Comment Cuba a traité des milliers d'enfants victimes de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl

Photo d'un enfant ukrainien envoyé à Cuba pour y être soigné Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les enfants ont été traités pour des maladies allant des cancers aux affections cutanées comme le vitiligo

"On n'avait pas l'impression d'être à l'hôpital. Même les enfants les plus malades ont apprécié."

L'Ukrainien Roman Gerus a de très bons souvenirs d'une expérience qui a commencé par une catastrophe,

Il s'agit de l'explosion d'un réacteur à la centrale nucléaire de Tchernobyl le 26 avril 1986 - une histoire reprise dans la populaire série télévisée Tchernobyl.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le défunt président cubain Fidel Castro reçoit un groupe d'enfants de Biélorussie en mars 1990

Gerus était l'un des plus de 23 000 enfants touchés par l'accident et qui ont reçu un traitement médical à Cuba.

Le programme parrainé par le ministère cubain de la Santé a eu lieu entre 1990 et 2011.

Les autorités cubaines et ukrainiennes ont annoncé en mai qu'elles avaient l'intention de reprendre ce partenariat, bien qu'à une échelle plus réduite.

Près de la mer

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Plus de 25 000 enfants, principalement originaires d'Ukraine, ont reçu un traitement à Cuba entre 1990 et 2001

"Je suis allé à Cuba trois fois", a déclaré Roman Gerus à la BBC.

"J'avais 12 ans la première fois et j'y suis resté six mois. Puis j'y ai passé trois autres mois à 14 ans. La dernière fois, j'avais 15 ans et je n'y suis resté que 45 jours."

"Chaque fois était différente, mais je les ai toutes appréciées. C'est quelque chose dont je me souviens avec affection et j'aimerais retourner à Cuba pour montrer l'île à ma famille", a expliqué Gerus.

Points blancs

Gerus a parlé de la beauté du paysage autour de l'endroit où il a été envoyé pour se remettre d'une maladie de peau déclenchée par l'accident de Tchernobyl.

A 27 ans, Gerus n'était même pas encore né lorsque l'explosion s'est produite, mais sa famille vivait près de la centrale nucléaire.

"Quand j'avais 10 ou 11 ans, les médecins ont détecté des points blancs sur ma peau. C'était un vitiligo."

"Nous avons essayé de le traiter en Ukraine, mais les médecins m'ont dit que j'avais besoin de médicaments très chers, et ils ne pouvaient pas garantir qu'ils pourraient m'aider", se souvient-il.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les enfants touchés par la catastrophe de Tchernobyl souffraient de diverses maladies, notamment de troubles psychologiques

"Puis quelqu'un a parlé à ma mère du programme cubain. Elle n'y a pas cru au début parce qu'on lui a dit que c'était gratuit."

"On a attendu six mois et on a reçu un appel disant que je partirais dans deux semaines. Mes parents étaient inquiets parce que Cuba est loin et que j'étais jeune, mais on a décidé d'aller jusqu'au bout."

Plus de 25.000 patients

Gerus est arrivé à Tarara, une station balnéaire située à 30 km à l'est de La Havane.

Auparavant une destination pour les Cubains aisés, Tarara est devenue le siège de plusieurs camps d'enfants et de jeunes après la révolution cubaine de 1959.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des adultes ont également été envoyés à Cuba, mais plus de 80 % des participants étaient des enfants

Il a également accueilli des milliers de patients du programme Tchernobyl Kids de mars 1990 à novembre 2011.

Au total, 26 114 personnes - dont 84 % d'enfants - ont participé au programme, selon les statistiques du gouvernement cubain.

Les patients venaient principalement d'Ukraine, de Russie et de Biélorussie.

L'initiative a même résisté aux graves difficultés rencontrées par Cuba dans les années 1990 après l'éclatement de l'URSS, principal allié de l'île.

