnson veut des élections générales dans l'espoir de remporter davantage de sièges conservateurs, ce qui faciliterait la conclusion d'un accord sur le Brexit.

Mais pour qu'une élection ait lieu, il faut qu'au moins les deux tiers de tous les députés y consentent.

Malgré trois tentatives, M. Johnson n'a pas réussi jusqu'à présent à obtenir un soutien suffisant.

Toutefois, une quatrième tentative pourrait bien réussir après que les travaillistes ont déclaré qu'ils appuieraient une élection en décembre à la suite de la dernière prolongation du Brexit.

Un Brexit sans accord va-t-il causer des perturbations ?

Si le Royaume-Uni part sans accord, l'UE commencera à effectuer des contrôles sur les marchandises britanniques.

C'est parce que le Royaume-Uni quittera l'union douanière et le marché unique du jour au lendemain.

Cela pourrait entraîner des retards dans les ports, comme à Douvres.

Certains craignent que cela n'entraîne des goulets d'étranglement du trafic, des perturbations des voies d'approvisionnement et des dommages à l'économie.

Combinée à d'éventuelles chutes brutales de la livre sterling, le prix et la disponibilité de certains aliments pourraient en être affectés.

On s'inquiète également des pénuries potentielles de médicaments.

Copyright de l’image PA Media
Image caption Dans le cadre des plans de non accord, une section de l'autoroute M20 serait réservée aux camions en cas de retards importants.

M. Johnson a tenté d'apaiser ces craintes en annonçant un financement supplémentaire de 2,1 milliards de livres sterling pour se préparer à une éventuelle issue sans accord.

De nombreux partisans du Brexit disent qu'il est difficile de prédire avec précision ce qui va se passer, ou croient que toute perturbation économique sera à court terme et mineure.

Mais la plupart des économistes et des groupes d'affaires croient qu'aucun accord ne causerait de préjudice économique.

Par exemple, l'Office for Budget Responsibility (Bureau pour la responsabilité du budget) - qui fournit une analyse indépendante des finances publiques du Royaume-Uni - estime qu'un Brexit sans accord entraînerait une récession au Royaume-Uni.

Sur le même sujet