"J'ai 35 enfants dans 25 familles qui ne sont pas réelles"

Yuichi Ishii
Image caption Yuichi Ishii "appartient" à 25 familles et 35 enfants qui le considèrent comme leur vrai père

Yuichi Ishii est étonnamment mince et ses yeux doux vous fixent d'un visage fatigué.

Ce n'est pas étonnant ; à 38 ans, il a plus d'enfants que tous ceux de son âge.

Mais il ne passe que quatre heures par jour avec eux, deux ou trois fois par semaine, selon les besoins de ses clients.

Il y a dix ans, Ishii a fondé Family Romance, une entreprise qui loue des services "à la famille et aux amis".

Lire aussi :

La société compte 2 200 employés qui se font passer pour des pères, des mères, des cousins, des oncles, des grands-parents et autres membres de la famille au sein de familles éclatées.

La popularité de l'entreprise et de son charismatique propriétaire n'a cessé de croître depuis.

Aujourd'hui, Ishii est le "père" de 35 enfants. Il raconte à la BBC ce que cela représente d'être membre de 25 familles différentes, sans appartenir vraiment à aucune.

Image caption Ishii dit que son entreprise peut offrir différents types de pères : disciplinaires, doux ou élégants

'Faux mais authentique'

Ishii dit que l'idée derrière Family Romance est apparue il y a 14 ans lorsqu'une amie a voulu envoyer son fils dans une crèche privée, ce qui a nécessité un entretien avec les deux parents et l'enfant.

Elle était une mère célibataire. Alors il a accepté.

" Cela n'a pas fonctionné comme nous l'espérions parce que le garçon et moi ne pouvions pas vraiment agir comme une famille. Mais j'ai pensé qu'il pourrait y avoir quelque chose d'intéressant dans ce besoin de famille."

Lire aussi :

La romance familiale, dit-il, "répond à certains besoins des gens qui ont besoin d'aide."

"Je suis faux, mais pour quelques heures, je serai vraiment votre ami ou votre parent."

Image caption Quatre heures de location d'un ami ou d'un parent coûtent environ $180 (106.192 FCFA)

Amis et famille à louer

Les clients d'Ishii ont un large éventail de besoins.

Certaines personnes aimeraient que leur partenaire rencontre leurs parents et, pour une raison quelconque, ne peuvent pas présenter leurs vrais parents.

Dans ces cas-là, le service essaie d'assigner des parents qui correspondent à la taille et aux cheveux du client et qui ont l'âge approprié.

Lire aussi :

" Les personnes qui ont de la difficulté à se faire des amis peuvent simplement louer un ami ", dit-il.

"On se comporte comme de vrais amis, on fait les courses ensemble, on se promène, on discute", explique-t-il.

Il y a des gens qui engagent une personne chère pour assister à une fête.

Parfois, les personnes âgées embauchent de fausses filles, de faux fils ou de faux petits-enfants, pour recréer ce qu'ils ont déjà eu - ou n'ont jamais eu.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Ishii dit que son service "complète" une société qui désavantage les familles monoparentales

Le père est le rôle le plus populaire

Mais le rôle le plus demandé, dit Ishii, est celui du père.

Il y a environ 200 000 divorces chaque année au Japon et de nombreuses familles sont dirigées par un seul parent.

Ishii affirme que, comme dans d'autres sociétés, ces familles monoparentales sont désavantagées et que son service contribue à "compléter" les besoins de la société.

Mais il ajoute : " Il n'y a pas de modèle unique qui puisse être appliqué à toutes les familles ".

Lire aussi :

"Certains [clients] veulent un père doux, d'autres, un père strict ou un père élégant. Nous pouvons le personnaliser. Un parent strict, par exemple, pourrait parler le dialecte du Kansai [qui sonne plus dur que le japonais standard].

Si les enfants sont jeunes, une histoire de camouflage sera nécessaire pour expliquer pourquoi le père n'était pas là jusque-là.

