Tensions entre les États-Unis et l'Iran : Cinq choses à noter dans le discours de Trump

Le président américain lors de son discours mardi après les frappes iraniennes sur une base militaire US en Irak. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le président américain lors de son discours mardi après les frappes iraniennes sur une base militaire US en Irak.

Le lendemain matin, il a tenté d'expliquer pourquoi il voit les choses de cette façon.

Voici cinq passages clés d'un discours de 10 minutes qui laissent entendre que, pour le moment, la situation tendue pourrait s'apaiser quelque peu.

La rampe de sortie

"L'Iran semble se retirer, ce qui est une bonne chose pour toutes les parties concernées et une très bonne chose pour le monde."

La grande question après l'attaque au missile d'hier soir était de savoir si le président allait considérer la réponse iranienne comme une raison d'aggraver la situation ou, pour reprendre l'expression désormais populaire, "de chercher une rampe de sortie".

Mardi matin, il a choisi cette dernière solution.

Copyright de l’image Mamadou Faye
Image caption Donald Trump crie victoire après l'assassinat du général Soleimani.

Il a annoncé que l'attaque iranienne n'avait fait aucune victime et qu'elle n'avait causé que des "dommages minimes".

Il a fait l'éloge de l'armée américaine et a promis "des sanctions économiques plus punitives" - et non, comme certains le craignaient (et il l'a laissé entendre au début de la semaine) une réponse militaire disproportionnée et écrasante.

Lire aussi :

Le fait que M. Trump ait choisi de ne pas riposter pourrait donner aux Iraniens l'occasion de prétendre que c'est lui qui a fait marche arrière.

Ne vous y trompez pas, cependant, le discours de Trump était un discours de victoire - une réaffirmation de la domination américaine dans la région - et il ne faisait que commencer.

Nous sommes sortis indemnes

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Une exposition d'armes et d'équipements militaires dans la capitale Téhéran le 2 février 2019, lors du 40ème anniversaire de la révolution isranienne.

"En éliminant Soleimani, nous avons envoyé un message fort aux terroristes : Si vous tenez à votre propre vie, vous ne menacerez pas la vie de notre peuple."

Une grande partie de la matinée de Trump a été consacrée à ce qui avait déjà été accompli, pas à ce qui allait suivre. Il s'est attaché à établir pourquoi Soleimani - le "plus grand terroriste du monde", a-t-il affirmé - était un personnage malfaisant qui méritait depuis longtemps la punition que les Américains lui ont infligée.

"Les mains de Soleimani étaient trempées dans le sang américain et iranien", a-t-il dit, citant comme preuve son soutien aux armées militantes, l'incitation à des guerres civiles régionales et le ciblage des troupes américaines.

Lire aussi :

Il a averti que Soleimani planifiait de nouvelles attaques contre les Américains - faisant écho aux précédentes affirmations américaines, mais jusqu'à présent non fondées, selon lesquelles l'assassinat de Soleimani a été provoqué par une menace imminente pour les intérêts américains.

En se concentrant sur la mort de Soleimani - et le message qu'elle a envoyé - au lieu des frappes iraniennes de lundi soir, le président a en fait déclaré que l'issue de cette récente crise valait le drame et les troubles qu'elle a pu provoquer.

Les Etats-Unis ont tiré leur épingle du jeu, ont éliminé un acteur malveillant et en sont sortis pour la plupart indemnes.

Mais certains commentateurs ont mis en garde contre la jubilation de Trump, car la réaction de l'Iran pourrait être continue.

Encore un coup de poing à Obama

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Missiles balistiques iraniens qui visent la ville d'Abu Kamal, dans la province syrienne de Deir ez-Zor le 1er octobre 2018.

"Les missiles tirés hier soir sur nous et nos alliés ont été payés avec les fonds mis à disposition par la dernière administration."

S'il y a eu un thème commun à la présidence de Trump jusqu'à présent, c'est un effort concerté pour défaire l'héritage de son prédécesseur, Barack Obama.

En ce qui concerne la santé, l'environnement, l'économie, l'immigration et - en particulier - l'accord nucléaire avec l'Iran, M. Trump a transformé les critiques de sa campagne en actions politiques.

