Les pays pauvres confrontés à l'obésité et la malnutrition

Two boys eating crisps Copyright de l’image Getty Images

Selon un rapport publié dans le journal scientifique The Lancet, un tiers des pays les plus pauvres du monde sont confrontés à des niveaux élevés d'obésité et de sous-alimentation.

Le rapport suggère que le problème est causé par l'accès à des aliments ultra-transformés et par le fait que les gens font moins d'exercice.

Les auteurs de l'étude appellent à des changements dans le "système alimentaire moderne" qu'ils pensent être le moteur de cette évolution.

Les pays d'Afrique subsaharienne et d'Asie sont les plus touchés.

A lire aussi:

Pourquoi le monde devient plus allergique

Cinq aliments qui peuvent vous rendre malade ou vous tuer

Pourquoi mangeons-nous trop épicé ?

Le rapport estime que près de 2,3 milliards d'enfants et d'adultes sur la planète sont en surpoids et que plus de 150 millions d'enfants ont un retard de croissance.

Et de nombreux pays à faible revenu et à revenu intermédiaire sont confrontés à ces deux problèmes à la fois - connus sous le nom de "double fardeau de la malnutrition".

Cela signifie que 20 % de la population est en surpoids, 30 % des enfants de moins de quatre ans ne grandissent pas correctement et 20 % des femmes sont classées comme minces.

Les communautés et les familles peuvent être touchées par les deux formes de malnutrition, ainsi que les individus à différents moments de leur vie, selon le rapport.

45 des 123 pays au cœur de l'étude ont été touchés par ce mal dans les années 1990 et 48 des 126 pays dans les années 2010.

Dans les années 2010, 14 pays, dont les revenus étaient parmi les plus faibles du monde, avaient développé ce "double problème" depuis les années 90.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les fruits et légumes sont indispensable pour une bonne alimentation

Défaillance des systèmes alimentaires

Les auteurs du rapport affirment que les gouvernements, les Nations Unies et les universitaires devraient prendre des mesures pour s'attaquer au problème, et ils pointent du doigt l'évolution des régimes alimentaires.

La façon dont les gens mangent, boivent et se déplacent change. L'augmentation du nombre de supermarchés, la disponibilité facile d'aliments moins nutritifs ainsi qu'une diminution de l'activité physique entraînent une augmentation du surpoids.

Et ces changements touchent aussi bien les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire que les pays à revenu élevé.

Bien que le retard de croissance des enfants soit de moins en moins fréquent dans de nombreux pays, la consommation précoce d'aliments ultra-transformés est liée à une faible croissance.

"Nous sommes confrontés à une nouvelle réalité nutritionnelle", déclare l'auteur principal de l'étude, Dr Francesco Branca, directeur du département de nutrition pour la santé et le développement à l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Nous ne pouvons plus qualifier les pays de pays à faible revenu et sous-alimentés, ou à revenu élevé et uniquement concernés par l'obésité".

"Toutes les formes de malnutrition ont un dénominateur commun : des systèmes alimentaires qui ne parviennent pas à fournir à tous des régimes alimentaires sains, sûrs, abordables et durables".

M. Branca a déclaré que pour changer cela, il fallait modifier les systèmes alimentaires - de la production et de la transformation, en passant par le commerce et la distribution, la fixation des prix, la commercialisation et l'étiquetage, à la consommation et aux déchets.

"Toutes les politiques et tous les investissements pertinents doivent être radicalement réexaminés, a-t-il dit.

Copyright de l’image Getty Images

Qu'est-ce qu'une alimentation de qualité ?

Selon le rapport, il contient :

  • beaucoup de fruits et de légumes, de céréales complètes, de fibres, de noix et de graines
  • des quantités modestes d'aliments d'origine animale
  • quantités minimales de viandes transformées
  • des quantités minimales d'aliments et de boissons riches en énergie et en sucre ajouté, en gras saturés, en gras et en sel

Une alimentation de qualité réduit le risque de malnutrition en favorisant une croissance saine, le développement et la protection de l'organisme contre les maladies tout au long de la vie.

Regarder aussi:

Media playback is unsupported on your device
Un nutritionniste donne de bonnes raisons de ne pas servir des sodas aux enfants.

Sur le même sujet