Le plus dur est de trouver une excuse pour Ishii et de dire au revoir à ses faux enfants.

"Il n'est pas facile de persuader les enfants. C'est très triste de voir un enfant pleurer. C'est la partie la plus difficile."

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Il y a environ 200 000 divorces chaque année au Japon et de nombreuses familles sont dirigées par un seul parent

Je dois me rappeler de mes enfants

Le personnel de Family Romance ne peut appartenir qu'à cinq familles, mais depuis qu'Ishii a lancé l'entreprise de son propre chef, il en compte actuellement 25.

Un grand total de 35 enfants le considèrent comme leur vrai père et il garde 69 fausses relations dans le rôle d'un ami ou d'un parent.

" Je dois m'assurer de vérifier les informations de la famille tous les jours avant d'arriver chez eux. J'ai un carnet de notes avec chacun des noms et des détails dont j'ai besoin ", dit Ishii.

Lire aussi :

"Parfois, j'oublie un surnom ou quelque chose, alors je vais à la salle de bain et je vérifie mon carnet."

Il dit que cela ne l'empêche pas d'assumer des tâches parentales, comme le dépôt des enfants à l'école le matin, la réunion occasionnelle, les événements sportifs l'après-midi et les dîners le soir.

"C'est beaucoup de travail et je n'ai pas de vacances", dit-il.

" J'ai décidé que mon temps personnel se situe entre minuit et 3 heures du matin, peu importe si je suis fatigué. Je regarde des films, je fais des dessins... Ce sont mes vacances. Je dors environ trois heures par jour."

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Ishii dit que les clients et les acteurs doivent savoir comment séparer les faits de la fiction

Affaires et sentiments

Ishii n'est pas marié et n'a pas de vrais enfants - et il ne veut pas en avoir.

Il pense que, s'il fondait sa propre famille, il ne pourrait pas se débarrasser de ses préoccupations concernant les sentiments de tous les membres de ses 25 autres enfants.

Ishii se demande : "comment se sentiraient-ils si j'épousais vraiment quelqu'un ?"

"Si j'avais de vrais enfants, j'aurais aussi peur de les voir comme une autre fausse famille et de tout mélanger", fait-il remarquer.

Lire aussi :

Selon Ishii, bien que ses personnages doivent être affectueux envers leur famille et leurs amis, l'entreprise est basée sur une compréhension mutuelle entre l'acteur et le client des limites de leur relation.

Ils ne peuvent pas s'embrasser ou avoir des relations sexuelles, par exemple - ils ne font que se tenir la main. L'entreprise offre 30 types de services et chacun d'eux est accompagné de son propre manuel de règles.

Les clients paient 20 000 yens (environ 180 $ ou 106.192 FCFA) pour quatre heures de compagnie, plus le transport et la nourriture. " Ce n'est pas bon marché pour une mère célibataire ", dit Ishii.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Ishii dit que les Japonais accordent encore trop d'importance à ce que les autres pensent d'eux

Dures vérités

Le slogan de Family Romance est " le bonheur au-dessus de la réalité " mais à long terme, la vérité est difficile à cacher.

Ishii se souvient d'une de ses filles qui a 20 ans et qui croit encore qu'il est son vrai père.

Ishii pense que les parents devraient révéler la vérité à leurs enfants à un moment donné. "Mais je ne peux pas décider de cela", dit-il avec regret.

Lire aussi :

L'entrepreneur estime que ses services sont "nécessaires" dans une société qui a du mal à gérer les individualités.

" La culture japonaise est hospitalière, respectueuse et valorise les autres. Le mauvais côté, c'est que nous nous inquiétons trop des sanctions morales ou de ce que les autres vont penser de nous ", dit-il.

"Il nous est difficile d'être ce que nous voulons être et de nous exprimer à notre manière", confesse-t-il.

"Ce serait mieux si notre société n'avait pas besoin de ce genre de service, mais ce n'est pas comme ça", regrette-t-il.

Sur le même sujet