Holy tech! Quand les églises s'ouvrent aux nouvelles technologies

Geraint Harries, digital lead, St John the Evangelist, Lancashire Copyright de l’image Centreline Films

Geraint Harries, spécialiste en technologie pour St John the Evangelist dans le Lancashire, en Grande Bretagne admet que lorsque sa paroisse a commencé à utiliser les médias sociaux, elle s'y est pas bien prise.

"Au début, nous ne savions pas vraiment ce que les médias sociaux signifiaient pour l'église et nous sommes tombés dans le piège de simplement courir après le nombre d'adeptes sur notre page Facebook, " dit-il.

Mais quand un paroissien a estimé que la page Facebook a été déterminante dans sa décision de retourner à l'église, il a senti que la stratégie avait commencé à fonctionner.

Les messages hebdomadaires sur la page de l'église qui demandait simplement "comment pouvons-nous prier pour vous aujourd'hui" ont eu par exemple des échos auprès d'une femme qui a vécu un divorce à Noël dernier.

"Parfois, il peut être intimidant de se présenter en personne à un service, donc se connecter en ligne, de façon plus anonyme, peut faciliter la première étape " ajoute-t-il.

Copyright de l’image Church of England

Faire adhérer un plus grand nombre de personnes est un défi pour l'Église d'Angleterre.

Ses propres chiffres montrent que la fréquentation des cultes a progressivement diminué de 10 à 20 % entre 2007 et 2017.

Cependant, alors que la fréquentation physique est en baisse, les efforts numériques semblent gagner du terrain.

Selon les données de l'église, la portée mensuelle sur les médias sociaux a doublé, passant de 1,2 million en 2017 à 2,44 millions en 2018.

Dans le cadre du programme Digital Labs, plus de 2 000 paroisses ont participé à des sessions à travers le pays depuis 2018, obtenant des conseils sur l'utilisation de Facebook, Instagram, SEO et partageant les meilleures pratiques.

M. Harries dirige des master classes d'écriture de blogs.

"La fréquentation à notre service dominical est passée de 15 à 80 personnes au cours des dernières années et nous sommes le diocèse de Blackburn qui connaît la croissance la plus rapide, ce qui s'explique en partie par une forte présence numérique ", dit-il.

"Cependant, il est important de se rappeler qu'il s'agit d'une vitrine pour votre église et que c'est ensuite à l'église de déterminer si les gens restent et restent engagés, c'est pourquoi nous cherchons toujours comment nous pouvons nous améliorer."

A Lire sur BBC Afrique

Les plans visant à prolonger les heures d'ouverture figurent en bonne place à son ordre du jour, et la technologie contribue également à relever ce défi.

De nombreuses églises rurales restent fermées en dehors des services prévus pour décourager le vandalisme et la criminalité.

Grâce à un traqueur numérique infrarouge, Revesby St Lawrence, dans le Lincolnshire, a découvert que des centaines de personnes arrivaient sur les lieux pour constater qu'ils étaient fermés.

En réponse, l'église a revu ses heures d'ouverture.

Copyright de l’image Robin Slowe
Image caption Robert Allen obert Allen dit que beaucoup de gens aiment visiter l'église en dehors des heures de culte

A Saint Mary, à Chartham, dans le Kent, l'installation d'un système de vidéosurveillance de haute qualité permet de laisser le bâtiment ouvert.

"Certains membres de la vieille garde s'inquiétaient du vol, mais nous étions déterminés à être ouverts et disponibles pour l'ensemble de la communauté ", dit Robert Allen, commissaire de l'église.

"Je parlais à une femme dont le petit-fils était gravement malade et était venu prier un après-midi de semaine".

"Elle a dit qu'elle ne voulait pas assister aux services mais qu'elle aimait être seule quand tout était calme, ce qui n'aurait pas été possible avant. Beaucoup de gens viennent ici en dehors des cultes principaux simplement pour la contemplation."

Logiciels spécialisés

Pour l'instant, la caméra sert aussi de moyen de fortune pour évaluer le niveau de présence, en entendant que la paroisse acquiert un compteur numérique pour suivre la croissance de la congrégation.

Les chiffres de fréquentation ont un impact sur le niveau de revenu qu'une paroisse verse au diocèse, connu sous le nom de part paroissiale, alors il est impératif de garder un œil sur les chiffres, dit Robert.

"Si vous ne payez pas une part paroissiale, vous n'aurez pas de prêtre, c'est aussi simple que cela. Le montant couvre toutes les dépenses du clergé, les salaires et les pensions."

Cela explique pourquoi un nombre croissant d'églises utilisent des logiciels spécialisés.

Churchsuite est un système virtuel de gestion d'église, qui compte actuellement environ 1 800 églises de toutes tailles et dénominations.

En plus de dénombrer les membres , le directeur général Gavin Courtney affirme que l'outil peut aider à stimuler les membres dont l'engagement peut vaciller, bien qu'il ajoute que l'utilisation de la technologie à ce titre peut être malaisée pour certains traditionalistes.

"Si le vicaire pense qu'un membre particulier de la congrégation n'a pas été présent autant que d'habitude, il peut vérifier les numéros sur Churchsuite et, si cela est confirmé, contacter cette personne.

"Il y en a qui croient que le clergé devrait être capable de sentir si quelqu'un s'éloigne de l'église et qu'il s'agit plutôt d'une question pastorale, mais dans les grandes organisations ce n'est pas toujours possible.

Alors que les paroisses britanniques ont suivi le marché américain dans l'utilisation de ce type de logiciels, M. Courtney cite des exigences législatives telles que la General Data Protection Regulation (GDPR) qui ont fixé la priorité à la gestion des données en priorité comme ayant poussé à une augmentation de l'utilisation des technologies.

De plus en plus, la technologie est utilisée pour gérer tous les aspects de la vie paroissiale, y compris l'organisation des permanence pour l'entretien du jardins (un "désordre historique" à régler manuellement, selon M. Courtney) et la gestion financière.

"Il y a plus de demandes de dons en ligne et de demandes d'aide à traiter maintenant, et plus d'occasions d'utiliser les données pour prévoir le montant des revenus qui arrivent, ce qui n'était jamais vraiment le cas auparavant ", ajoute M. Courtney.

Copyright de l’image Margaret Cave
Image caption Collections numériques : La paroisse du Révérend Margaret Cave essaie des moyens de collecte de dons, sans contact physique

En effet, la révérende Margaret Cave de Christchurch East Greenwich a pu constater comment l'utilisation d'un moyen de paiement en ligne a pu limiter leur dépendance vis-à-vis de personnes qui autrefois donnaient de l'argent en espèce.

"Là où, traditionnellement, nous ne faisions que passer le sac de collecte en velours, nous utilisons maintenant aussi un lecteur de cartes sans contact, ce qui a augmenté les dons ", dit-elle, bien qu'elle ne veuille pas évoquer les chiffres.

"En fait, parce que mon vicaire s'en va, nous avons installé le lecteur de cartes avec plusieurs options de don l'autre jour et nous avons fini par récolter 200 £ pour son cadeau de la part de la congrégation.

"Bien sûr, il y a des membres qui préfèrent s'en tenir à l'argent comptant, mais il n'y a pas eu de résistance. C'est si important pour les églises d'adopter la technologie car cela indique comment nous sommes une église pour les gens du 21ème siècle."