En Russie, le président Poutine cherche à stimuler la natalité

Un enfant russe joue dans un parc avec sa mère à Moscou (9 janvier) Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le président russe a parlé d'une "période démographique très difficile"

Le président Vladimir Poutine a annoncé une série de plans visant à augmenter le nombre d'enfants nés en Russie, en passant d'un taux de natalité moyen de moins de 1,5 par femme à 1,7 dans les quatre ans.

L'année dernière, il a promis des réductions d'impôts pour les familles nombreuses.

Mercredi, il a déclaré au Parlement que "le taux de natalité est de nouveau en baisse" avant de promettre un financement public pour les nouvelles mères.

Lire aussi :

Le "capital maternité" n'a été versé jusqu'à présent qu'aux familles ayant au moins deux enfants.

Des prestations sociales seront également versées pour les enfants âgés de trois à sept ans dans les familles à faible revenu, et des repas scolaires gratuits seront fournis pour les quatre premières années d'école.

Pourquoi le taux de natalité est un problème au-delà de la Russie

Plusieurs États d'Europe de l'Est sont aux prises avec une baisse du taux de natalité.

Pas plus tard que la semaine dernière, le Premier ministre nationaliste de droite hongrois, Viktor Orban, a annoncé des plans de traitement gratuit de la stérilité pour les couples ainsi que d'éventuelles exonérations d'impôt sur le revenu pour les mères ayant trois enfants ou plus.

Les mères de quatre enfants sont déjà exonérées en Russie, un pays qui a un taux de natalité de 1,48.

Media playback is unsupported on your device
Vladimir Poutine retire partiellement ses soldats de la Syrie

La moyenne européenne est de 1,59 naissance par femme et plusieurs États, dont l'Espagne, l'Italie, la Grèce et Malte, sont bien en dessous du chiffre russe.

La population de la Russie a eu du mal à se remettre du déclin spectaculaire des années 1990, au point que M. Poutine a déclaré qu'en 1999, le taux de natalité était tombé à 1,16, inférieur même à celui de la Seconde Guerre mondiale.

Lire aussi :

Elle a repris ces dernières années et, bien que la population soit actuellement de 147 millions d'habitants, le dirigeant russe a parlé d'une "période démographique très difficile" où les enfants des années 1990 donnaient eux-mêmes naissance.

"Le destin de la Russie et sa perspective historique dépendent de notre nombre", a-t-il dit.

Qu'est-ce que Poutine a dit d'autre ?

Copyright de l’image Getty Images
Image caption "Le destin de la Russie et sa perspective historique dépendent de notre nombre", a dit Poutine.

Il s'agissait de la 16e allocution annuelle de M. Poutine devant le parlement russe, la Douma, et M. Poutine a utilisé son discours pour aborder également son propre avenir.

Son quatrième mandat présidentiel s'achève en 2024 et, selon la Constitution, il devrait se retirer de ce poste.

Tout en disant qu'il voulait maintenir le système présidentiel russe, M. Poutine a proposé un référendum sur la modification de la constitution afin de donner au Parlement des pouvoirs accrus pour nommer le Premier ministre.

Entre son deuxième et son troisième mandat, M. Poutine a occupé le poste de Premier ministre pendant quatre ans avant de revenir à la présidence en 2012, et en théorie il pourrait redevenir Premier ministre.

Même lorsqu'il était Premier ministre, M. Poutine était largement considéré comme le pouvoir derrière le président de l'époque, Dmitri Medvedev.

Regarder :

Media playback is unsupported on your device
Le grand show de Poutine