Différentes maladies

Le complexe Tarara était composé de maisons destinées à accueillir les enfants et les compagnons, deux hôpitaux et une clinique, ainsi que des écoles, des parcs et un théâtre.

Il est également à seulement 15 minutes d'une plage de 2 km de long.

Les patients souffraient de différents types de maladies, des cancers à la paralysie cérébrale, ainsi que de malformations, de maladies digestives et de troubles psychologiques.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les enfants ont reçu des soins médicaux dans un complexe qui était autrefois une station balnéaire pour les Cubains les plus riches

Les docteurs Julio Medina et Omar Garcia ont dirigé le programme, qui a classé les enfants en quatre groupes :

  • Ceux qui souffrent de maladies graves nécessitant une hospitalisation et qui restent dans l'île aussi longtemps que leur rétablissement le requiert.
  • Les personnes souffrant de pathologies nécessitant un internement mais qui n'ont pas été considérées comme graves - elles sont restées 60 jours ou plus.
  • Ceux qui pouvaient être traités en ambulatoire - ils restaient entre 45 et 60 jours.
  • Les enfants relativement en bonne santé - ils sont également restés entre 45 et 60 jours.

Deux zones

L'Ukrainienne Khrystyna Kostenetska, qui a participé au programme à l'âge de 12 et 13 ans, faisait partie du quatrième groupe.

"Je suis allée à Cuba en 1991 et en 1992", a déclaré Kostenetska à la BBC.

"Dans les deux cas, j'y suis restée 40 jours. C'est la période nécessaire au corps humain pour se remettre d'une faible dose de radiation."

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le programme comprenait également des soins dentaires

Kostenetska a expliqué que Tarara avait deux zones spécifiques : une pour les enfants ayant des problèmes de santé plus graves et une autre destinée aux enfants moins malades, mais qui avaient été dans les environs de Tchernobyl.

"Nous vivions dans de petites maisons qui accueillaient chacune 15 enfants. Nous n'avions pas de traitement médical spécifique, mais ils ont vérifié notre vue et nous ont emmenés chez le dentiste ", se souvient-elle.

Elle se souvient de "l'incroyable mer, les couchers de soleil et les glaces".

"Mais il y avait aussi des enfants avec de sérieux problèmes de santé."

"Certains avaient le vitiligo et devaient porter des manches longues sous le soleil. Mais le climat cubain a guéri certains et a accéléré la guérison d'autres."

Sous le soleil

Copyright de l’image Getty Images
Image caption La catastrophe de Tchernobyl a touché même des enfants qui n'étaient pas nés au moment de l'explosion de 1986

Roman Gerus était l'un de ces enfants.

"Après mon deuxième voyage, tous les points blancs ont disparu. J'ai pris des médicaments, mais le soleil était le meilleur remède", croit-il.

"Nous avons beaucoup nagé. Aller à la plage faisait partie du traitement. Nous avons toujours voulu y aller ", dit Gerus.

Controverse sur la sélection

Cependant, le processus de sélection des enfants n'a pas été exempt de controverse.

L'accident s'est produit à un moment de crise profonde en Ukraine.

Les familles ne pouvaient pas se permettre de faire voyager leurs enfants par avion vers des endroits où ils pourraient se remettre des effets de la radioactivité.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption L'explosion de Tchernobyl a eu lieu le 26 avril 1986.

Lorsque le programme du gouvernement cubain a été annoncé, certains ont pensé qu'ils pourraient y envoyer leurs enfants.

Mais le mode de sélection des participants n'a jamais été très clair et certains font remarquer que beaucoup d'enfants ne sont pas issus des familles les plus modestes.

Malgré cela, la perception du programme en Ukraine et dans d'autres anciennes républiques soviétiques est positive et il n'y a aucune preuve de corruption.

" J'ai pu comprendre que la situation du peuple cubain était difficile. Il y avait beaucoup de pauvreté, mais ils étaient quand même très gentils avec nous, des cuisiniers aux médecins ", a dit M. Gerus.

Lire plus