Il n'est donc pas particulièrement surprenant que M. Trump profite d'un discours télévisé à l'échelle nationale pour s'en prendre de nouveau à M. Obama.

Lire aussi :

L'accord nucléaire iranien, négocié sous l'administration Obama, a libéré des dizaines de milliards de dollars d'actifs iraniens gelés dans les banques américaines après la révolution iranienne de 1979.

Rien ne prouve que ces fonds aient été utilisés pour le programme de missiles de l'Iran - qui était opérationnel bien avant la signature de l'accord multinational iranien - mais l'argument principal de Trump, à savoir que l'accord a donné à l'Iran une marge de manœuvre politique et financière pour être plus agressif dans la région, ne nécessite pas de reçus.

L'accord d'Obama avec l'Iran a disparu, a effectivement dit M. Trump aux autres pays signataires dans son discours, et il est temps de négocier un nouvel accord - un accord Trump - qui fasse du monde "un endroit plus sûr et plus pacifique".

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les funérailles du général Soleimani en Iran.

Je peux délivrer une sortie du Moyen Orient

"Aujourd'hui, je vais demander à l'OTAN de s'impliquer beaucoup plus dans le processus du Moyen-Orient."

Le message de Trump aux autres pays ne s'est pas terminé par la négociation d'un nouvel accord avec l'Iran. Il veut que l'OTAN, l'alliance militaire qu'il a souvent rabaissée, s'implique aussi.

La politique étrangère de Trump est en contradiction avec le fait que, bien qu'il parle fréquemment de démêler les États-Unis de leurs engagements étrangers, il prend souvent des mesures qui semblent risquer d'enliser les États-Unis dans un conflit plus vaste au Moyen-Orient.

Aujourd'hui, après avoir ordonné une frappe contre un haut responsable militaire iranien qui aurait pu provoquer un affrontement direct avec les forces iraniennes, le président parle à nouveau de réduction des effectifs.

Lire aussi :

L'économie américaine est en plein essor et est maintenant indépendante sur le plan énergétique, a-t-il dit, suggérant peut-être - ou avertissant - qu'il est temps pour les alliés des États-Unis d'assumer une plus grande part du fardeau du Moyen-Orient.

Bien sûr, l'instabilité au Moyen-Orient peut affecter le marché mondial de l'énergie, en augmentant les prix aux États-Unis, que ce pétrole et ce gaz proviennent des gisements de schiste du Dakota du Nord ou d'un puits de pétrole du golfe Persique.

Une sortie des États-Unis du Moyen-Orient ne serait ni propre ni facile.

Une grande entrée avec un message pour 2020

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le président Donald Trump, entouré de ses conseillers militaires à la Maison blanche.

"Tant que je serai président des États-Unis, l'Iran ne sera pas autorisé à avoir une arme nucléaire."

Le président a commencé son discours par une accroche, comme on dit dans les médias.

Avant même de dire bonjour, il a commencé par une garantie - une démonstration de force et une promesse de sécurité.

Il y a eu beaucoup de touches théâtrales à l'apparition du président mardi matin.

Il s'est tenu devant une phalange de chefs militaires à l'allure sévère, drapés de médailles, flanqués de hauts responsables de son administration.

Lire aussi :

L'imagerie de son entrée dans la pièce, sa silhouette se profilant contre un flamboiement de lumière d'une fenêtre ouverte, bordait le messianique.

Bien que son discours ait été muet et essoufflé - et que le discours lui-même ait été un fouillis - les images ont toujours du punch dans la politique américaine.

On ne sait pas si cette récente crise iranienne aura un quelconque avantage politique à long terme pour le président - et encore moins si elle sera un développement positif pour la sécurité des Etats-Unis et du monde entier.

Mais attendez-vous à ce que l'image de Donald Trump en tant que commandant en chef, entouré par les pièges du pouvoir et de l'autorité, s'attribuant le mérite de la mort du chef de l'État islamique, Abu Bakr al-Baghdadi, et de Soleimani soit un thème commun dans sa prochaine campagne de réélection.

Ecouter :

Media playback is unsupported on your device
Babacar Justin Ndiaye: "Avec la crise au Moyen Orient, l'Afrique sera plus ou moins inquiétée"